Haut de page.

Entretien avec Scat
accordé au fanzine Chrysopée


Qui se cache derrière le pseudo énigmatique de Scat?
Scat est le pseudo que m'a été donné il y a quelques années et dont je me sers en permanence sur Internet. Il cache mon nom et mon prénom : Catherine Schenck.

Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur toi (études, age, centres d’intérêt, numéro de carte bleue et tout autre détail qui te semble intéressant)
Le strip-tease de ma vie… tout un programme ! Comme je suis de nature pudique, je vais être brève. Mon domaine professionnel est l'informatique, les nouvelles technologies pour être plus précise, où je suis actuellement une formation en parallèle avec mon emploi dans une école primaire. J'ai 28 ans et mes principaux centres d'intérêt sont la danse, que je pratique maintenant depuis plus de 12 ans, en commençant par la contemporaine jusqu'à l'africaine (ma préférée) et ses dérivées, le jeu de rôle, le roller, le VTT, la lecture…
Tu as oublié ton numéro de carte bleue smiley
Ah ? Suis-je à ce point distraite..?
Pourrais-tu en quelques mots définir ce qu'est une murdre party?
Un quelques mots ? Une murder party est un jeu d'enquête théâtral, c'est à dire dans lequel les joueurs entrent dans la peau de personnages (comme au théâtre ou au cinéma) pour mener une enquête, qui est traditionnellement un meurtre. Parmi eux se cache le ou les coupable(s). Ils disposent de quelques heures pour le ou les démasquer.


Existe-t-il selon toi des différences fondamentales entre murder et JdR?
N'étant pas une adepte de la politique de l'autruche qui tend à éloigner la murder de la mauvaise réputation dont souffre jeu de rôle suite à des émissions en mal d'audience, je pense que les deux sont similaires. Le principe du jeu de rôle est d'incarner le rôle d'un personnage imaginaire et de le faire évoluer dans une aventure. Pour la murder, c'est identique.

Le thème de la murder publiée dans ce numéro laisse supposer que tu pratiques ou as pratiqué le JdR… Penses-tu que les joueurs de JdR ont beaucoup à apprendre des Murders Party ?
Je ne pense pas les murders aient un tel pouvoir. Elles permettent simplement de faire découvrir aux rôlistes une nouvelle facette de leur activité.

Comment as tu découvert cette activité ludique?
Je l'ai découverte alors que je fouinais dans un magasin. Je suis tombée sur une boîte de 'Soirée Enquête' que j'ai organisée. Ce fut très sympa, mais trop restrictif au niveau des actions possibles. Ensuite, j'ai trouvé les scénarios murder dans une boutique de jeux de rôle et j'ai vraiment attrapé le virus.

Le hasard fait parfois bien les choses…
Il fit bien les choses à ce moment-là, effectivement. Mais je pense qu'à un moment ou un autre, par quelque moyen que ce soit, j'aurais découvert les murders. Elles répondent vraiment à ce que je préfère dans les JdR : interprétation de rôles et enquêtes.

La tâche de l’auteur d’une soirée enquête me semble titanesque, bien plus que celle qui consiste à écrire un scénario ou une campagne de JdR. Existe-t-il des ficelles qui permettraient au débutant de se lancer dans l’écriture ?
Ecrire un scénario de murder est effectivement un véritable casse-tête. Cela demande de la rigueur et de la logique car tout doit être cohérent. Cela demande du temps, mais j'ai toujours trouvé que cela en valait la peine.
Pour ce qui est des ficelles pour se lancer dans l'écriture de scénarios, il y en a effectivement. J'ai d'ailleurs consacré une partie de mon site à ce sujet et je conseille les scénaristes débutants qui me contactent par mail.

Comment crées-tu tes scénarios ? Pars-tu d’une situation pour arriver aux personnages ou commences-tu as crée les personnages pour construire l’intrigue?
Lorsque je crée un scénario, je choisis d'abord le thème : l'époque, le lieu… Ensuite, je réfléchis au meurtre, sans toutefois trop m'attarder.
Vient alors la création des personnages. C'est lors de cette étape que les idées se mettent en place. Au fur et à mesure que les personnages prennent vie, j'imagine leur implication dans l'intrigue qui s'adapte aux changements au point qu'elle peut devenir totalement différente du projet initial.

Ensuite, je crée les indices et je note la trame de l'histoire, le déroulement de la soirée…

Quels est l’ingrédient principal d’une bonne murder ?
Une bonne murder est celle qui génère du jeu en continu durant toute une soirée. Plus concrètement, un bon scénario motive les joueurs, car il les immerge totalement dans un univers. Pour cela, il doit être cohérent, car il n'y a rien de pire que de voir les joueur exaspérés sortir de leur rôle, ne comprenant pas les renseignements contradictoires.

Quel est ton meilleur souvenir de soirée enquête ? et le pire ?
Mon meilleur souvenir est le scénario 'un été qui fait froid dans le dos' que j'ai écrit et organisé avec un copain. La soirée a été fabuleuse à tous les niveaux. Les joueurs étaient très motivés, l'ambiance que nous avions créée avait porté ses fruits et je me suis délectée en voyant les scènes théâtrales improvisées par les joueurs qui prenaient visiblement beaucoup de plaisir au jeu.
Je n'ai pas assisté à une soirée catastrophique, le genre qui donne envie de ranger ses affaires et de partir. Il y a eu quelques couacs dus à des joueurs trop fatigués ou énervés qui avaient du mal à se lancer dans le jeu ou qui étaient difficiles à canaliser. Mais avec des tours d'organisateurs, les problèmes furent

Aurais tu une anecdote de Murder à nous raconter ?
L'anecdote la plus sympa m'a été racontée par mon co-organisateur d ''un été qui fait froid dans le dos'. Nous avions déposé un mannequin servant pour des exercices de secourisme dans la cave pour simuler un cadavre. Il faisait nuit et la soirée se déroulait à la bougie. Ils y sont allés tous les deux pour la fouiller et lorsqu'il a vu les jambes dépasser d'une couverture, il a eu une grosse frayeur. Il pensait qu'il s'agissait d'une personne réelle et n'osait s'en approcher. Avec un peu de recule, il a réalisé qu'il aurait été difficile de trouver d'assez bons copains pour jouer le cadavre toute une soirée…

Aurais-tu des conseils particulier à donner à l’organisateur d’Amen ?
Amen est un scénario qui me plaît beaucoup, car les personnages sont très typés. Généralement, les joueurs n'ont pas de mal à entrer dans la peau des personnages et cela fait des scènes fabuleuses. N'hésitez donc pas à les amener à se déguiser, se grimer, à ramener des accessoires…

D'autre part, il s'agit d'un procès qui va forcément impliquer une lutte entre les forces du bien et du mal. Naturellement, les personnages se regrouperont en deux camps. Vous pouvez leur proposer de se placer dans des pièces opposées de votre maison ou appartement. Il est bien possible qu'alors vous assistiez à des missions d'espionnage.

Enfin, découpez bien le jeu : un temps pour présenter la situation (par Dominique et Andromalius), un temps pour l'enquête et un dernier pour le procès où chaque personnage peut prendre la parole ou être tous représentés par Andromalius et Dominique. S'en suit la conclusion : l'intervention de Dieu ou du Diable et une belle scène de morale de sa part.

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Au moment où j'écris ces lignes, je viens juste de terminer un scénario 'pirate' spécial débutant que je vais bientôt mettre sur mon site. Il a l'originalité de s'adapter au nombre de joueurs, ce qui n'est pas du luxe lorsque l'on a déjà été confronté aux désistements de dernière minute.

Peux-tu nous en dire plus sur les « packs » que tu propose sur ton site ?
Les packs sont des scénarios complets permettant d'organiser des soirées enquêtes pour un nombre de joueurs pouvant être important. Tout y est, des documents aux aides de jeux, des invitations… de quoi passer une agréable soirée.

Y-a-t-il une question que nous ne t’avons pas posée et à laquelle tu aimerais néanmoins répondre ?
Non…


Pour finir et afin de mieux connaître celui qui se cache derrière le pseudo de Scat, un petit portrait chinois auquel répondent toutes les personnes interviewées par Chrysopée depuis le… Prochain numéro smiley

Si tu étais une créature mythologique :
un phénix, pour renaître de mes cendres
Si tu étais un personnage historique :
l'inventeur de la machine à remonter dans le temps… une telle invention marque forcément l'histoire et qu'y a t-il de plus beau que pouvoir vivre le passé !
Si tu étais un personnage biblique :
Une bergère faisant paître ses moutons sur les flancs du Mont des Oliviers.
Si tu étais un personnage de roman :
Les grands héros ayant souvent la fâcheuse tendance à avoir un esprit torturé, j'opterais pour une Hobbit pour leur bonheur naïf.
Si tu étais un personnage de JdR:
J'aime beaucoup un de mes personnages de JDR, Audine, qui est une naïade dans 'Hercule et Xena RPG'. Vivre dans un tel monde doit être bien délirant.
Si tu étais une œuvre humaine (peinture, sculpture, film, bouquin) :
Je suis de nature trop pudique pour rêver de me faire admirer toute la journée ou de passer de mains en mains.

Merci beaucoup et bonne continuation...
Le Korrigan