Haut de page.

Entretien avec Philippe Charlot
interview accordée aux SdI en février 2013


Bonjour et tout d’abord un grand merci de nous accorder un peu de votre temps pour répondre à nos questions !
Question liminaire : êtes-vous farouchement opposé au tutoiement ?

Je milite pour ! Sauf entre amants... et entre ennemis jurés !

Merci ! Peux-tu en quelques mots nous parler un peu de toi ? (âge, études, boulot, numéro de compte en suisse ou aux îles caïmans)
Jeune quinqua ! Bac +++ dans différentes disciplines sans grand rapport entre elles (gestion, biologie, musique) ! Musicien scénariste ! 35775677688998784789887 C et 123 !

Quels sont tes instruments de prédilection ?
Pour ce qui est de la musique : la guitare et la voix, surtout. Mais quand il le faut je sors bouzouki ou banjo 5 cordes.
Pour la BD : stylo et clavier !

Où peut-on écouter vos œuvres sur internet ?
On peut écouter ce que je fais en tapant soit : mon nom sur youtube, ou celui de La Fabrique à Swing, ou celui de Tonton Georges Trio...et d'autres....

Enfant, quel lecteur étais-tu Quels étaient tes livres de chevet?
Jeune lecteur à lampe de poche caché sous les couvertures après l’heure officielle d’extinction des feux… Le Général Dourakine, Bob Morane, Le Dernier des Mohican…

découpage de la planche 10 du tome 1 du Cyle II ©Philippe Charlot / Xavier FourqueminTu es entré dans la BD de façon fracassante avec l’excellent Bourbon Street mis en image par le trop rare Alexis Chabert. Comment était né ce projet aussi envoûtant qu’original ?
On ne parle bien de ce que l’on connaît surtout au début, lorsque l’on manque de métier. Des vieux musiciens pleins d’espoir…. C’est tout moi !
J’avais en tête un dessin réaliste et plein de poésie, alors quand Alexis à pointé son nez et la pointe de son crayon, j’ai été emballé ! Il nous a fait deux très beaux albums !

En octobre 2012 paraissait Jim, premier tome du premier cycle du Train des Orphelins. Comment as-tu découvert l’histoire étrangement méconnue de ces enfants ?
Par l’intermédiaire de Phil Lancaster, un musicien d’Austin (Texas) avec qui je collabore. Il est passionné par le sujet et m’a refilé le virus. Avec sa femme Alison Moore, qui est romancière et musicienne, il parcourt les routes du vieux sud pour défendre un spectacle multimédia qu’ils ont monté autour des Orphan Train Riders.

scénario de a page 26 du tome 2 ©Philippe CharlotQu’est-ce qui vous a donné envie d’en faire un album ? Quelles furent alors vos principales sources de documentation ?
Je cherchais un sujet après avoir écrit Bourbon Street et j’ai parlé de cette histoire à Hervé R. qui m’avait saoulé (d’excellents vins) lors du festival d’Angoulême 2011. Il a été emballé… et quand un directeur de collection est emballé (surtout quand c’est Hervé Richez….. Hein !?...... Non, non ! Je l’ai pas dit…..), t’as intérêt à ….alors, j’ai……
J’ai pu enquêter sur place aux Etats Unis lors des deux tournées que j’ai faites là-bas dans les mois qui ont suivi. J’y ai rencontré quelques uns des derniers témoins vivants… moments très émouvants !

En quels termes parlait-il de son étrange odyssée qui a, n’en doutons pas, bouleversé sa vie ?
J’ai le souvenir d’Alice Bernard qui a fait le voyage alors qu’elle n’avait que trois ans. Enocre aujourd’hui, elle l’évoque avec des larmes aux yeux… et elle a quatre-vingt-quinze ans ! On guérit difficilement d’un tel traumatisme.

Comment as-tu rencontré Xavier Fourquemin dont le trait semi-réaliste met si joliment en scène les personnages de Jim et d’Harvey?
C’est Hervé qui a eu cette très bonne idée… mais c’est moi l’ai trouvée merveilleuse ! Xavier apporte de la légèreté à cette histoire sombre, le succès de la série lui doit beaucoup… même si… évidemment… la qualité de l’intrigue… l’originalité des rebondissements… la profondeur psychologique des personnages…. la richesse des situations… Le…. La…. Les ……

découpage de la planche 26 du tome 2 ©Philippe Charlot / Xavier Fourquemin Le fait est que s’opère une incroyable alchimie entre la dureté du propos et l’aspect presque poétique du dessin. Concrètement, à partir de quelle « matière » Xavier Fourquemin a-t-il travaillé ? Serait-il possible de lire le découpage pour une planche donnée, voire de voir les différentes étapes de réalisation d’une planche, du rough à a colorisation ?
Voici la planche 26 du tome 1, depuis le découpage jusqu’à la planche colorisée. C’est entre le découpage et le storyboard que la planche évolue le plus. A cette étape, Xavier amène sa propre vision de la scène et sa science du découpage. C’est le moment où l’on discute de certains choix à faire, les scénaristes ont tendance à vouloir en mettre beaucoup en terme d’informations dans chaque case, les dessinateurs, eux, les ramènent à la dure réalité ;0) Dans cet exemple précis on peut voir que certaines choses peuvent encore être retravaillées après l’encrage (case 5) pour améliorer la fluidité de la narration et faciliter la lecture. On ne souligne pas assez le travail des coloristes… gloire à Scarlett Smulkowski !

Quelle étape préfères-tu dans la réalisation d’un album ?
Ca dépend des collaborations. Avec Xavier, ce que je préfère c’est le passage du découpage au storyboard. Ses storyboards sont extrêmement poussés et c’est un réel plaisir de les découvrir… toute la planche est déjà là.

Parmi les personnages de ce premier cycle, lequel as-tu pris le plus de plaisir à mettre en scène?
J’ai une vraie tendresse pour Joey, le petit frère de Jim. Il n’a comme connaissance du monde que ce qu’il a vu à l’orphelinat, c’est à dire pas grand chose. Il est plein d’innocence et d’émerveillement et j’ai eu beaucoup de plaisir à le retrouver dans le deuxième cycle que l’on est en train de réaliser et qui lui est en grande partie consacré.

Encrage de la page 26 du tome 2 ©Philippe Charlot / Xavier Fourquemin Le destin tragique de Jim et de sa fratrie (séparation usurpation d’identité…) est-il purement fictionnel ou s’inspire-t-il de personnages ayant existé?
C’est une fiction mais pour certaines anecdotes je me suis inspiré des témoignages que j’ai recueillis et de la documentation que j’ai réunie. Tout cela se mélange lors de l’élaboration de l’histoire et je finis par ne plus trop pouvoir faire la part du vrai et du faux. Pour ce qui est de l’idée d’usurpation d’identité, l’idée m’est venue dès le début. C’était la dernière chose qui restait à ces enfants qui avaient perdu tout le reste… tentant pour un raconteur d’histoire !

Si la chute est teintée d’optimisme, l’ultime scène entre Jim et Harvey est d’une grande intensité dramatique… Etait-ce d’emblée là que vous vouliez mener ton récit?
Je commence toujours une histoire par la fin, cela m’évite de m’égarer en chemin. Ecrire un scénario c’est passer son temps à faire des choix, tout est ouvert, tout est possible alors le fait de connaître la fin me canalise et m’oblige à nourrir chaque scène en fonction d’elle.

La suite du Train des Orphelins est d’ores et déjà sur les rails ( smiley )… Une suite est-elle prévue après ce second diptyque?
Je m’étais laissé deux portes entrouvertes dans le scénario du cycle 1. J’ai poussé la première pour ce cycle 2… Concernant la deuxième, nous verrons cela en juin à la sortie de « Lisa » le tome 1 du cycle 2. Rien n’est décidé, c’est encore un peu trop tôt !

version finale de la planche 26 du tome 2 ©Philippe Charlot / Xavier Fourquemin Sur quel(s) autre(s) projets travailles-tu actuellement ?
Je continue ma collaboration avec Callède et Campoy sur Karma Salsa (Dargaud), le tome 2 sort en avril. On s’amuse bien !
J’ai un autre projet qui devrait démarrer chez Grand Angle, j’en suis aux derniers réglages et ensuite on va se mettre à la recherche d’un dessinateur. L’histoire se passe à Buenos Aires, j’aimerai un dessinateur argentin… s’il en passe un par ici qu’il n’hésite pas !

Quels sont tes derniers coups de cœur, tous médias confondus (bd, romans, ciné, musique, jeux…)
Piège Nuptial, le roman de Douglas Kennedy et Le Lézard Lubrique de Melancholy Cove de Christopher Moore.

Y a-t-il une question que je ne t’ai pas posée et à laquelle tu souhaiterai néanmoins répondre ?
Oui !
La réponse est : « Evidemment, mais… »

Pour finir et afin de mieux te connaître, un petit portrait chinois à la sauce imaginaire…

Si tu étais…


un personnage de BD : Zorro
un personnage biblique : Adam
un personnage de roman : Danny (Tortilla Flat - Steinbeck)
une chanson : Syracuse
un instrument de musique : une Selmer
un jeu de société : je déteste les jeux
une recette culinaire : Haricot de mouton
une pâtisserie : Crèpes au sucre
une ville : Buenos Aires
un monument : le Cafe Tortoni, avenida de mayo – Buenos Aires
une boisson : Tariquet
un proverbe : L’autre est différent !

Un grand merci pour le temps que tu nous as accordé!
 Philippe Charlot © Maiana Bidegain
Le Korrigan



    Pour aller plus loin...
    Articles
    Entretien avec Philippe Charlot [Entretiens BD]
    Série & fiches liées
    Liens
    Orphan Trains Movement [wikipedia]
    Galerie
    Le Train des Orphelins, planche du tome 1Le Train des Orphelins, planche du tome 1 Le Train des Orphelins, planche du tome 1Le Train des Orphelins, planche du tome 1 Le Train des Orphelins, planche du tome 1Le Train des Orphelins, planche du tome 1 
    Le train des Orphelins, planche du tome 5 © Bamboo /  Fourquemin / Charlot  / Smulkowski Le train des Orphelins, planche du tome 5 © Bamboo / Fourquemin / Charlot / Smulkowski  Le train des Orphelins, planche du tome 5 © Bamboo /  Fourquemin / Charlot  / SmulkowskiLe train des Orphelins, planche du tome 5 © Bamboo / Fourquemin / Charlot / Smulkowski Le train des Orphelins, planche du tome 5 © Bamboo /  Fourquemin / Charlot  / SmulkowskiLe train des Orphelins, planche du tome 5 © Bamboo / Fourquemin / Charlot / Smulkowski 
    Le Train des orphelins, planche du tome 6 © Bamboo / Fourquemin / CharlotLe Train des orphelins, planche du tome 6 © Bamboo / Fourquemin / Charlot Le Train des orphelins, planche du tome 6 © Bamboo / Fourquemin / CharlotLe Train des orphelins, planche du tome 6 © Bamboo / Fourquemin / Charlot Le Train des orphelins, planche du tome 6 © Bamboo / Fourquemin / CharlotLe Train des orphelins, planche du tome 6 © Bamboo / Fourquemin / Charlot 
    Le Train des orphelins, planche du tome 7 © Bamboo / Fourquemin / Charlot / SmulkowskiLe Train des orphelins, planche du tome 7 © Bamboo / Fourquemin / Charlot / Smulkowski Le Train des orphelins, planche du tome 7 © Bamboo / Fourquemin / Charlot / SmulkowskiLe Train des orphelins, planche du tome 7 © Bamboo / Fourquemin / Charlot / Smulkowski Le Train des orphelins, planche du tome 7 © Bamboo / Fourquemin / Charlot / SmulkowskiLe Train des orphelins, planche du tome 7 © Bamboo / Fourquemin / Charlot / Smulkowski 
    Le Train des orphelins, planche du tome 8 © Bamboo / Fourquemin / CharlotLe Train des orphelins, planche du tome 8 © Bamboo / Fourquemin / Charlot Le Train des orphelins, planche du tome 8 © Bamboo / Fourquemin / CharlotLe Train des orphelins, planche du tome 8 © Bamboo / Fourquemin / Charlot Le Train des orphelins, planche du tome 8 © Bamboo / Fourquemin / CharlotLe Train des orphelins, planche du tome 8 © Bamboo / Fourquemin / Charlot