Haut de page.

le Cannibale de Rotenbourg
Peine maximale requise

KASSEL (AFP) - Le Parquet de Kassel a requis lundi la peine maximale, soit la détention à perpétuité, pour le cannibale allemand Armin Meiwes, estimant qu'il était coupable du 'meurtre par plaisir sexuel' d'un ingénieur berlinois en 2001.

L'accusé a notamment tué sa victime dans le but d'éprouver des plaisirs sexuels en regardant ultérieurement la vidéo qu'il avait tournée de son crime, a déclaré le procureur Marcus Koehler.

C'est 'avec la volonté de tuer' qu'Armin Meiwes a saigné Bernd Juergen Brandes, 43 ans, 'poussé par les plus bas mobiles', dans le but de dépecer son corps comme une bête d'abattoir et de manger sa viande, a accusé le procureur dans son réquisitoire.

Le cannibalisme n'est pas un crime explicitement prévu par le code pénal en Allemagne. Dans la pratique, la détention à perpétuité se traduit en Allemagne par un minimum de 15 ans de réclusion criminelle.

Armin Meiwes, 42 ans, a reconnu avoir tué sa victime à son domicile de Rotenbourg, près de Kassel, dans la nuit du 9 au 10 mars 2001. Devant une caméra filmant la scène, il avait d'abord coupé le pénis de Bernd Brandes, avant de le tuer. Il avait consommé la majeure partie de sa victime et était à la recherche d'une nouvelle proie via des petites annonces sur internet lorsqu'en décembre 2002, les policiers ont perquisitionné son domicile et retrouvé des restes de viande dans son congélateur.

Mais Armin affirme que sa victime était consentante et son avocat, Harald Ermel, a plaidé en conséquence le 'meurtre sur demande' passible d'un maximum de cinq ans de prison.

Armin Meiwes 'savait qu'il avait quelqu'un devant lui qui voulait mourir', a souligné Me Ermel. Et l'avocat de réclamer 'une peine équitable' pour son client, un homme qui n'est selon lui 'pas violent', mais qui a plutôt cédé à une 'obsession de chair humaine'.

Le souhait de mourir qu'a formulé la victime n'a pas été un mobile central pour l'accusé, a au contraire souligné le procureur Koehler. Selon lui, Armin Meiwes a 'instrumentalisé' sa victime pour obtenir de la chair humaine.

Et si Bernd Brandes a la pris la décision 'irrationnelle' d'accepter de mourir, c'est seulement parce qu'il souffrait 'de troubles pathologiques de la personalité', a estimé le procureur.

Deux expertises psychologiques ont établi que l'accusé était pleinement responsable de ses actes. Si le tribunal suit ces deux expertises qu'il a commandées, Armin Meiwes ne pourra être interné en asile psychiatrique.
Le Korrigan