Haut de page.

Spiderman sur le banc des accusés
Il n'y a plus de Super Héros

LONDRES (AFP) - Le procès d'un homme qui s'était juché sur une grue près de la Tour de Londres déguisé en Spiderman et avait ainsi bloqué pendant six jours la circulation dans cette partie de la ville pour dénoncer le fait qu'il ne pouvait rendre visite à sa fille, a commencé à Londres.

La justice estime que le geste de David Chick, 37 ans, a eu de "graves répercussions" sur les commerces locaux. Début novembre 2003, la police avait fermé la circulation dans tout le quartier autour de la grue de 30 m où M. Chick s'était installé vêtu du costume de l'homme-araignée, l'un des "super-héros" des bandes dessinées américaines. "Spiderman" voulait attirer l'attention sur la cause des pères séparés ou divorcés empêchés de voir leurs enfants. Il avait pris possession de la grue un vendredi en fin d'après-midi. Arrivé au sommet, il avait déployé des banderoles s'en prenant à diverses organisations. Le représentant du ministère public, Anthony Wilcken, a reconnu mercredi la validité de la cause défendue par l'accusé. Mais M. Chick, a-t-il ajouté, "est allé bien au-delà des moyens légaux pour la soutenir". "Il y avait un risque inacceptable", a insisté M. Wilcken, "d'autant qu'à ce moment, personne ne savait ce qu'il avait l'intention de faire". Selon un policier qui avait tenté de convaincre "Spiderman" de descendre de son perchoir, celui-ci était "totalement indifférent" aux conséquences de son action: "tout ce qui l'intéressait", a-t-il témoigné, "c'était d'avoir des piles pour son téléphone, du café, des cigarettes, etc". Le procès devait continuer jeudi.
Le Korrigan



    Pour aller plus loin...
    Articles
    Spiderman sur le banc des accusés [Presse]