Haut de page.

L'Ere du Satan virtuel
les démons rêvent-ils de profanation cybernetique?

LONDRES (Reuters) - La première église sur internet a fait savoir mercredi qu'elle allait restreindre les possibilités des fidèles de se manifester pendant les sermons virtuels après plusieurs incidents provoqués par des internautes "hurlant" des injures sataniques en plein prêche.

Lancée la semaine dernière en Grande-Bretagne, l'"Eglise des fous" ("Church of Fools") permet de prier en ligne, de façon interactive en se glissant dans la peau d'un avatar en 3D qui peut s'agenouiller, chanter, discuter avec les autres fidèles, écouter un sermon ou lancer des alleluia à sa guise.

Selon ses créateurs, le site attire entre 5 et 10.000 personnes chaque jour. Les internautes peuvent également faire des dons via leur téléphone portable.

"Comme dans n'importe quel forum sur le net, nous avons eu quelques problèmes", explique le webmaster du site www.shipoffools.com.

"Chaque jour, nous relevons un peu plus le niveau de sécurité afin de nous débarrasser des comportements perturbateurs, comme les actes profanes (...) Cela prouve en fait que nous ne prêchons pas seulement des convaincus", ajoute Stephen Goddard.

L'église a donc supprimé la fonctionnalité "crier", qui pouvait s'activer lors des débats entre fidèles. Certains internautes en avaient profité pour proférer "Satan vous aime".

De plus, les zones virtuelles de la chaire, de l'autel et du lutrin seront fermées au public en ligne après que des avatars s'y soient introduits pendant les sermons.

Mais surtout, les animateurs du site se réservent désormais le droit de déconnecter tout fauteur de trouble, l'équivalent d'une damnation virtuelle.

"Dans un certain sens, nous rencontrons les mêmes difficultés que les premiers prêcheurs qui se trouvaient face à la résistance des habitants quand ils s'installaient dans de nouvelles communautés. Mais depuis, l'Eglise a continué à générer de nouvelles communautés, même dans le cyberespace donc nous continuerons", souligne Goddard.
Le Korrigan



    Pour aller plus loin...
    Articles
    L'Ere du Satan virtuel [Presse]