Haut de page.

Enigme au monastère du Mont Sainte- Odile
Revue de Presse Occulte

SAVERNE - Un passage secret menant à la bibliothèque d'un monastère perché sur un éperon rocheux et garni de précieux incunables: un professeur agrégé alsacien a mis à profit ces circonstances rocambolesques pour s'emparer d'un millier de volumes en deux ans.
Contrairement au triste sort survenu récemment à près de 200 oeuvres d'art, volées par un autre collectionneur alsacien passionné - détruites ou jetées dans un canal-, les précieux livres de la bibliothèque du monastère du Mont Sainte-Odile ont été retrouvés intacts, jusqu'au dernier, dans l'appartement de cet enseignant agrégé de mécanique, habitant à Illkirch-Graffenstaden, à la périphérie strasbourgeoise. Ils retrouveront les rayons de la bibliothèque après inventaire.
"C'était pour ma collection personnelle, je suis passionné par les livres anciens", a expliqué aux enquêteurs ce professeur de 32 ans dont le nom n'a pas été révélé.
Selon le procureur du tribunal de Saverne (Bas-Rhin), Madeleine Simoncello, l'enseignant déchiffrait le latin et s'était pris de passion pour les livres religieux du monastère dédié à la patronne de l'Alsace, dont certains étaient des incunables datant du 15ème siècle, d'une valeur inestimable.
Le bibliophile a été interpellé dimanche en flagrant délit par les gendarmes, alors qu'il transportait deux valises contenant 300 livres anciens. Les premiers vols dans la bibliothèque avaient été repérés en août 2000.
Depuis cette date, ils s'étaient répétés régulièrement, malgré le changement des serrures à plusieurs reprises et des enquêtes minutieuses. "Un système de vidéo- surveillance, installé en mai, a finalement permis l'arrestation du voleur", a indiqué Mme Simoncello.
Les enquêteurs n'ont découvert qu'à cette occasion le passage secret utilisé par le bibliophile, selon le procureur. Un couloir étroit situé entre le mur de la bibliothèque et celui de l'église, permettait en effet d'accéder à la bibliothèque, située au premier étage, grâce à une échelle de corde. De simples planches, qu'il suffisait de pousser, fermaient la cloison.
L'enseignant avait découvert ce passage dans un article publié dans une revue spécialisée, à la bibliothèque universitaire de Strasbourg. Très peu de personnes en connaissaient l'existence, comme l'ancien directeur du Mont Sainte- Odile, le chanoine Charles Diss. "Mais jamais je n'aurais pu imaginer que le voleur passait par là", a-t-il dit.
Le voleur, qui semble-t-il n'avait pas de complices, pénétrait avec le public dans le bâtiment puis il disparaissait dans la bibliothèque où il pouvait, pendant toute la nuit, faire ses choix et emporter son butin sans crainte d'être dérangé, a précisé le procureur.
Il avait aussi utilisé pendant une période des clés qu'il avait volées. Présenté mardi au parquet de Saverne, le bibliophile a été mis en examen pour vols sans effraction et vols par escalade et par ruse (pour l'utilisation de clés volés). Il a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire, a précisé le procureur.
Le Korrigan