Haut de page.

La fusée Tintin ne sera pas construite
247.893 euros partis dans la lune

ANGOULEME (AFP) - La construction à Angoulême de la fusée Tintin, une réplique d'une cinquantaine de mètres de haut de l'engin spatial imaginé par Hergé, est abandonnée.

Magelis, le Pôle image d'Angoulême, initiateur du projet, entend en effet "concentrer ses activités sur la formation et sur la production d'images", a expliqué le président Michel Boutant, nouveau président (PS) du conseil général et aux commandes de Magelis depuis avril dernier. Selon le responsable, un terme a été mis fin août, sans pénalités pour le Syndicat mixte du Pôle image (SMPI), à la convention qui liait Magelis à la SA Moulinsart. En 2001, la SA Moulinsart, chargée d'exploiter les droits dérivés de l'oeuvre d'Hergé, avait cédé une exclusivité mondiale pour une période de 20 ans au SMPI moyennant la somme de 247.893 euros, que la fusée soit ou non construite.

Une somme dont le SMPI s'est acquitté. La convention prévoyait également une commission de 5 % sur les recettes de l'exploitation de la fusée. L'engin spatial à damier rouge et blanc vedette des albums "Objectif Lune" et "On a marché sur la Lune", devait constituer l'attraction d'un domaine ludique grand public.

Celui-ci a également été abandonné, après avoir été tout d'abord recalé à deux reprises, pour cause de terrains inappropriés, puis gelé en décembre 2003 et enfin promis à l'abandon en avril dernier. Magelis, projet de développement économique, est composé d'entreprises (dessin animé, multimedia, jeu vidéo...) et de formations spécifiques à l'image.
Le Korrigan