Haut de page.

Dos à dos à moto
et à vélo?

BANGKOK (AFP) - Les soldats thaïlandais ont du mal à s'y faire: il doivent être assis dos au conducteur pour une patrouille à moto afin de parer à toute attaque survenant de derrière.

Les soldats mobilisés en nombre dans le Sud musulman de la Thaïlande n'apprécient guère l'innovation proposée par le général Chetta Thanajaro, ministre de la Défense, pour renforcer leur sécurité, même s'ils figurent parmi les premières victimes des attaques attribuées à des séparatistes musulmans qui ont fait plus de 315 morts depuis janvier.

Après diverses trouvailles telles les véhicules blindés à trois roues sur le modèle du célèbre "tuk-tuk" circulant dans toute la Thaïlande, ou des guérites, elle aussi blindées mais qui se transformaient rapidement en sauna sous le soleil des tropiques, la position dos à dos pour les patrouilles à moto pose problème.

Même après avoir obtenu un ajustement des repose-pied pour leur permettre de mieux maintenir l'équilibre ainsi modifié, les soldats estiment que cette position destabilise totalement la moto. "Les sièges ne sont pas faits pour un passager assis à l'envers", a déclaré, plein de bons sens, un soldat cité mardi par le quotidien Bangkok Post. "Et puis c'est plus dur pour le conducteur de tourner parce que sur une moto les virages nécessitent une coordination entre le conducteur et son passager dans le déplacement du poids du corps".

Mais le général Palangoon Klaharn est persuadé que cette innovation apporte une meilleure protection à ses hommes. "C'est plus difficile d'être attaqué", a-t-il déclaré."Et si cela arrive, nous pouvons réagir immédiatement". Autre proposition, qui pourrait être plus efficace étant donné que la majorité des attaques dans le Sud sont menées par des hommes circulant ... à moto: les autorités envisagent d'interdire aux conducteurs de motos d'embarquer tout passager.
Le Korrigan



    Pour aller plus loin...
    Articles
    Dos à dos à moto [Presse]