Haut de page.

Statue équestre d'Henri IV
piste bonapartiste?

PARIS (AFP) - Des boîtes de plomb scellées, découvertes à l'intérieur de la statue équestre d'Henri IV érigée sur le Pont-Neuf à Paris, doivent être ouvertes vendredi au ministère de la Culture.

Dans un communiqué, le ministère a précisé que ces boîtes "renferment probablement, comme il était d'usage pour les grands monuments commémoratifs, des documents liés à l'érection de cette statue en 1818 par le sculpteur François-Frédéric Lemot". Ce cheval et son cavalier ont remplacé, sur l'ordre de Louis XVIII, la précédente statue équestre du premier des Bourbons qui avait été édifiée au même endroit à l'initiative de Marie de Médicis en 1614 et détruite sous la Révolution en août 1792.

"Les objets et documents renfermés dans ces boîtes témoignent probablement aussi du culte rendu en permanence à la mémoire du Bon Roi par l'opinion publique malgré les vicissitudes de l'Histoire", a ajouté le ministère.

Le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres doit procèder vendredi à 16h00 rue de Valois, à l'ouverture de ces boîtes -découvertes lors de l'exploration intérieure du cheval et du cavalier-, en présence de Jean-Pierre Babelon, président de la Société Henri IV, historien d'Henri IV et de Paris. La statue équestre d'Henri IV se dresse à la pointe de l'île de la Cité sur le terre-plein qui surplombe le jardin du Vert-Galant.
Le Korrigan