Haut de page.

Uchronie britanique
cette année là...

LONDRES (AFP) - L'histoire comme elle aurait pu se produire: les archives gouvernementales britanniques ont révélé samedi un monde étrange dans lequel Idi Amin Dada intervient dans le processus de paix en Irlande du Nord, le Concorde n'a jamais volé et les forces britanniques envahissent Chypre.

Ces documents diffusés par les Archives nationales 30 ans après les faits concernent principalement l'année 1974, lorsque le travailliste Harold Wilson était Premier ministre.

Parmi eux, une extraordinaire proposition apparemment sérieuse du dictateur ougandais Idi Amin Dada proposant de négocier un processus de paix entre les factions nord-irlandaises. "Je mets mes bons offices à la disposition des parties opposées en Irlande du Nord", écrit au gouvernement britannique le président ougandais, responsable au cours de ses huit années au pouvoir de la mort de 400.000 personnes. Jugeant que l'offre manquait de lucidité, Londres décida de la décliner poliment mais fermement.

Plus sérieusement, le gouvernement de Harold Wilson s'inquiétait en 1974 de possibles frictions avec les Etats-Unis, Londres voulant à toux prix empêcher une visite du président américain Richard Nixon peu de temps avant qu'il ne renonce à son mandat. Le Premier ministre britannique considérait en effet une telle visite comme source d'embarras à la suite du scandale du Watergate. Il ordonna donc de prendre "toutes les mesures" possibles afin qu'elle n'ait pas lieu, et ce, malgré les mises en garde de son ambassadeur à Washington, Sir Peter Ramsbotham, selon lequel Richard Nixon était "un homme vindicatif".

Toujours en 1974, Londres envisageait d'envoyer des milliers de troupes à Chypre afin de réinstaller au pouvoir l'archevêque Makarios, ce qui aurait pu empêcher l'invasion turque qui a mené à la partition de l'île. Mais la hiérarchie militaire britannique estima qu'une telle décision pouvait potentiellement placer l'armée dans une situation similaire à celle à laquelle elle faisait face en Irlande du Nord.

D'autres documents ne manquent pas de saveur, comme l'idée saugrenue de Wilson d'envoyer en Irlande du Nord un sous-marin nucléaire afin de pallier les coupures de courant qui menaçaient la province. Il fallut lui expliquer que l'énergie générée par le submersible n'était pas compatible avec l'électricité nécessaire pour alimenter les foyers des particuliers. Le gouvernement Wilson faillit également abandonner le projet du Concorde mené en partenariat avec la France en raison de ses coûts importants. "Si la décision devait être prise demain, elle serait négative sur une base économique", affirma le Premier ministre à son homologue français de l'époque, l'actuel président de la République française Jacques Chirac.

Toujours en 1974, un différend apparut entre les responsables du zoo de Londres et le gouvernement après que Pékin eût offert deux pandas, Ching Ching and Chia Chia, pour célébrer l'amitié sino-britannique. L'objet du litige portait sur le coût élevé de la nourriture des deux mammifères, qui ne mangent que de pousses de bambous. Un responsable du Foreign Office proposa toutefois que le gouvernement prenne en charge ces frais, afin d'éviter que l'affaire ne dégénère en incident diplomatique. "Les Chinois, qui ont offert un beau cadeau au peuple britannique, prendront ce refus de la part du gouvernement comme une rebuffade délibérée", prévint-il.
Le Korrigan



    Pour aller plus loin...
    Articles
    Uchronie britanique [Presse]