Haut de page.

Vente interdite d'accessoires sexuels
au pays des liberté...

WASHINGTON (AFP) - La Cour Suprême des Etats-Unis a refusé mardi d'examiner une loi interdisant le commerce d'accessoires et objets sexuels dans l'Alabama, confirmant de fait cette interdiction.

La plus haute cour américaine a refusé, sans commentaires, d'examiner l'appel déposé par des utilisateurs et des commerçants d'accessoires sexuels, selon lesquels cette loi porte atteinte à leur droit constitutionnel en termes de vie privée. Cette loi de l'Alabama, adoptée en 1998, interdit la distribution de 'tout appareil mis au point ou présenté comme ayant pour utilisation principale la stimulation d'organes génitaux humains'.

Les contrevenants risquent jusqu'à 10.000 dollars d'amende et un an de prison. La précédente décision de cour d'appel -- que la Cour Suprême confirme en refusant d'examiner l'affaire -- affirmait en juillet que l'Alabama a le droit d'interdire ce commerce d'accessoires sexuels, porte ouverte possible vers la légalisation de pratiques sexuelles indésirables comme la prostitution.

Elle ajoutait que si les citoyens de l'Alabama voulaient un jour se débarrasser de cette loi, ils pourraient le faire via leur parlement. L'ACLU, principale organisation américaine de défense des droits individuels, s'était jointe aux plaignants opposés à cette loi, estimant que l'utilisation de ces objets sexuels intervient lors 'd'actes très privés entre adultes consentants' qui devraient se situer 'au-delà de l'atteinte de toute régulation gouvernementale'.
Le Korrigan



    Pour aller plus loin...
    Articles
    Vente interdite d'accessoires sexuels [Presse]