Haut de page.

Niche fiscale pour sorcière
il sont fous ces néerlandais...

APPELSCHA, Pays-Bas (AP) - Des toiles d'araignées pendent du plafond, les étagères poussiéreuses débordent de potions magiques, bocaux d'herbes et amulettes, un chaudron noir traîne dans un coin en attendant la prochaine pleine lune... Ce n'est pas un décor pour Halloween, c'est le lieu de travail de Margarita Rongen, sorcière frisonne. Vous n'y croyez pas? Vérifiez donc sa feuille d'impôts...

Aux Pays-Bas, les sorcières bénéficient en effet d'une niche fiscale qui a déclenché un véritable tollé politique: le tribunal de Leeuwarden a confirmé leur droit à déduire de leurs impôts leurs frais de formation... certes pas dans la plus prestigieuse des école de sorciers, celle de Harry Potter, mais tout de même, cela représente un cadeau de quelques milliers d'euros...

"C'est juste parce que le mot 'sorcier' a été mentionné qu'ils se sont réveillés", souligne Margaret Rongen, longs cheveux roux sur une ample robe de velours noir et amulettes en pierre cliquetant autour du cou.

Le 23 septembre, le tribunal a confirmé qu'une sorcière pouvait déduire ses frais de formation de ses impôts si cela augmentait ses possibilités d'emploi et de revenus. Et ce, bien que les "diplômes en sorcellerie" ne soient pas reconnus par l'Etat.

Il fut un époque lointaine où les sorcières brûlaient sur les bûchers, mais Margaret Rongen, mère de deux grands enfants, a aujourd'hui pignon sur rue et dirige une école de sorcellerie dans son village d'Appelscha, dans la Frise, région du nord des Pays-Bas.

En 40 ans, elle a formé plus de 160 disciples dans ce qu'elle qualifie de "religion plus ancienne que le christianisme".

Les cours ont lieu 13 week-ends par an, le plus près possible de la pleine lune, lorsqu'on pratique des rituels de plein air et concocte les potions magiques. Les apprentis sorciers apprennent à guérir avec des pierres et des herbes, étudient la divination dans les boules de cristal ou le déchiffrage de hiéroglyphes. On leur enseigne à utiliser leur force spirituelle intérieure et à puiser dans l'énergie naturelle des arbres et des plantes.

Les frais de scolarité sont de 170 euros par stage de fin de semaine, logement et matériel compris. Le cycle complet coûte 2.210 euros, une formation ouverte aux adultes de plus de 18 ans.

"Je suis une sorcière depuis 38 ans et c'est mon père qui m'a tout appris. Une fois que vous êtes sorcier, vous pouvez transmettre votre savoir", explique Margaret Rongen, "initiée" à l'âge de 16 ans.

Ebahi d'apprendre que l'Etat finançait les sorcières, l'avocat Pieter Omtzigt a demandé des explications. "Si nous dépensons mille euros pour un cours de sorcellerie, ce sont mille euros que nous ne dépensons pas ailleurs. Il y a 500.000 chômeurs dans le pays", déplore-t-il dans une interview.

L'Etat-providence néerlandais étant ce qu'il est, la réponse à ses questions a été sans appel, dans une lettre du ministre délégué des Finances Joop Wijn: "Au vu des circonstances, le coût d'un cours de formation en sorcellerie est bien considéré comme frais de formation".

Margaret Rongen ne comprend pas où est le problème et a invité l'avocat sceptique à venir la voir, convaincue de pouvoir le convertir... "S'il venait ici et voyait combien il est important de découvrir des choses, combien il est déplaisant d'avoir des radiations terrestres dans sa maison, combien les forces de la terre sont puissantes, ça serait magnifique". AP
Le Korrigan



    Pour aller plus loin...
    Articles
    Niche fiscale pour sorcière [Presse]