Haut de page.

Entretien avec Frédéric Weil
par Thomas pour l'Ezine l'Echo Obscur


Frédéric Weil est chargé de gamme chez l’éditeur Multisim, mais avant cela, c’est d’abord lui qui a eu l’idée de développer l’univers de Dark Earth et de lui faire effectuer le pas entre jeu video et jeu de rôle. Autrement dit, il a donné à l’univers de Dark Earth une dimension infinie.

La Rédaction: Frédéric, bonjour. D’abord merci de répondre à notre petite requête dans ces moments que nous savons mouvementés entre une naissance et un lourd programme de publications pour Multisim.

Commençons tout de suite à brûle pourpoint par te poser des questions sur la Grande Révélation ! Comme nous l'annonçons en première page de ce nouvel Echo, la gamme Dark Earth est en statu quo depuis la sortie du dernier supplément, L'Avant. Pourrais-tu expliquer à nos lecteurs en deux les raisons du gel des publications ?


Plusieurs raisons, la principale est que la licence Dark Earth est une propriété de la société défunte Kalisto. Depuis sa liquidation, il est impossible pour Multisim de pouvoir continuer un développement original. Il nous faudrait racheter toute la marque jeu vidéo compris, ce qui est trop cher pour Multisim. De plus, structurellement, Dark Earth est un jeu que nous aimons beaucoup à Multisim et que j'estime pour ma part comme l'une des meilleures réussites en terme de règles. Nous avons soutenu beaucoup le jeu par une politique de suivi de qualité. Ce qui fait que tous les joueurs de DK sont très souvent des vrais accrocs du jeu, le considérant quelque fois comme leur JDR préféré. Je dois dire que c'est très gratifiant en tant que co-auteur et éditeur du jeu. Néanmoins, du fait même de se nature et très souvent de sa présentation en tant que jeu post-apo, DK et son univers ont du mal à conquérir un public suffisamment large pour nous permettre de faire vivre une gamme de qualité tout en gagnant un peu d'argent.

La Rédaction: Nous savons que tu es un grand fan de l'univers Dark Earth. As tu encore des espoirs quant à une reprise ?

Aujourd'hui du fait de la position de la licence, tout est possible! Quelqu'un peut racheter le titre et s'intéresser au JDR ou bien cela peut encore croupir pendant de nombreux mois arrêtant tout espoir de renaissance du JDR. Wait and see!

La Rédaction: As-tu des regrets quant à la stratégie adoptée dans le développement de la gamme Dark Earth ? Que manquait-il à Dark Earth ?

Non, pas vraiment de regret, si ce n'est qu'on aurait du faire une couverture en carton pour la deuxième édition. Si, les dessins des archétypes de la la seconde édition ne sont en définitive pas terribles. C'est ma faute, c'est moi qui les a édités.

La Rédaction: Le développement de Dark Earth va probablement continuer à un niveau amateur grâce à l'Echo de l'Obscur. Que t'inspire ce changement ?

Bonne chance! Je suis très heureux de voir la veine de cet univers extraordinaire et marquant continuer d'être exploité.

La Rédaction: Dark Earth est maintenant dans les mains de fans motivés certes, mais pas forcément professionnels dans l'âme. Quels seraient les premiers conseils que tu donnerais à l'équipe de rédaction ?

Les fans motivés offrent leur temps et talents de manière bénévole pour voir leur univers préféré continuer de vivre. Ca, c'est top.
Pour une rédaction amateur, le premier conseil que je puisse donner c'est d'être pro! Derrière cette boutade, je tiens seulement à signaler le principe qu'une rédaction de ce type sera confrontée aux mêmes problèmes que des pro. En règle générale, ce n'est pas le premier produit qui pose problème mais le second et le troisième. Les bonnes volontés se sont affadies, certains se retrouvent accaparés par leurs études/métiers/familles. Les conflits de personnes/ligne éditoriale/sous émergent. De plus la réception du produit se fait dans un anonymat encore plus profond que pour un produit pro. Bref, ce n'est pas une sinécure. Mon conseil principal, c'est donc avoir la foi et bosser comme si vous étiez une entreprise et d'être d'une patience à toute épreuve. Très peu de prozines en France survivent souvent pour les raisons que j'ai évoquée. Toutefois, certains comme les gratteurs de Lune font un boulot remarquables et perdurent avec une vraie ligne éditoriale.

La Rédaction: Certains auteurs officiels nous ont d'ores et déjà promis de publier de temps à autres des textes dans l'Echo. Comment vois tu ce geste ? Serais tu aussi prêt à participer ? Aurais tu des suggestions quant aux futurs développements du jeu ? Quels auraient été les projets si Dark Earth avait pu continuer ?

C'est super que certains auteurs aient envie de continuer leur démarche d'enrichissement de cet univers. Je crois comme pour les joueurs, les auteurs qui participent à DK établissent un rapport très particulier avec l'univers et le jeu, un rapport souvent plus fort que ce que je peux voir sur d'autres gammes. Un des mystères de Sombre-Terre que Guillaume Le Pennec, l'inventeur originel de l'univers a su créé.

La Rédaction: Pour finir, pourrais tu te présenter d'un point de vue plus personnel ? En fait, c'est une petite tradition dans notre communauté où l'on ne se limite pas aux adresses emails, comme tu peux le constater dans la présentation des rédacteurs. As-tu le temps de jouer aux jeux de rôles ? Dans l'affirmative, es-tu le plus souvent maître du jeu ou joueur ? Quels jeux ? Dark Earth ?

Euh, 35 ans, joueur et Mj de JDR depuis l'âge de 11 ans, lecteur assidu de SF et de Fantasy, fan de techno. Hormis les JDR que j'ai écrit et publié, mes JDR préférés sont Runequest, Cyberpunk et L5R. Je n'ai plus beaucoup le temps de jouer de manière régulière. Je teste les jeux qu'on publie (et RétroFutur, c'est vraiment de la balle!) et j'ai récemment commencé une campagne de Fading Suns en MJ. J'ai très peu joué à DK sauf pour les tests et c'est un des rares jeux auquel j'aimerais jouer en tant que joueur.

Merci mille fois pour ces réponses, Frédéric.
Le Korrigan