Haut de page.

ne tuez pas Harry Potter
Etrange demande...


NEW YORK (Reuters) - Deux des plus célèbres écrivains américains, John Irving et Stephen King, ont supplié J.K Rowling de ne pas tuer Harry Potter dans le dernier tome de sa série, mais l'auteur britannique n'a rien voulu promettre.

'Je croise les doigts pour Harry', a déclaré Irving lors d'une conférence de presse donnée conjointement par les trois auteurs à l'occasion d'une lecture organisée à New York.

L'auteur du 'Monde selon Garp', entre autres succès, et King ont dit vouloir 'conditionner' Rowling, qui travaille actuellement au septième et dernier tome des aventures de l'apprenti-sorcier et a d'ores et déjà prévenu que deux personnages allaient mourir.

King a dit quant à lui qu'il comptait sur Rowling pour se montrer 'juste' avec son jeune héros.

'On s'achemine vers le dénouement que j'ai toujours prévu, mais deux personnages meurent alors que je ne l'avais pas projeté, et un sursis a été accordé à un autre personnage', a déclaré l'écrivain britannique, en refusant de préciser.
Les six premiers tomes de la série se seraient vendus à plus de 300 millions d'exemplaires dans le monde, selon ses éditeurs.

'Je comprends ce qui peut pousser un écrivain à tuer son personnage dans la mesure où cela évite que d'autres continuent de le faire vivre après la mort de l'auteur', a-t-elle ajouté, laissant craindre le pire aux inconditionnels de Harry Porter: la mort du jeune sorcier.

Rowling a cependant noté qu'Irving avait tué bien plus de personnages qu'elle dans ses romans.

'Quand des lecteurs m'accusent de sadisme, ce qui n'arrive pas si souvent que cela, je me dis que je devrais leur conseiller de lire les livres de John (Irving) et de Stephen (King) pour qu'ils s'endurcissent', a-t-elle plaisanté.
Le Korrigan