Haut de page.

Qui a perdu les clefs du laboratoire top secret ?
oups...

SAN FRANCISCO (Reuters) - Les responsables d'un des laboratoires de recherche en armement nucléaire américain les mieux gardés au monde ont été obligés de revoir les mesures de sécurité du site après avoir appris qu'un jeu de clés avait disparu.

La perte des clefs du Lawrence Livermore National Laboratory a été constatée le 17 avril dernier.

Pour autant, quiconque trouverait le précieux trousseau ne pourrait prétendre entrer dans les lieux, compte-tenu des verrous, alarmes, cartes magnétiques et autres mesures de sécurité qui protègent le site, situé à l'est de San Francisco, en Californie.

"Les clés seules ne permettent pas une intrusion dans ces bâtiments qui contiennent des biens relevant de la sécurité nationale et du matériel classifié", prévient le laboratoire, dans un communiqué où il précise que de nombreuses autorisations sont exigées pour y pénétrer.

Cet incident survient au moment où des responsables à Washington et ailleurs dans le pays s'interrogent sur la sécurité des principaux laboratoires d'armement du pays.

Il intervient également une semaine après la démission d'un ancien agent du FBI qui dirigeait le service de contre-espionnage du laboratoire, mais interrogée sur cette troublante coïncidence, une porte-parole s'est empressée d'affirmer qu'aucun lien n'était établi entre ce départ et la disparition des clefs.

"Cela n'a strictement rien à voir avec la situation (de l'ancien du FBI) Bill Cleveland et toute affirmation en ce sens est ridicule", a-t-elle dit. "Bill Cleveland dirigeait le contre-espionnage, pas la sécurité".

Pour la petite histoire, Cleveland a pris la porte après avoir admis une longue relation extra-conjugale avec une femme d'affaires sino-américaine, Katrina Leung. Cette dernière a fait l'objet de poursuites pour avoir volé des documents classifiés dans la mallette de son agent traitant du FBI, qui était aussi son amant. Bien que certains aient vu en elle un agent double, Katrina Leung n'a pas été inculpée d'espionnage.

Quand ils ont constaté la perte des clefs, les responsables du laboratoire de Livermore ont remplacé les serrures, lancé des patrouilles et juré qu'on ne les y reprendrait plus.
Le Korrigan