Haut de page.

Privilèges
par le Grand Cabos


C'est le Grand Cabos qui vous parle (qui a dit « surtout sa Grande Gueule ! » ?!...)

Il y a de cela quelques temps, j'ai été sollicité pour réaliser une interview de... moi-même ! En fait, il s'agissait de présenter un de mes jeux (PRIVILEGES), en étant totalement libre de parole. Sur le principe, c'est sympa (personne pour poser des questions qui fâchent !), mais bon, parler tout seul, ça fait toujours un peu naze ! Donc, je propose ce splendide débat entre CQQ (Cabos Qui Questionne) et CQFD(Cabos Qui Fonce Droit au but ? hum ! oui je sais ! désolé !). Moteurs, on tourne (en rond ?)...

CQQ : Alors c'est donc toi le célèbre Cabos ?
CQFD (qui trouve que ça commence bien) : Et bien oui, c'est moi...

CQQ : Mais dis-moi, en fait, personne ne te connaît ! Alors t'es qui au juste ?!
CQFD (qui se dit que fallait pas rêver !) : Ah ouais d'accord ! Bon, alors disons juste que je suis un joueur de JDR.

CQQ : Un auteur aussi quand même, ou c'est même pas toi qui les a écrit tes jeux ?
CQFD : Non, je suis aussi un auteur, mais finalement, cela reste pour moi assez marginal. Je me défini d'abord comme un joueur de JDR. Je suis devenu auteur par simple envie de faire ma petite tambouille dans mon coin, et finalement, l'édition, ça n'a été qu'un concours de circonstances.

CQQ : Ça ne te plaît pas, le métier d'auteur ?
CQFD : Si, c'est très sympa, mais dans le JDR, en faire son métier (je veux dire, en vivre), ça me paraît assez dur. Alors j'ai du mal à me définir dans le JDR comme auteur, même si dans les fait, c'est quand même un peu ce que je suis. En plus, il faut se dire que des joueurs comme moi, qui ont écrit leur propre jeu à un moment ou un autre, y en a beaucoup. Ces jeux en sont à des stades d'écriture et de finition très divers, mais ce n'est pas une denrée rare. Alors on va pas se draper dans un titre un peu ronflant, qui ne correspond en rien à quelque chose d'exceptionnel !

CQQ : Mais alors, pourquoi avoir sorti PRIVILEGES ?
CQFD : Je l'ai dit, c'est plutôt un concours de circonstances. Dans le JDR, la sortie de tel ou tel ouvrage dépend souvent du hasard des rencontres, et des calendriers des éditeurs. PRIVILEGES est arrivé au moment où la Boite à Polpette (la BAP) se lançait. En fait, j'avais écrit ce jeu vers 1991. En 1993, il avait été présenté au FSO de Toulon, dans le cadre d'un concours de création de JDR, et il en avait remporté le premier prix. On m'avait même remis le titre ronflant de « jeu le plus éditable de
l'année ». Le prix était donné par tous les éditeurs de l'époque, mais au moment de prendre contact avec eux... ils étaient tous repartis ! Par la suite, j'ai appris que si mon jeu était « le plus éditable de l'année », aucun éditeur n'avait de place pour lui dans sa programmation ! Ça fait bizarre ! A l'époque, je voyais les éditeurs comme des types plutôt structurés, avec de gros moyens financiers. Plus tard, je me suis rendu compte qu'ils tiennent plus de Mr Bricolage que de l'Oncle Picsou ! Bref, quand,huit ans plus tard, en 2001, la BAP s'est lancée, j'ai remis PRIVILEGES dans le circuit, surtout pour dire aux autres auteurs de ne pas hésiter à se manifester.

CQQ : Mais alors, ça parle de quoi ton jeu ?
CQFD : Ah ça c'est plus intéressant ! PRIVILEGES est un jeu qui met en scène des Squatters-Loosers dans un monde caricatural et ouvertement humoristique, au nom d'une pseudo organisation révolutionnaire et égalitaire (dont tous les dirigeants vivent en Suisse !). A l'origine, il y a eu une sorte de révolution sociale qui a lamentablement échoué. Loin de devenir une sorte de dictature technologique complexe, le pays a continué de fonctionner comme aujourd'hui, mais de façon de plus en plus caricaturale : les gouvernants s'en mettent joyeusement plein les fouilles, la police enchaîne bavure sur bavure, les médias cherchent à faire du sensationnel avec tout et n'importe quoi, et même l'organisation révolutionnaire (le Club PRIVILEGES) pour laquelle travaillent les personnages des joueurs n'est qu'un ramassis de profiteurs qui, sous des prétextes nobles, ne pensent qu'à se goinfrer de pognon et de pouvoir ! La révolution avortée a donc laissé sur le carreau des milliers de sans-grade, des gens qui n'avaient pas grand chose au départ, et qui n'ont plus rien maintenant. A la création du personnage, celui-ci débute avec une ou plusieurs haines. Elles symbolisent pour lui l'origine de ses malheurs et de sa déchéance, et en cours de jeu, tout ce qui va s'en rapprocher va énerver le personnage jusqu'au moment où ce dernier va carrément péter les plombs ! Et là, c'est à ses petits camarades de veiller à ce qu'il ne les foute pas trop dans la merde !

CQQ : Quoi ! Mais alors, c'est un appel à la haine !?
CQFD : Pour bien situer les haines des personnages (il y en a 100 dans le livre de règles), citons en quelques unes : Haine des chiens qui chient sur les trottoirs, Haine de l'électro-ménager qui déconne, Haine des joueurs de jeux de rôles, Haine des gens qui se la pètent... De plus, chaque scénario propose 8 haines supplémentaires en fin de mission, au cas où ça n'aurait pas trop bien marché pour les Adhérents (nom générique des personnages des joueurs) ! Au cours de chaque scénar, les Adhérents récupèrent des points de Stress. Quand le total de ces points dépasse 100, il faut qu'il se défoulent sur l'objet de leur haine, ou un équivalent (dommage si ce qui se rapproche le plus d'un chien qui chie sur les trottoirs est un molosse qui passe à ce moment-là !).

CQQ : Et les règles ? Elles sont compliquées ?
CQFD : C'est rare qu'un auteur vienne te dire : « Ah ouais, elles sont hyper complexes ! ». C'est comme si tu lui demandais « Il est bien ton jeu ? » et qu'il te réponde « Non, c'est de la merde ! ». Pour les règles, PRIVILEGES est basé sur des tirages de pourcentage. Tu as une caractéristique (Force, Intelligence, Sens, Réflexes), des talents associés (Rester au garde à vous, comprendre la grammaire française, draguer comme une bête, péter de joie...), et le croisement des deux te donne un pourcentage à
réaliser. Une seule et unique table de modificateurs, et hop, c'est parti !

CQQ : T'as des exemples de personnages ?
CQFD : Ouais, j'ai déjà eu le droit à un (ex-) pilote de motocrottes, un (ex-) jardinier de carré à chiens, un (ex-) artiste intermittent du pet, une (ex-) concierge qui se prenait pour Rambo (impossible de parcourir un couloir autrement qu'à plat ventre !)...

CQQ : Et les histoires ? Elles ressemblent à quoi les histoires ?
CQFD : A l'heure actuelle, il existe deux ouvrages édités en plus des règles, et quelques histoires sur le net. Les deux bouquins sont « Petits Scénars entre Amis » et « La FERME ! ». Le premier est une compilation de quatre scénarios. Une réunion d'inventeurs tarés sponsorisée par un riche désoeuvré, une histoire de vengeance contre la branche armée du MLF, le sabotage d'une opération médiatique montée par la police, et une série d'épreuves (genre sermon d'église, attaque de commissariat et concours de poésie) dans le cadre d'un reportage de l'Écho des Relents sur le Club.

L'autre, « La FERME ! », est un mélange de jeu de rôle et de jeu de plateau. Chaque Adhérent doit gérer une ferme modèle sur 6 mois. L'ensemble est structuré comme un jeu de plateau, par phases (par exemple : combats de PLOUKEMONS, achats à la Bourse de Vashe, ou encore les 24 Heures du Trou), entrecoupées de phases entièrement jeu de rôle (infiltration du Labo Rigen déguisé en hamster géant, ou encore participations à deux GN du village : La Nuit du Dragon qui rôde dans le Noir de Saint Trou, et l'Empire fait la Guerre au Retour des Etoiles de Saint Trou.). L'ensemble est désigné sous l'appellation de « Campagne campagnarde », et c'est une franche poilade !

CQQ : D'autres projets en attente ?
CQFD : Pour l'instant, je suis très accaparé par un autre de mes jeux, mais je sais qu'il existe un projet de jeu sur internet inspiré de PRIVILEGES. De plus, la BAP recherche d'autres auteurs pour reprendre le flambeau et étoffer la gamme. Moi j'abdique pas, mais il faut pouvoir disposer d'un peu de temps.

CQQ : Bon et bien voilà, j'ai fini pour mes questions ! Toi t'étais pas terrible, mais moi, j'étais bien ?
CQFD : Vas chier !
Le Korrigan



    Pour aller plus loin...
    Articles
    Privilèges [Articles JdR]
    Liens
    La Boîte à Polpette