Haut de page.

Revolt in Rom
petites variantes pour limiter la corruption


Roma est un petit bijou de Stefan Feld qui devrait ravir les amateurs de jeux à deux, notemment par une gestion astucieuse du hasard.


De l’Art du Négoce

Cependant, une carte s’avère fort puissante et déséquilibre quelque peu le jeu, offrant à celui qui la pioche une victoire quasi certaine… Il s’agit du Merkator (marchand) qui permet au joueur qui l’active d’échanger 1 point de prestige contre 2 pièce d’or et ce sans aucune limite. Autant dire qu’un joueur qui passe un ou deux tours à s’enrichir est assuré de la victoire !
L’auteur avait d’ailleurs souhaité contrebalancer sa puissance par une carte voleur qui permettait de dérober une carte de la main de son adversaire, mais celle ci a été reléguée dans une future possible extension.

Voici une variante légère qui permet d’atténuer la puissance du Merkator :

Le pouvoir du Mercator est conservé mais on limite l’achat de points de prestige à 3.


Le Korrigan



    Pour aller plus loin...
    Articles
    Revolt in Rom [Articles JdS]
    Série & fiches liées