Haut de page.

Ciudalia
Gagner la Guerre


Fiche descriptive

Heroic-Fantasy

Gagner la Guerre

Tome 1

Frederic Genet (d'après l'œuvre de Jean-Philippe Jaworski)

Frederic Genet

Frederic Genet

Le Lombard

25 mai 2018


14€45

9782803672080

Chronique

Benvenuto est un tueur à gages, sans doute le meilleur de toute la République de Ciudalia. Sa nouvelle mission – expédier un noble venu s'encanailler dans les bas-fonds – a tout d'une sinécure.

Mais le client va se révéler beaucoup plus coriace que prévu. Et voilà Benvenuto plongé au coeur d'un complot trop vaste pour lui...
un excellent album!


Le sacrifice du pion
Gagner la Guerre, planche du tome 1 © Le Lombard / Genet  / JaworskiAvant d’être révélé comme écrivain, Jean-Philippe Jaworski s’est taillé un nom dans le monde du jeu de rôle en signant Te Deum pour un Massacre, un jeu de rôle historique immergeant les joueurs au cœur des guerre de religion qui ont ensanglanté la France. En 2009 paraissait son premier roman, Gagner la Guerre, un récit de Renaissance-fantasy particulièrement enthousiasmant et remarquablement bien écrit dont s’empare aujourd’hui Frédéric Genêt pour en signer une audacieuse adaptation en BD…

Ciudalia, capitale du Vieux Royaume. L’ancien phalangiste Benvenuto Gesufal travaille à présent comme assassin pour la Guilde des Chuchoteurs. Don Mascarina l’engage pour un contrat simple d’abord… Il s’agirait de s’occuper d’un client fortuné venu s’encanailler sur la Via Degli Ducati…

Une magistrale adaptation de l’un des meilleurs romans de fantasy de ces dernières années…
L’affaire est un retentissant fiasco et un véritable guet-apens dont Benvenuto ne sort que d’extrême justesse… Lorsqu’il part retrouver son commanditaire dans sa demeure, il trouve le maître assassin et ses élèves massacrés… Sans le savoir, il a mis les pieds dans un complot d’envergure et il lui faudra toute son agilité et sa sagacité pour sortir indemne de cet inextricable guêpier…


Gagner la Guerre, planche du tome 1 © Le Lombard / Genet  / JaworskiL’annonce de l’adaptation d’un des meilleurs romans de fantasy de ces dernières années était de celle à enthousiasmer les lecteurs de l’œuvre originelle tout en leur donnant des sueurs froides… Comment adapter un roman aussi magistral doté d’une qualité d’écriture indéniable sans le dénaturer et l’affadir? Il fallait un auteur de la trempe d’un Frédéric Genêt pour s’en tirer avec les honneurs, tant pour la qualité de son dessin que pour son récit qui a su conserver l’esprit du roman original malgré de nécessaires coupes… Commençant son récit par l’adaptation de la nouvelle Mauvaise Donne qui posait le cadre et le personnage principal de ce qui allait devenir Gagner la Guerre

Energique et dynamique, son dessin est une petite merveille. Ses planches fourmillent littéralement de détails puisés tant dans le roman que dans la renaissance italienne ou espagnole, conférant à l’ensemble une cohérence savoureuse et remplaçant avec maestria l’écriture ciselée de l’album par des images somptueuses et cadrées avec autant de soin que d’efficacité. Superbement composée et magnifiquement réalisée, la couverture n’est qu’un petit aperçu saisissant du travail de ce dessinateur que l’on avait déjà pu apprécier dans Mygala ou Samuraï (tous deux scénarisés par Jean-François Di Giorgio) et dont le talent explose littéralement avec cet album superbe et parfaitement maîtrisé…
Gagner la Guerre, planche du tome 1 © Le Lombard / Genet  / Jaworski
Adapter un récit aussi truculent que Gagner la Guerre du brillant Jean-Philippe Jaworski était indéniablement exercice audacieux et risqué. Pour son premier roman en tant qu’auteur complet, Frédéric Genêt a relevé le défi avec un indéniable brio…

Il n’a pas hésité à remanier la structure du récit pour lui conférer un rythme soutenu par le truchement de flashbacks bien sentis qui viennent préciser de façon fluide les relations unissant les différents protagonistes de cette histoire où se mêlent scènes de guerres et de batailles et complots machiavéliques et politiques. Son dessin virtuose met en scène des personnages particulièrement convaincants, à commencer par son Benvenuto Gesufal, assassin sans morale agile et rusé qui colle parfaitement à l’image que l’on pouvait s’en faire à la lecture du roman… Inspiré de la Renaissance, ses décors foisonnant de détails s’avèrent particulièrement réussis, esquissant de façon convaincante les contours d’un monde dense et cohérent…

Les fans du roman peuvent se rassurer : Frédéric Genêt entame une adaptation fidèle et somptueuse de l’un des meilleurs romans de fantasy de ces dernières années… C’est peu dire que nous avons hâte de lire la suite!


Quand on ne peut plus éteindre un incendie… on allume un contrefeu.Benvenuto Gesufal

Gagner la Guerre, planche du tome 1 © Le Lombard / Genet  / Jaworski
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Dans Wastburg, incarnez des gardes dans une cité médiévale où la magie s’est fait la malle. Jeunes recrues, vous patrouillerez dans la rue pour apprendre les ficelles du métier puis vous serez appelés à résoudre des mystères plus complexes et à jouer un rôle de premier plan dans la politique de la cité. Car Wastburg est une cité qui change. Pas toujours en bien, mais c’est une autre histoire...