Haut de page.

Jessica
Golden city


Fiche descriptive

Science-Fiction

Golden city

Tome 6

Pecqueur

Malfin

Schelle

Delcourt

Serie B

Septembre 2005

Chroniques
Critique de la Série
Valeur sûre
Jessica
une chute en demi-teinte
Les enfants perdus
un (re)démarage poussif
Guérilla Urbaine
Un album en demi-teinte

Harrison Banks – le vrai ! – est aux mains du professeur Seed et de Brad, tous deux usurpateurs de son héritage. Il est convoyé sur le lieu de son exécution par les autorités de Golden City.

Alors que le secret du Chacal est enfin dévoilé, une équipe hétérogène, aux motivations variées, se forme dans le but de sauver le héros d’une mort certaine.
un album plutot moyen...


une chute en demi-teinte
Difficile de conclure une série qui avec le premier tome (paru il y a déjà dix ans !) avait placé la barre tellement haut. De nombreux mystère trouvent ici leur réponse, des raisons secrètes qui ont poussé le clone de Banks à usurper l’identité de son géniteur à de l’identité du sinistre Chacal.

Les dessin de Nicolas Malfin sont toujours d’une rare efficacité. Ses cadrages et son trait son dynamiques et colle parfaitement à cet album où l’action occupe une place de choix. Les couleurs, froides mais efficaces, collent fort bien à cet univers d’anticipation et à l’univers aseptisé de la micro société pour nantis qu’est Golden City.

Toutefois, ce sixième album laisse quelque peu sur sa faim. Le héros, Harisson Banks, manque cruellement d’épaisseur et de consistance. L’omniprésence de l’action masque un scénario filiforme emplis d’ellipses et de circonvolutions ouateuse. La séquence à la running man arrive là comme un cheveux sur la soupe, un nième prétexte à une succession sans intérêt de scènes d’action qui ne font en rien avancer l’intrigue générale et donner à Banks une occasion bancale de se faire la belle.
Et cette manie des protagonistes de se lancer dans des monologues expliquant leurs faits et gestes et pour le moins horripilante!

Quel dommage ! L’univers esquissé dans les premiers tomes était prometteur, subtilement dosé, vision sombre et pessimiste d’une société possible… Le début des aventures de Harisson Banks augurait une suite plus palpitante, mieux construite, s’attardant d’avantage sur les personnages, leur caractères et leurs aspirations…

Une série en demi teinte, donc, qui après un démarrage tambour battant s’est trop vite essoufflée, l’action prenant trop le pas sur l’intrigue… Quel dommage et quelle déception! A la hauteur de nos attentes…
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.