Haut de page.

Atlanta
Hauteville House


Fiche descriptive

Aventure

Hauteville House

Tome 4

Fred Duval

Thierry Gioux

Beau

Delcourt

Conquistador

Octobre 2008

Chroniques

Atlanta, 1864. Églantine, en mission d'infiltration, a découvert ce que l'empereur Napoléon III compte négocier avec les états confédérés du Sud : l'utilisation d'une arme monstrueuse et vivante découverte dans les bas-fonds d'un temple maya.

De leurs côtés, Zelda, Gavroche et Georges, prisonniers des sudistes, sont transférés par train vers Atlanta où le Général Hood veut les interroger avant de livrer l'ultime bataille.
un album plutot moyen...


morne plaine
Atlanta clos le premier cycle d'Hauteville House, série Steampunk amorcée en 2004. Le premier tome a fait sensation par grâce aux dynamisme des dessins de Thierry Gioux, au remarquable travail de storyboard accompli par Christophe Quet, au scénario péchu de Fred Duval...

Pourtant, ce dernier tome peine à convaincre. Car si le premier opus était des plus convainquant, ce quatrième tome se se fait plus poussif...
On a la furieuse impressions d'avoir devant les yeux le résumé d'un épisode précédent d'une série tv tant l'intrigue semble compacte et ramassée. Les évènements se succèdent sans soulever l'enthousiasme. Il apparaît que le concept de ce premier cycle qui était de consacrer chaque tome à l'un des quatre éléments a nuit au récit lui même. Les événements narrés dans ce tome auraient pu être développés sur deux albums, ce qui aurait permit aux auteurs d'étoffer un peu les personnages principaux qui manque de consistance... Certes, l'esprit de la Série B est de faire la part belle à l'action! Mais des personnages forts et riches ne nuisent en rien à cette dernière, bien au contraire!

Graphiquement, le dessin se tient et, malgré quelques imperfections, sert fort joliment l'action. Pourtant, la représentation du monstre dont la présence oppressante était palpable dès les premier tome dénote graphiquement de l'ensemble. Plus qu'effrayant, il apparaît comme grotesque, voir franchement ridicule, évoquant les monstres en carton pâte des séries japonaises du club Dorothée.... ce qui gâche quelque peu l'effet escompté... N'aurait-il pas été plus efficace de le suggérer, de lire l'effroi dans les yeux des yankees, de ne le voir que par plans rapprochés afin de suggérer l'horreur indicible? Un raté, incontestablement...

La déception est à la mesure de l'envie générée par le premier opus qui posait les bases d'une série originale et décalée où l'histoire était revisitée à la sauce steampunk... Gageons que le second cycle renouera avec l'esprit du premier album et effacera l'amertume laissée par ce quatrième opus...
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 2 jeux de rôle.

L'univers de Château Falkenstein, la Nouvelle Europe, est une terre parallèle à la nôtre en 1870, où Bismarck joue le rôle du dictateur agressif, Jules Verne est Ministre des Sciences en France, la Bavière est un état indépendant qui résiste aux armées prussiennes grâce à d'improbables vaisseaux volants, la révolution industrielle bat son plein : c'est l'Ère de la vapeur, les dragons, les elfes et les lutins existent et participent même parfois à la vie politique, culturelle et sociale du vieux continent.
Nous sommes en 1876, mais l’histoire n’est pas celle que vous connaissez. La guerre de Sécession fait rage, et aucun des deux camps ne semble prendre l’avantage. La mer a englouti une grande partie de la Californie, la Nation Sioux revendique les territoires du Dakota. Et les morts marchent parmi nous…