Haut de page.

Le Ruban blanc
Le Ruban blanc


Fiche descriptive

Drames

Christian Friedel, Ernst Jacobi, Leonie Benesch...

21 octobre 2009

2h24 min

Chroniques

Un village protestant de l'Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale (1913/1914).

L'histoire d'enfants et d'adolescents d'une chorale dirigée par l'instituteur du village et celle de leurs familles : le baron, le régisseur du domaine, le pasteur, le médecin, la sage-femme, les paysans...

D'étranges accidents surviennent et prennent peu à peu le caractère d'un rituel punitif. Qui se cache derrière tout cela ?
un excellent film!


des racines du mal
Le Ruban blanc est un film pénétrant et dérangeant qui entraîne le spectateur à s’abreuver aux sources du Mal. Comment un enfant, venant au monde, selon Rousseau, pur et innocent (pureté et innocence symbolisée par le ruban blanc) peut-il se livrer à des actes mauvais… Telle est la question à laquelle Haneke apporte des bribes de réponses.

Des tragiques événements qui secouèrent le village, nous n’en connaîtrons pas la cause avec certitude. Mais, comme les villageois qui y furent confronté, chaque spectateur nourrira des soupçons, échafaudera ses propres théories, en fonction de son ressenti et de son vécu.

Le travail réalisé sur la photo en général et sur la lumière et les ombres en particulier est d’une beauté saisissant, conférant à l’ensemble une tonalité froide et inquiétante, l’absence de musique rendant le malaise plus palpable encore…
L’angoisse sourde monte au fil des séquences, devenant presque étouffante alors que le cinéaste explore tour à tour les différentes hypocrisies qui régissaient la société puritaine dans ce qui figure être un prélude aux atrocités qui émaillèrent le XXème siècle…

Un film magistral et dérangeant qui, comme le Mal conserve sa part de mystère…
Le Korrigan


un chef d'oeuvre!


Une palme logique !
Vu il y a quelques jours, le film ne me sort pas de la tête mais pour autant me laisse assez perplexe quant au propos. Je le trouve très difficile d'accès et pourtant c'est peut-être un des films les plus "simples" de Haneke.

Quoiqu'il en soit un très très grand moment de cinéma. La photographie est sublime, le travail sur le noir et blanc impressionnant, l'absence totale de musique est angoissante, tous les acteurs sont excellents (les enfants sont flippants).

J'ai adoré cette vision naturaliste de la Petite Maison dans la Prairie dans l'Allemagne (Autriche ?) de 1913 avec ses monstres. Et j'ai également adoré tous les moments où Haneke nous fait croire qu'on va basculer dans le fantastique (on a parfois l'impression d'etre dans le Village de Shyamalan) pour finalement nous laisser face à la dureté de la réalité (cf. la scène pédophile).

Le film n'apportera enfin aucune réponse sur les responsables des crimes commis. Puisque finalement, ce que nous dit Haneke, c'est que les monstres sont sûrement un peu partout.
Mirmo



Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Maléfices a pour cadre la France de la Belle Époque (1870-1914), où les superstitions campagnardes et la mode citadine du spiritisme côtoient la pensée scientifique.
Crimes se déroule à la même époque et inscrit dans la tradition des littératures classique, fantastique et horrifique du XIXe siècle.