Haut de page.

Oscar Wilde et le jeu de la mort
Oscar Wilde


Fiche descriptive

Policier Historique

Oscar Wilde

Gyles Brandreth

10/18

2009

Chroniques
Oscar Wilde et le jeu de la mort
Flamboyant Wilde
Oscar Wilde et le cadavre souriant
dans les coulisses de l'Art

Facétieux Oscar Wilde ! Après avoir choqué le monde par ses boutades lors de la première triomphale de L'Eventail de Lady Windermere, le voici qui propose à ses amis une curieuse activité pour les distraire : le jeu de la mort.
Chacun inscrit sur une feuille le nom de la victime de son choix et aux participants de deviner qui veut tuer qui.

Mais quand la Mort commence à frapper les victimes potentielles dans l'ordre exact où elles ont été tirées, le drame succède à la comédie.
Flanqué de son fidèle ami Robert Sherard, et assisté par Arthur Conan Doyle et par le peintre Wat Sickert, Wilde mène l'enquête avec plus de zèle que jamais.

Car son nom et surtout celui de sa femme figurent sur la liste funèbre...
un excellent bouquin!


Flamboyant Wilde
Oscar Wilde apparaît dans ce roman de Gyles Brandreth comme un personnage flamboyant et haut en couleur, au sens de la répartie aiguisé et qui, malgré quelques travers, n’est pas sans évoquer le Cyrano d’Edmond Rostand. Il était semble-t-il de son vivant, un personnage de roman, de sa vie exubérante jusqu’à sa mort misérable, suite à une condamnation en vertu d'une loi datant de 1885 et interdisant l'homosexualité.

L’auteur se plait à nous dépeindre l’époque et le microcosme des artistes, de Walter Sickert (que Patricia Cornwell tient pour Jack l’Eventreur), du romancier Bram Stoker en passant par Arthur Conan Doyle, géniteur de Sherlock Holmes et d’autres moins connus mais tout aussi intéressants. Gyles Brandreth fait preuve d’une grande érudition et force est de reconnaître que sa façon de mettre tout ce petit monde en scène est des plus appréciables.

Tout commence par un dîner mondain au cours duquel se retrouve les membres du Club Socrate, dont le président et fondateur n’est autre que Wilde lui-même. A la fin du repas, ce dernier propose à ses convives de participer à un jeu macabre qu’il a baptisé le jeu de la mort. Chacun inscrit sur une feuille le nom de la personne qu’il désire le plus tuer. Les papiers sont révélés et le jeu peut commencer : chacun des participants devant tenter de trouver qui a voulu trucider qui et pourquoi. Mais le jeu tourne au drame lorsque les personnes évoquées meurt une à une, dans l’ordre où elles furent tirées.
Il semble évident que le meurtrier était parmi les convives. Dès lors, une véritable enquête policière commence, avec Wilde dans le rôle de l’enquêteur, un enquêteur d’autant plus motivée qu’il figure sur cette liste, de même que sa charmante épouse, la délicieuse Constance Wilde.

Un livre ludique et chatoyant qui devrait plaire aux amateurs de polar et de murder party…
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Maléfices a pour cadre la France de la Belle Époque (1870-1914), où les superstitions campagnardes et la mode citadine du spiritisme côtoient la pensée scientifique.
Crimes se déroule à la même époque et inscrit dans la tradition des littératures classique, fantastique et horrifique du XIXe siècle.