Haut de page.

Avatar
Avatar


Fiche descriptive

Science-Fiction

James Cameron

Sam Worthington, Zoe Saldana, Sigourney Weaver...

16 décembre 2009

2h41

Chroniques

Malgré sa paralysie, Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre. Parce que l'atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des pilotes humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale. Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l'ADN humain avec celui des Na'vi, les autochtones de Pandora.

Sous sa forme d'avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d'infiltration auprès des Na'vi, devenus un obstacle trop conséquent à l'exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na'vi, sauve la vie de Jake...
un excellent film!


fable virtuelle
Le scénario d'Avatar est certes cousu de fil blanc, phosphorescent qui plus est... La trame se devine à milles lieux, des prémices jusqu'à l'affrontement final. La critique acerbe de l'interventionnisme américain suinte à grosse gouttes mais n'en reste pas moins une charge efficace et hautement symbolique, comme l'a souligné Mirmo dans sa chronique.

Cependant, la magie prend et le spectateur est littéralement immergé dans cet univers sauvage baigné de croyances animistes. La réalisation est en tous point époustouflante et un vent épique balaye le film de bout en bout. On se prend à rêver que Star Wars ou le Seigneur des Anneaux aient été tournés avec une telle technique et à imaginer les futurs jeux vidéo qui seront développé sur cette base, ajoutant l'interactivité à une représentation hallucinante d'une réalité virtuelle... Les images et les décors sont vraiment saisissant de réalisme tant l'effet 3D donne une profondeur de champ impressionnante, conférant l'impression saisissante de s'y déplacer réellement.

Les mauvaises langues qui disent que le scénario tiendrait sur un timbre poste et... auront sans nul doute raison... Mais le talent de Cameron est tel qu'il vous scotche à votre fauteuil, utilisant sa maîtrise de la technique cinématographiques et des cadrages (fussent-ils virtuels), certes classique, mais efficaces , pour plonger le spectateur au coeur de l'action et de ce monde envoûtant et inquiétant. L'aspect technologie 3D est utilisé avec maestria. On ne cherche pas à décortiquer ce que l'on voit, on le vit, tout simplement et en cela, le film devrait faire date.

Avatar est une claque graphique magistrale où la technique est mise au service d'une histoire simplisme mais déroulée avec une redoutable efficacité... A voir, assurément, en 3D, évidemment,
Le Korrigan


un chef d'oeuvre!


Quand Cameron s'éneve !
Sous ses airs de scénario simpliste, James Cameron profite de sa superpoduction pour y glisser une vision anti-états-uniennes radicale. Malgré tout, il manque de peu le chef d'oeuvre (à voir avec le temps !). D'Avatar, il reste cependant un excellent film et un merveilleux voyage dans la tête de son réalisateur.

15 ans pour pondre un tel projet ! James Cameron est un technicien du cinéma et il le prouve encore plus ici. Pandora existe et j'en reviens... C'est l'impression qui se dégage quand on se lève du siège une fois les lumières de la salle rallumées. Tout était tellement réel, à des années lumière de ce qu'on a déjà pu voir sur un écran. L'immersion est totale, tous nos sens sont en éveil. Les Navi'is sont vivants, le superbe bestiaire et les arbres de Pandora également...

On pourra alors reprocher au réalisateur un scénario convenu (Pocahontas et Danse avec les Loups sont bien là dans nos mémoires), des emprunts à pas mal d'éléments de SF et de Fantasy (Tolkien, Georges Lucas pour les plus évidents), quelques séquences New Age mais la narration est précise, le rythme est effréné, les 2h41 de bobine défilent (trop) rapidement. Mais surtout, Cameron se permet d'y injecter une dimension anti-guerre rageuse et lance un avertissement simple dans sa forme : "Un jour, la Nature reprendra ses droits !".

!! ATTENTION petit SPOILER de pas grand chose mais sans ça mon analyse n'est pas possible!!

Alors en quoi Avatar est un pamphlet ?
James Cameron nous avait habitué à des films burnés où le recours à l'arme était jouissif (True Lies, Aliens ou Terminator et sa suite).
Ici, les missiles lancés sur le peuple Navi'is par les hélicoptères humains renvoient au Vietnam ravagé par les attaques aériennes au Napalm. Et tout de suite après, l'Arbre des Navi'is qui s'effondre ravagé par l'attaque rappelle beaucoup l'affaissement des Twin Towers. Cameron semble alors nous dire que les Etats-Unis, sa patrie, est plus que responsable des attentats qui les ont touchés ! De leur politique guerrière a résulté le 11 septembre 2001 ! En cela le film est radical.

Le réalisateur achève son récit par un affrontement dantesque qui écrase littéralement tout ce qu'on a déjà pu voir où la Nature se soulève, s'unit contre l'Homme en mal de destruction. Et la dernière séquence, extrêmement pessimiste, prouve le malaise de Cameron vis-à-vis de son peuple avec comme seule solution la fuite et le ralliement à des valeurs pures par le recours à une autre enveloppe de chair.
Mirmo



Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.