Haut de page.

Art Nouveau
L'Assassin qu'elle mérite


Fiche descriptive

Thriller

L'Assassin qu'elle mérite

Tome 1

Wilfrid Lupano

Yannick Corboz

Catherine Moreau, Yannick Corboz

Vents d'Ouest

Hors Collection

22 septembre 2010

Chroniques

« Alors mon but sera atteint. J’aurais contribué, dans la mesure de mes ressources, à créer un gredin, un ennemi de plus pour cette odieuse société qui nous rançonne. » H.K. Huysmans

Vienne, 1900. Deux riches noceurs, désabusés et cyniques portent un regard impitoyable sur ce milieu artistique viennois de la Sécession qui prétend révolutionner l’art. Un soir d’ivresse, ils font le pari de transformer un jeune homme pauvre en ennemi de la société, de le façonner à leur guise, comme une œuvre d’art vivante. Ils choisissent le jeune Victor qui passait par là. À leur côté, le jeune homme va découvrir des plaisirs insoupçonnés derrière les murs de la plus prestigieuse maison close de Vienne. Un monde de volupté et de raffinement s’ouvre à lui. Un monde dans lequel il y a la merveilleuse Mathilde. Un monde qui n’est pas le sien.

Quel sera le prix à payer pour que le rêve se poursuive ?
un excellent album!


un premier tome brillant
Si ce n'était le titre de la série, particulièrement intrigant, ou la couverture, particulièrement élégante, le nom des deux auteurs achèverait de donner envie de lire l'album. Le premier, scénariste, à signé les petites perles que sont Alim le tanneur, l'Ivresse des fantômes et Célestin Gobe-la-Lune mis en images par le second qui a aussi dessiné le brillant Voies off...

Wilfrid Lupano et Yannick Corboz se retouvent donc pour signer « l'Assassin qu'elle mérite », une histoire cynique et quelque peu malsaine... Alec, jeune oisif richissime, décide de créer une œuvre d'art susceptible de bousculer la société artistique qu'il juge sclérosée. Il conçoit le projet fou et empli de perversité de modeler, de sculpter un jeune homme issu du bas peuple et d'en faire l'ennemi de l'ennuyeuse société viennoise. Il jette son dévolu sur le jeune Victor, jeune homme subissant la violence de son paternel et chez qui germe déjà un soupçon de révole...
A la manière d'un dealer faisant gracieusement goûter les enivrantes substances hallucinogènes qu'il vends, Alec va se jouer de Victor, en renforçant ses actes pars des discours emplis de fiel et de poisons qui vont peu à peu faire leur œuvre destructrice sur Victor... Il va lui entrouvrir les portes des salons cossus, un monde de volupté et de raffinement, un monde où il rencontre l'inoubliable Mathilde qui lui fera entrevoir des plaisirs insoupçonnés... un monde qu'il ne fera qu'effleurer avant qu'Alec ne lui referme les portes sur les doigts... Dès lors, jusqu'où sera-t-il prêt à aller pour en retrouver l'accès?

Le trait si particulier de Yannick Corboz, avec un encrage appuyé pour les personnages principaux et presque aérien pour les figurants et les décors fait ici merveille, conférant un dynamisme impressionnant au récit. La façon assez caricaturale de traiter les personnages, de l'air hautin et suffisant d'Alec à celui soumis de Victor, sert fort efficacement l'intrigue. Le travail sur les décors de l'histoire souligne le gouffre séparant la société bourgeoise et huppée viennoise est quand à lui saisissant... La mise en couleur, discrète mais efficace, achève de nous convaincre...

Cette variation sur le thème de la perversité, très exploité en littérature et étrangement peu en bd, est menée de main de maitre par deux auteurs talentueux. L'excellent titre (« Art Nouveau ») de ce premier tome prend toute sa saveur au fil des pages et L'Assassin qu'elle mérite se présente comme une série de haute volée et qui s'impose dors et déjà comme l'un des meilleurs albums ce cette rentrée... Vivement la suite!

Le Korrigan


un excellent album!


Oeuvre d'art
L'histoire se déroule au début du XXieme siècle en Autriche. Un jeune garçon de la classe ouvrière croise le chemin d'une magnifique prostituée et d'un bourgeois sans morale. Ce dernier, amateur d'art, fait avec un de ses amis le pari qu'il est en mesure de transformer un indigent en oeuvre d'art en le pervertissant pour le conduire à devenir un danger pour la société. Grâce à sa fortune, il manipule cet adolescent, lui ouvre les portes d'un monde d'opulence, avant de le renvoyer brutalement à sa condition. L'Assassin qu'elle mérite est une histoire très originale, qui pose des questions autour de la morale, de l'argent, du pouvoir et de la tentation. Le dessin est très soigné, à la fois élégant et dynamique et les personnages féminins très sensuels. Une belle BD dont j'attends la suite avec beaucoup d'impatience.

par Laurent Verheirstraeten
1000 visages



Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Maléfices a pour cadre la France de la Belle Époque (1870-1914), où les superstitions campagnardes et la mode citadine du spiritisme côtoient la pensée scientifique.
Crimes se déroule à la même époque et inscrit dans la tradition des littératures classique, fantastique et horrifique du XIXe siècle.