Haut de page.

De briques & de sang
De briques & de sang


Fiche descriptive

Policier Historique

Régis Hautière

David François

David François

Casterman

KSTR

27 Octobre 2010

Chronique
De briques & de sang
Meurtres en utopie

Octobre 1936. À l’occasion du décès de son père, dont elle vient d’accompagner la fin, une femme évoque de douloureux souvenirs, vieux de plus de vingt ans. Une affaire terrible et secrète, un fardeau dont elle peut enfin s’alléger, puisque tous ses protagonistes ont disparu. Janvier 1914. À Guise, dans l’Ain, la police retrouve le corps d’un ouvrier fondeur assassiné.

Puis, quinze jours plus tard, celui d’une veuve, dont tout indique qu’elle a été victime du même assassin. L’enquête d’un journaliste de L’Humanité spécialisé dans les faits divers va être l’occasion de découvrir le contexte fascinant de ces morts violentes : le « familistère », communauté ouvrière fondée par un patron « social » et visionnaire – une expérience de socialisme réel qui aurait anticipé de plusieurs décennies l’émergence du collectivisme soviétique…
un chef d'oeuvre!


Meurtres en utopie
C'est avec un réel plaisir que l'on retrouve le duo qui signa en 2006 L'Étrange affaire des corps sans vie publié par les éditions Paquet...

L'intrigue développée avec un talent certain par les deux auteurs est inextricablement liée à un lieu
étrange et envoûtant baignée d'un délicieux parfum d'utopie: le Familistère de Guise. Utopie? Oui et non... car celle ci n'est pas resté le rêve d'un doux dingue mais a pris corps sous l'impulsion de l'industriel Jean-Baptiste Godin et a perduré près d'un siècle! D'origine modeste, il entend utiliser sa fortune pour améliorer la vie des ses employés, leur construisant logements, écoles (qu'il rend obligatoire jusqu'à 14 ans alors qu'à l'époque les enfants peuvent travailler dès 10 ans!), théâtre, bibliothèque, pouponnière, piscine, buanderie, le tout inspiré par le phalanstère de Fourier. Visionnaire, il met même en place un système de protection sociale protégeant ses employés de la maladie et des accidents et leur garantissant en outre la retraite à 60 ans... Mais ce n'est pas tout! En 1880, il transforme son entreprise en coopérative de production! Les bénéfices financent les œuvres sociales et sont redistribuées sous forme de part aux ouvriers qui deviennent ainsi peu à peu propriétaires de l'entreprise!

Nous sommes en 1936. Alors qu'elle a accompagné son père dans ses derniers instants, une femme décide de se décharger de son fardeau en confiant par courrier à l'une de ses connaissance un terrible secret sur de tragiques évènements s'étant déroulé dans l'enceinte du familistère plus de vingts années auparavant. Alors que le le spectre de la guerre se profilait à l'horizon, une série de meurtres sordides va endeuiller la communauté de 1500 âmes qui vivent dans le familistère. Les ragots et autres commérages vont se répandre comme une traînée de poudre alors que Victor Leblanc, un journaliste de l'Humanité, poursuit l'enquête pour son journal alors que les autres journalistes se sont peu à peu détourné de l'affaire, plus préoccupé par la situation internationale qui s'envenime...
Celle ci s'avère palpitante, captant l'attention du lecteur dès les premières pages, pour s'achever sur une révélation glaçante. Le talent de nos deux conteurs est tel qu'ils prennent le luxe de s'attarder sur cette formidable utopie réalisée qu'est le familistère tout en déroulant l'intrigue de façon impeccable. Mais le familistère n'est-il pas l'un des principaux protagonistes de l'histoire?

Le trait épais de David François fait une fois de plus merveille, imposant une ambiance inquiétante. Ses personnages taillés à la serpe ont des trognes particulièrement expressive et les décors sont particulièrement bien rendus... Le travail sur l'architecture des bâtiments est impressionnant et renforce la crédibilité du récit. C'est avec un réel plaisir qu'on retrouve le style très typé de « l'Etrange affaire » qui confère à l'ensemble un charme indéfinissable...

Au final, de Briques et de Sang est un excellent album, qui propose à la fois une intrigue rythmée rondement menée et un cadre historique passionnant, renouvelant le concept de lieu clos en l'étendant à la taille d'un gros bourg... Difficile de refermer l'album sans être assailli par la furieuse envie d'en savoir plus sur cette formidable expérience sociale dont on peine à croire que ses prémisses remontent à plus de 150 ans!
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Maléfices a pour cadre la France de la Belle Époque (1870-1914), où les superstitions campagnardes et la mode citadine du spiritisme côtoient la pensée scientifique.
Crimes se déroule à la même époque et inscrit dans la tradition des littératures classique, fantastique et horrifique du XIXe siècle.