Haut de page.

Kingdom Builder
Kingdom Builder


Fiche descriptive

Jeux familial

Queen Games

Donald X. Vaccarino

Oliver Schlemmer

2 à 4

45 mn

2011

Chroniques

Le plateau de jeu est composé de neuf types de terrains différents comprenant les villages et les châteaux.
Pendant son tour, un joueur joue une carte terrain et construit trois colonies sur trois hexagones de son choix, avec les contraintes suivantes :

- Les hexagones doivent être du même type que celui de la carte.
- Les colonies construites doivent être adjacentes à d'autres colonies du joueur, si possible.

Lorsque l'on construit à côté d'un certain type d'emplacement, on obtient une tuile action supplémentaire qu'on peut utiliser à partir de son prochain tour de jeu. Ces actions supplémentaires sont des actions spéciales permettant, par exemple, de déplacer vos colonies.

En construisant à côté d'un château, on remporte de l'or à la fin du jeu, mais c'est en répondant aux conditions des trois cartes 'kingdom Builder' (parmi dix possibles) qu'on amassera le plus d'or.
Elles peuvent vous demander de construire vos colonies à côté de l'eau ou d'être présent majoritairement dans une région du plateau...

Lors de chaque partie, les joueurs utiliseront donc 3 cartes 'Kingdom Builder' parmi 10 possibles, mais aussi 4 cartes 'actions spéciales' sur les 8 proposées dans la boîte de jeu et 4 des 8 secteurs permettant de constituer le plateau de jeu : de quoi proposer des débuts de parties et des façons de jouer toujours différents...
un excellent jeu!


mon royaume pour un cheval
Kingdom Builder est un excellent jeu de placement qui pourrait bien être un jeu d'initiation idéal pour faire découvrir le jeu de société « modernes ». Simples dans son principe, les règles du jeu sont rapidement expliquées et le matériel est assez élégant. L'aspect calculatoire du décompte final pourrait en rebuter certains mais l'ensemble est simple et cohérent.

Le choix d'action limité des joueurs rend les parties rapides et fluides. L'idée de proposer à chaque parties trois cartes personnages (parmi les dix disponibles) définissant trois façon supplémentaires de scorer, quatre options spéciales (parmi huit) et le plateau modulable (mais étrangement non réversible) assure des parties variées et une durée de vie assez longue.

Mais simplicité ne rime pas forcément avec pauvreté stratégique. Car si on ne peut construire que sur le type de terrain indiqué par la carte pioché, les tuiles ramassées sur le plateau permettent d'effectuer à chaque tour des actions spéciales... Bien utilisées, elles permettent des combos savoureux permettant de remplir au mieux les objectifs de la partie... Simplicité donc, mais richesse stratégique indéniable.

Au chapitre des reproches, on notera une traduction déplorable (c'est peu dire) du texte des cartes... A se demander si l'éditeur n'a pas tout simplement utilisé la version béta de google translate sur la règle serbo-croate (mal traduite du javanais)… Résultat : des tournures de phrases alambiquées et équivoques, un vocabulaire absurde (mais novateursmiley donnant un texte au final totalement incompréhensible. Pour aller plus loin, le nom de certaines cartes diffère même entre la règle et la carte... un manque de relecture des règles francisées dommageable et rencontré trop fréquemment chez Queen Games...

Kindom Builder est un jeu abstrait assez bien habillé qui cache sous une simplicité apparente une richesse ludique indéniable...


On aime...

La simplicité des règles
La richesse du matériel
Les parties renouvelées
La durée de vie
Son aspect initiatique

On n'aime pas...

La traduction lamentable
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.