Haut de page.

La Mémoire de l'Eau [1/2]
La Mémoire de l'Eau


Fiche descriptive

Roman Graphique

La Mémoire de l'Eau

Tome 1

Mathieu Reynès

Valérie Vernay

Valérie Vernay

Dupuis

6 avril 2012

Chroniques

Le jour où Marion emménage avec sa mère dans la maison de famille dont elles ont hérité, une nouvelle vie commence pour la petite fille. Fini la vie citadine, les voilà installées au bord de la mer, dans le village où ses grands-parents ont vécus plus de trente ans auparavant. L'endroit est magique : une vue imprenable, la plage au pied du jardin...

Au village, les plus anciens se souviennent du grand-père de Marion, disparu en mer bien avant sa naissance ; c'est l'occasion pour elle d'en apprendre un peu plus sur l'histoire de sa famille, dont elle ne sait presque rien. Et puis, il y a ces rochers sculptés, sur la lande, dont les anciens du village disent qu'ils sont une trace de légendes oubliées... Mais alors dans ce cas, pourquoi déchiffre-t-elle sur l'un d'entre eux les initiales et la date de disparition de son grand-père ? Et pourquoi le gardien de phare, leur plus proche voisin, leur paraît-il si hostile, alors qu'il a été l'ami de son grand-père du temps de sa jeunesse ?

Un récit fantastique sur fond de secret de famille et de légendes maritimes, qui met en scène une petite fille d'aujourd'hui.
un excellent album!


Un premier tome plein de justesse
La Mémoire de l'Eau est un diptyque intimiste signé par Mathieu Reynès et Valérie Vernay.

Après une douloureuse séparation et le décès de sa grand-mère, Caroline et sa fille Marion emménagent dans la maison familiale bâtie en haut d'une falaise surplombant l'océan. La mère y a passé ses premières avant que son père, pêcheur, ne disparaisse en mer. Des bribes de souvenirs affluent, portés par le vent du large, alors que la jeune Marion découvre émerveillée le bord de mer et ses mystères. Ces pierres levées tout d'abord, gravées d'étranges sculptures qu'on retrouve sur certains bâtiments du village. Et cette grotte labyrinthique ou la marée failli bien la piéger. Et ce phare tenu par un taiseux bourru et solitaire, accessible à marée basse et dont les entrailles recèle d'étranges bocaux et livres sibyllins. Les villageois sont accueillants mais, au delà des apparences, on devine un lourd secret de famille dont seul l'eau semble se souvenir...

Si l'album s'ouvre sur une chronique sociale subtilement mise en scène, l'intrigue se colore de fantastique dans les dernières pages, esquissant le contour d'une intrigante malédiction familiale. Mathieu Reynès prend son temps pour mettre en place ses personnages dans ce décor haut en couleur battus par les embruns. Servi par des dialogues for bien construits, ses personnages sont plein de justesse et les relations qu'ils nouent sont très crédibles. De Caroline qui a perdu tout ses repères et qui s'appuie sur sa petite fille, adolescente pétillante, curieuse et pleine de vie, en passant par Monsieur Sam, le patron du restaurant, Suzanne, la veille femme amie de la défunte grand-mère, ou l'énigmatique gardien de phare, tous, n'en doutons pas, auront leur rôle à jouer dans le drame qui s'esquisse.

Le dessin tout en rondeur de Valérie Vernay pose l'atmosphère de ce récit intimiste qui se teinte de fantastique. Ses couleurs dépeignent joliment la côte bretonne et insuffle de la vie aux personnages de l'histoire.

Ce premier tome inaugure un diptyque touchant et intelligent, sur fond de chronique sociale. Les plus jeunes s’identifieront sans peine à la fringante et curieuse héroïne alors que les parents se remémoreront leur enfance avec une délicieuse pointe de nostalgie. Un album poignant qui se lit avec délectation...
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 2 jeux de rôle.

L'Appel de Cthulhu est un jeu qu'on ne présente plus. C'est principalement un jeu d'ambiance et d'enquête qui propose aux joueurs d'évoluer dans le monde étrange et inquiétant de H.P. Lovecraft. En découvrant peu à peu l'autre face de la réalité, les courageux investigateurs sombrent lentement dans l'horreur et la folie.
Maléfices a pour cadre la France de la Belle Époque (1870-1914), où les superstitions campagnardes et la mode citadine du spiritisme côtoient la pensée scientifique.
Crimes se déroule à la même époque et inscrit dans la tradition des littératures classique, fantastique et horrifique du XIXe siècle.