Haut de page.

Clémentine
Freaks' Squeele


Fiche descriptive

Fantastique

Freaks' Squeele

Tome 6

Florent Maudoux

Florent Maudoux

Florent Maudoux

Ankama Editions

Label 619

19 Septembre 2013

Chronique

Ombre et Xiong Mao, trop occupés à régler des problèmes familiaux, sont introuvables. Pour sauver le monde, Chance décide de descendre les sept étages des enfers et de s'allier avec son pire ennemi, Ange. Ils sont aidés dans leur tâche par Funérailles et Cernunnos.
un excellent album!


Sur un air de flamendo
Avec Clémentine, sixième tome de Freaks' Squeele, Florent Maudoux nous invite à visiter les Enfers en compagnie de Chance, d’Ange, son pire ennemi, Funérailles et Cernunnos… On retrouve toujours avec un plaisir renouvelé les nouvelles aventures de ces trois héros qui ont entamé leurs études à la Faculté des Études Académiques des Héros (F.E.A.H.) il y a six tomes déjà… Six tomes au cours desquels l’auteur parvient de façon surprenante à se renouveler, à maintenir un rythme échevelé à chacun de ses nouvel opus, et à conserver cet humour et cette fraîcheur qui sont, en plus du dessin formidablement dynamique, les gros points forts de cette série.

Alors que Xiong Mao et Ombre ont fort à faire en surface pour se démêler de leurs problèmes claniques ou familiaux, Chance s’enfonce donc dans les entrailles de l’enfer, explorant ses différents cercles où sont enfermés ses amis… Pour atteindre le niveau suivant, elle doit, à l’aide de ses compagnons (du turbulent et imprévisible Cernunnos à l’inquiétant et énigmatique Funérailles, sans oublier l’insupportable Ange), mettre un semblant d’ordre dans le cercle où elle se trouve. Si certaines aventures son judicieusement éludée, avec une savoureuse maîtrise de l’ellipse qui permet au lecteur d’imaginer comment les héros ont dû galérer pour régler le souci auquel ils étaient confrontés, d’autres détaillent plus avant l’étrange ambiance qui règne dans chaque cercle de l’enfer et l’aventure improbable qui y est associé.

Le récit parallèle est conduit avec aisance et fluidité, malgré les folles péripéties auxquelles sont confrontés nos héros. Xiong Mao et Ombre, totalement amnésique, filent le parfait amour alors que la guerre gronde entre les différents clans et que Wang Mu, profite de la perte de mémoire de sa sœur « adorée » pour feindre une peu probable repentance… De beaux affrontement en perspective!

Le style graphique de Florent Maudoux s’avère une fois de plus extrêmement dynamique et expressif. Fusion parfaite entre le comics, le manga et la BD européenne, son trait nerveux porte superbement bien son récit plein de fraîcheur et d’inventivité.

Drôle, immaginatif et percutant, cette série concoctée par Florent Maudoux parvient une fois encore à nous surprendre et à nous envoûter avec son univers et ses personnages déjantés, le totu saupoudré de multiples références et clins d’oeil… Il y a pourtant une fausse note à ce concert (mérité) de louanges : c’est l’avant dernier tome de la série et c’est avec un certain pincement au cœur qu’on attends sa conclusion qu’on imagine haute en couleur… Après, il reste les (excellentes) séries dérivées qui s’attache à l’un des personnages de cette jubilatoire série… de quoi prolonger le plaisir! Bref, un excellent album toujours aussi divertissant pour une série qui ne l’est pas moins…
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

En 2010, les super-héros arpentent le monde d'Humanydyne depuis bientôt 60 ans, et pendant que certains faisaient les marioles devant les médias de tous les pays en collants spandex, la plupart choisirent de vivre une existence aussi normale que possible, quasiment anonyme. Et parmi ceux-là, la nature humaine (et post-humaine) étant ce qu'elle est, certains choisirent d'agir pour le compte de cartels du crime, de politiciens véreux ou encore d'organisations militaires secrètes. La tension entre humains et "masques" - le surnom donné aux post-humains - ne cessa de croître, jusqu'à forcer la création d'un état autonome et indépendant où se réfugièrent la plupart des super-héros, la Madreselva, dont la capitale, San Sepulcro, est devenu une mégalopole. Mais à San Sepulcro comme dans le reste du monde, loin des caméras et du crépitement des flashs des paparazzi avides de super-images, il faut maintenir l'ordre. Et maintenir l'ordre lorsque le criminel que l'on doit stopper est capable d'éventrer un tank par la pensée relève de la gageure. Gageure qu'assume sans sourciller l'agence Humanydyne, organisme non gouvernemental composé à la fois d'humains et de post-humains. Et parmi eux, les personnages.