Haut de page.

Yo-yo post mortem
Yo-yo post mortem


Fiche descriptive

Humour

Gilles le Coz

Gilles le Coz

Noir & Blanc

Sandawe

9 octobre 2013

Chronique
Yo-yo post mortem
à mourir de rire ?

Monsieur Jean Paul Gratin est mort. Mort et enterré. Mais le repos éternel n’est pas encore au programme. Car, de son cercueil, un ultime voyage attend notre défunt... En compagnie d’un étrange guide, un squelette à l’humour... mortel, sorti tout droit d’un film de Tim Burton.

Son nom ? Mister Bône. Cette descente au pays des défunts se transforme grâce à lui en un voyage initiatique, loin d’être triste ! Mister Bône a pour mission d’accompagner les morts dans une descente acadabrandesque vers l’ultime passage. Ce qui se passe une fois nos chers défunts enterrés est loin de ressembler à l’imagerie populaire. Vous n’y brûlerez pas pour l’éternité dans les pires tourments, mais vous serez plongé dans la truculence délirante d’un inframonde. Où fantaisie, poésie et humour noir mènent la danse. Où petits et grands trafics forment une économie de l’ombre. Où un mystérieux personnage tire les ficelles et provoque d’impressionnantes apparitions.

Dans cet au-delà, l’âme de Mr Gratin s’offre surprises et décharges d’adrénaline à répétition, tandis que dans le monde des vivants, l’épouse de Monsieur Gratin, noyée de chagrin, mêne un quête désespérée pour tenter d’entrer en contact avec son défunt mari. Elle pénètre dans la masure d’une inquiétante spirite aux méthodes particulièrement bizarres. Va-t-elle réussir à lui faire parvenir l’ultime message qu’elle n’a pu lui dire avant sa mort ? Ou sera-t-elle entraînée, elle aussi, dans le dédale de ce monde étrange ?
un bon album !


à mourir de rire ?
Certes, jusqu’à preuve du contraire, nous sommes immortel… Mais on se doute bien que tôt ou tard (plutôt tard espérons-le), tout cela aura-t-il, hélas, une fin… Et tant qu’à faire, autant qu’il y ait quelque chose après la mort, histoire que la tombe ne soit pas la dernière demeure… C’est en se basant sur cette espérance folle que Gilles le Coz a concocté le scénario de Yo-Yo Post Mortel qu’il met aussi en image, signant son premier album…

Tout commence avec la mort du héros malgré lui, Jean-Paul Gratin. C’est six pieds sous terre qu’un squelette nommé Mister Bône vient troubler le repos qu’il pensait éternel pour lui servir de guide dans un ultime voyage ou se mêlent et s’entremêlent des éléments issus de nombreuses croyances ou mythes… Alors que Jean-Paul arpente le monde de l’an dessous découvrant les charmes et magouilles qui y sévissent, sa chère et tendre se rend chez une médium afin de lui faire une révélation fracassante… Parviendra-t-elle à le contacter dans l’au-delà pour lui délivrer cet ultime message?

La thématique et son traitement en noir et blanc (mort oblige !) évoque bien évidemment le Monsieur Mardi Gras des Cendres d’Éric Liberge qui exploraiT déjà avec une poésie et un humour macabre la vie après la mort… Mais malgré ces points communs, Yo-Yo Post Mortel n’en demeure pas moins un album original truffé de clins d’œil et de références multiples qui se lit avec un plaisir jubilatoire. Le dessin joyeusement débridé permet à l’auteur de s’autoriser toutes les fantaisies pour esquisser les contours d’un univers surréaliste bourré d’humour et de surprises… On y croise d’éminents musiciens qui ont marqué leur époque de leur empreinte et de nombreux clins d’œil et jeux de mots délicieusement macabres

Ce premier album de Gilles le Coz nous entraîne avec délectation pour une randonnée sur le GR666 qui nous entraîne au cœur des royaumes de la Camarde à travers cet album plein de fraîcheur, d’humour et d’inventivité. On partira aux fleurs le cœur plus léger, mais on fera malgré la tombe buissonnière pour quitter la vie à reculons…
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.