Haut de page.

Inoxydable
Inoxydable


Fiche descriptive

Anticipation

Sébastien Floc’h

Steve Baker

Steve Baker

Casterman

KSTR

12 mars 2014


18€

9782203003712

Chronique

Incarcéré à la prison 103 en compagnie d’un robot nommé Zip, Harry Rockwell se voit proposer un marché par Visconti, le mystérieux personnage qui vient de faire échouer sa spectaculaire tentative d’évasion. Le héros adulé des foules, le major Pulsor, a disparu. En échange de leur liberté, Harry et Zip sont lancés sur les traces de ses kidnappeurs, avec pour mission de sauver Pulsor.

L’enquête débute dans les secteurs interlopes d’où Harry est originaire, et où il retrouve avec plaisir quelques-uns de ses anciens comparses comme l’ineffable Elvis, trafiquant d’armes et spécialiste des combines en tout genre. Mais il s’avère vite que la mission est piégée, et que l’ancien taulard est manipulé par ceux qui ont provoqué sa remise en liberté.

Harry a beau être un cassecou très rock’n’roll, son avenir paraît bientôt très compromis. Réussira-t-il, comme l’imprévisible Zip, à demeurer envers et contre tout… inoxydable ?
un excellent album!


Rock’n'roll attitude
Inoxydable est un one-shot d’anticipation d’une redoutable efficacité. Sébastien Floc'h, journaliste (à la radio puis sur AB1 et Game One) signe avec ce récit un scénario d’inspiration cyberpunk, servi par un dessin épatant de Steve Baker qui a mis pour se faire sa (jubilatoire) vie en slip entre parenthèse…

Inoxydable, planche de l’album © Casterman / Baker / Floc’h Harry Rockwell manque de peu de s’évader de la prison 103 où il purgeait sa peine. Le mystérieux Visconti qui a fait échouer sa tentative aussi spectaculaire qu’audacieuse va lui proposer un marché qu’il ne pourra pas refuser : Pulsor, le héros justicier adulé des foules, a été enlevé. En échange de sa liberté, Harry, assisté de Zip, robot moralisateur horripilant, va devoir se lancer sur les traces des kidnappeurs… S’il tente de s’éloigner de Zip, une microbombe placée dans son corps le fera tout simplement exploser…
Harry commence son enquête dans les quartiers louches dont il est originaire, renouant avec ses contacts et complices d’avant son incarcération. Mais, bien vite, il comprend que la mission est un piège destiné à masquer une vérité que son mystérieux commanditaire et très politique Visconti veut cacher au grand public… Harry Rockwell va devoir jouer sa propre partition pour espérer sortir libre, et si possible vivant, du traquenard dans lequel il s’est fourré, bien malgré lui…

Inoxydable, planche de l’album © Casterman / Baker / Floc’hDans la plus pure tradition cyberpunk, Harry Rockwell n’est au départ qu’un simple pion dans une partie qui le dépasse. Mais le malfrat, dont le passé reste sibyllin, a de la ressource et des potes sur lesquels il peut compter… Le prologue à la James Bond immerge d’emblée le lecteur au cœur de l’action. du scénario grand écran auquel nous convie Sébastien Floc'h et qui a tous a tout du film à grand spectacle qui divertit sans se prendre au sérieux. Son scénario est truffé de multiples références, de Fort Boyard (qu’évoque la prison 103) en passant par Star Wars, ses décors poussiéreux lowtech et ses robots exaspérants… Mais si le scénario est des plus rafraîchissant, dénonçant de façon légère mais efficace la société du spectacle et l’exploitation des médias à des fins politiques, force est de reconnaître que le dessin de Steve Baker est pour le moins percutant.
Cet auteur, encore trop rare, possède une réelle personnalité et insuffle la vie aux personnages qu’il met en scène avec maestria! Ses planches sont extrêmement fluides et dynamiques et son découpage donne l’impression de visionner un film d’anticipation des plus réussis alors que les décors fourmillent de détails. Ses cadrages, pleins d’audace, s’avèrent très pêchus alors que les trognes des personnages, très archétypales, sont du plus bel effet. Son Pulsor, avatar navrant de Captain America, est quant à lui vraiment très réussit…

Inoxydable est un album grand spectacle qui se lit avec délectation. On regrette presque que les personnages ne soient pas plus fouillés et le décor plus étoffé pour prolonger l’immersion dans cet univers d’anticipation qui en évoque d’autre… On se prend même à rêver d’une suite ou d’un prequel qui viendrait préciser le passé ou l’avenir de certains d’entre eux…

Inoxydable est un album pop-corn qui se lit d’une traite malgré ses quelques cent pages… Plein d’humour et d’action, particulièrement savoureux, on le dévore avec une délectation non feinte, tant pour son scénario enlevé que pour son dessin très typé et bougrement efficace…
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 3 jeux de rôle.

COPS se propose de vous entraîner dans un proche futur, celui de la Californie des années 2030. Jeune recrue fraîchement émoulue de l'Académie de Police, fils à papa pistonné, ex-fédéral ou vétéran issu de la police ou de l'armée, c'est à vous désormais de combattre le crime sous toutes ses formes au coeur de la Cité des Anges, en intégrant les rangs de l'unité COPS - Central Organisation for Public Security, élite et vitrine d'un LAPD à bout de souffle. ...
Cyberpunk est le premier jeu de rôles à exploiter le thème littéraire du même nom. Il est donc fortement inspiré des romans de William Gibson, Walter Jon Williams, Bruce Sterling, Allec Effinger, Pat Cadigan, etc. L'expression cyberpunk vient du mot cybernétique, la science de la communication entre l'homme et la machine, et du mot punk : mouvement musical et social du début des années 80 ayant lancé le slogan "no future". Le mélange des deux nous plonge dans un futur proche et sombre, où la technologie est omniprésente tandis que la décomposition sociale atteint son paroxysme. ..
Star Wars : aux confins del'Empire se déroule pendant la Rébellion, après la bataille de Yavin et avant celle de Hoth. L’Empire vient d’essuyer son premier revers signi catif, mais menace toujours la galaxie, à travers laquelle il traque sans relâche l’Alliance rebelle. C’est dans ce décor de guerre civile, que malfaiteurs et canailles vaquent à leurs affaires en tentant d’abuser les Rebelles comme les Impériaux pour sortir leur épingle du jeu, voire mieux.