Haut de page.

Settlers : Naissance d'un Empire
Settlers : Naissance d'un Empire


Fiche descriptive

Jeux familial

Edge

Ignacy Trzewiczek

Tomasz Jedruszek

1 à 4 joueurs

10 ans et +

60 mn

juillet 2015


34€95
Chronique
Settlers : Naissance d'un Empire
Mon empire pour un cheval!

Quatre puissances découvrent de nouvelles terres riches en ressources et opportunités. Les Romains, les Barbares, les Égyptiens et les Japonais – tous ont chargé des colons de repousser les frontières de leur empire. Mais la région ne sera bientôt plus assez grande pour accueillir tout le monde, et la guerre éclatera inévitablement !

Settlers : Naissance d’un Empire est un jeu de cartes dans lequel chaque joueur prend le contrôle d’une de ces quatre puissantes civilisations. Vous avez cinq rounds pour explorer de nouvelles terres, construire des bâtiments, produire et échanger des ressources, vaincre vos ennemis, et ainsi marquer des points de victoire.

Les colons sont en route. Conduisez-les à la victoire !
un excellent jeu!


Mon empire pour un cheval!
De nouvelles terres ont été découvertes, aiguisant les appétits des quatre grandes puissances qui se partagent le monde : les Romains, les Barbares, les Egyptiens et… les Japonais (va comprendre…). Cherchant à agrandir leur empire, ils vont ériger de nouveaux bâtiments, développer leur économie, exploiter les ressources et entraîner des soldats pour imposer sa domination sur les autres peuples…

Règles et matériel

Settlers : Naissance d'un Empire, Japonais(e) et Barbares  © Edge / JedruszekSignée Tomasz Jedruszek l’illustration de la boîte montre un colon débonnaire quittant son village le sourire aux lèvres pour une dure journée de labeur… Le graphisme délicieusement cartonnesques des cartes est du même acabit : des dessins amusants aux couleurs acidulées qui donnent d’emblée son identité au jeu. Le choix des différents peuples pouvait presque (si on oubliait les japonais!) laisser augurer à une thématique antique mais l’ensemble tient plus du joyeux melting-pot…

Le travail iconographique a été très bien pensé, de même que les dessins des cartes avec ces chemins qui indiquent où doivent être placés les différentes cartes, permettant d’organiser l’empire de chaque joueur avec facilité… Les meeples sont ma foi originaux et forts sympathiques et devraient combler les joueurs les plus exigeants… Et si la boîte peut au prime abord sembler un peu vide c’est pour pouvoir y ranger les cartes des futures extensions dont la première est déjà disponible en V.O.

Settlers : Naissance d'un Empire,apperçu du matériel © Edge / JedruszekSi les règles (16 pages dont une de pub) peuvent de prime abord sembler touffues, leur lecture s’avère néanmoins très fluide, laissant apparaître des mécanismes simples et cohérents. La maquette du jeu a été fort bien pensée, permettant sans difficulté de retrouver une information en cours de partie.

Contenu de la boîte : 1 plateau de score, 1 marqueur de round, 84 cartes communes, 16 cartes attaque (pour le mode solo), 30 meeples de chacun des 4 types de marchandises (Bois, Pierre, Nourriture et Ouvriers), 18 pions Razzia, 10 pion Défense, 24 Pièces d’Or, 6 pions Multiplicateur, 1 marqueur Premier Joueur et 4 pions spéciaux Egyptien. Enfin, pour chaque joueur, 1 marqueur de faction, 1 plateau de faction, 30 cartes Faction (Barbare, Romain, Japonais, Egyptien).

Déroulement d’une partie

Les joueurs vont s’affronter au cours de 5 manches âprement disputées…
Mise en place
Chaque joueur reçoit son plateau individuel et ses cartes Factions qu’il mélange soigneusement. Chacun place son marqueur Faction au début de la piste de score.
Chaque joueur pioche 2 cartes Faction et 2 cartes Communes pour constituer sa main de départ.

Deroulement
Chaque tour se déroule en 4 phases :

Settlers : Naissance d'un Empire, Romains vs Barbares © Edge / Jedruszek1Phase d’Observation:chaque joueur pioche 1 carte Faction. On pioche ensuite un nombre de carte Commune égale à (nb joueur + 1) puis chaque joueur, à commencer par le premier joueur, en choisit une. On repioche le même nombre de carte et chaque joueur en choisit une dans l’ordre inverse du tour en commençant par le dernier joueur.
2Phase de Production:Les joueurs vont recevoir diverses marchandises (ressources, ouvriers, pions, cartes & PV) en fonction de leur plateau Faction, des Affaires réalisées et des lieux de production construits.
3Phase d’Action:Au cours de cette phase, les joueurs vont tour à tour effectuer une action parmi les actions possibles : Construire un lieu (en en payant le coût), Faire une Affaire (qui générera des ressources), Effectuer une Razzia (sur une carte de sa main ou un lieu construit par un adversaire), Activer un Lieu d’Action (en s’acquittant du coût et en en tirant des bénéfices en ressources), Dépenser deux Ouvriers pour gagner une carte ou une ressource… Un joueur ayant passé ne participe plus à cette phase jusqu’à sa fin… Mais il ne pourra plus être inquiété par ses adversaires!
4Phase d’Entretien:Les joueurs défaussent les ressources utilisées ou non (sauf celles stockée grâce à des cartes ou des capacités spéciales). Cette phase est ignorée lors du dernier round, les ressources servant à départager d’éventuelles égalités…

Le marqueur premier joueur est passé au joueur suivant, le marqueur round déplacé d’une case… Un nouveau round peut commencer!

Fin de partie
A l’issue du dernier round, chacun comptabilise ses PV (les Lieux Communs rapportent 1PV, les Lieu de Faction 2PV), certains Lieux Japonais rapportant des PV supplémentaires en fin de partie.

l’Avis de la Rédaction

Settlers : Naissance d'un Empire, à l'attaaaaaqqqqquuue! © Edge / JedruszekDifficile de ne pas tomber sous le charme des graphismes cartoonesques de Settlers. L’illustrateur, Tomasz Jedruszek a fait un travail remarquable qui donne au chaland la furieuse envie d’essayer ce jeu de bâtisseurs…

A l’instar de la Gloire de Rome, chaque carte peut s’utiliser de différentes façons, multipliant les possibilités. Construites, elles peuvent générer de substantiels revenus, offrir d’intéressantes actions où des capacités spéciales aux joueurs. Mais elles peuvent aussi faire l’objet de razzias ou servir à tisser des relations commerciales… Le champ des possibles semble tellement vaste qu’on se sent un peu perdu lors des premiers tours d’une partie qui n’en comporte que 5…

Pourtant, rapidement, diverses stratégies s’esquissent qu’on tentera de mettre en œuvre dès la prochaine partie. Car, jeu de développement oblige, le jeu démarre doucement pour s’emballer dans les derniers tours, alors que les empires commencent à engranger de nombreuses ressources et que de nombreuses capacités sont activables par les différents joueurs. La quasi impossibilité de conserver des ressources d’une manche à l’autre oblige les joueurs à mûrement réfléchir leurs actions pour ne pas gâcher trop de ressources… Combos et optimisation seront les clefs de la victoire…

Mais la richesse du jeu vient aussi des différentes factions dont chacun possède un deck propre, avec ses orientations et ses capacités. Le plateau de Faction oriente déjà le jeu en proposant des ressources et des mises en réserves différentes. Ainsi, les Romains sont incités à avoir un jeu plus agressif alors que les Barbares possèdent une main d’œuvre conséquente… Ces deux peuples, plus simples à jouer, permettent de découvrir le jeu en douceur, avant d’aborder les Egyptiens, plus difficile à maîtriser, et les Japonais, plus exigeant encore… La combinaison de ces différents peuples rend les parties riches et variées, accentuant d’autant la durée de vie de l’ensemble… Et ce d’autant que de nombreuses extensions sont d’ores et déjà annoncées!

Settlers : Naissance d'un Empire, quelques cartes © Edge / JedruszekChaque joueur ne pouvant effectuer qu’une action par tour, le jeu est fluide et sans temps mort… Les allergiques au hasard pesteront sans doute contre les aléas de la pioche… Mais s’il est vrai que le hasard a son mot à dire, le pseudo-draft des cartes en début de manche et l’existence de deux pioches (la pioche de faction et la pioche commune) confère une dimension tactique appréciable au jeu…

Si chaque joueur développe son (glorieux) empire dans son coin, les interactions ne sont pas moins nombreuses. Les razzias bien sûr, dont le côté éminemment agressif est compensé par le jeton de bois offert à l’agressé (et la possibilité de défausser la ruine pour ériger un bâtiment de Faction)… Mais la répartition des cartes lors de la première phase et les capacités des cartes d’Action assurent une interaction, certes feutrée, mais néanmoins déterminante.

Settlers : Naissance d'un Empire, l'empire égyptien en marche © Edge / JedruszekLa variante solo offre un challenge sympathique en modifiant les règles de façon indolore. Ici, point de peuple à gérer de façon capillotractée… Juste un set de cartes spéciales simulant des attaques et razzias de façon simple et fluide… Certes, le jeu y perd son aspect « société » mais a l’avantage de permettre aux joueurs d’expérimenter de nouvelles factions et de peaufiner leurs stratégies…

Petite ombre au tableau : les capacités des bâtiments construits par l’adversaire manquent parfois de lisibilité, phénomène accentué par la nécessité de jouer sur une grande table pour étaler à loisir les différents empires…

Doté d’un matériel aux illustrations délicieusement cartoonnesques, Settlers est un jeu de gestion et de combos aux règles simples et fluides. Si les premiers tours démarrent doucement, la partie s’emballe rapidement lorsque les joueurs ont affiné les réglages du « moteur » de leur empire. Après l’excellent Robinson Crusoé, le captivant 51ème Etat et l’envoûtant Witcher, Ignacy Trzewiczek signe un nouveau jeu particulièrement réussit, doté d’une thématique riche et immersive, de règles simples offrant une appréciable profondeur de jeu et proposant des parties aux physionomies variées… Que dire sinon vivement les extensions?


On aime...

les illustrations cartoonesques acidulées
les règles simples et fluides
un jeu riche et addictif
les différentes factions qui assurent un bon renouvellement

On n'aime pas...

la lisibilité des différentes capacités des cartes de l’adversaire
il faut une grande table pour déployer son empire smiley
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.