Haut de page.

The Game
The Game


Fiche descriptive

Jeux familial

Oya

Steffen Benndorf

Oliver Freudenreich , Sandra Freudenreich

1 à 5

8 ans et +

20 mn

2015


9€99
Chronique

Tous les joueurs ensemble doivent parvenir à poser toutes les cartes sur 4 piles: 2 ascendantes, 2 descendantes. Pour les aider dans cette tâche, on peut faire des sauts en arrière de 10. Mais cela suffira-t-il pour vaincre le jeu, sachant que l'on ne peut communiquer la valeur de ses cartes en main ?

Le jeu s'appelle "The Game" parce que l'on joue ensemble contre le jeu. Les joueurs doivent coopérer, prendre des décisions ensemble et ne pas craquer quand la pression monte !
un excellent jeu!


The Game, c'est moche mais c'est bon...
Invité surprise du Spiel des Jahres 2015, The Game est un jeu de cartes coopératif, simple, familial et fortement addictif...

Règles et matériel

La boîte qu graphisme quelque peu anxiogène abrite une centaine de cartes de bonne facture. S'il est de qualité, le matériel n'est pas franchement attractif.

Les règles, une page recto-verso, sont fluides et bien rédigées. S'expliquant très rapidement, on peut rapidement se lancer dans la première partie...

Contenu de la boîte
98 cartes numérotées de 2 à 99, 2 cartes Bornes Assendantes, 2 cartes Bornes Descendantes.


Déroulement d’une partie

The Game, apperçu du matériel © OyaMise en place
Les bornes sont placées en colonnes. Chaque joueur reçoit un nombre de cartes déterminé par le nombre de joueurs (de 6 à 8 cartes).

Deroulement
A son tour de jeu, un joueur doit jouer deux cartes (plus) sur l'une ou l'autre des bornes, soit en montant, soit en descendant (selon les bornes). Il est en outre possible (et c'est ce qui fait tout le sel du jeu!) d'aller à rebours en jouant exactement une carte inférieure de 10 (pour les bornes ascendantes) ou supérieure de 1 (pour les bornes descendantes).

A l'issue de son tour, le joueur complète sa main.

Si la pioche est épuisée, le joueur est autorisé à ne jouer qu'une seule carte... Mais il peut en jouer plus s'il le souhaite!

Fin de partie
Les joueurs emportent la partie s'ils parviennent à poser toutes leurs cartes.

Ils perdent dès que l'un d'eux ne peut plus jouer les cartes de sa main... Leur score correspondant aux nombres total de cartes encore dans la main des joueurs auxquelles s'ajoutent les cartes de la pioche... Bien évidemment, plus le score est faible, mieux c'est!

l’Avis de la Rédaction

The Game, apperçu du matériel © OyaUne fois la boîte ouverte, on songe immanquablement au Six qui prend de l'excellent Wolfgang Kramer, les graphismes rigolos en moins... La thématique plaquée du jeu est résolument sombre, ce qui est bien dommage puisque ses règles simples voire minimaliste le destinent à un large public... Mais cet (étrange) choix éditorial ne doit pas masquer les qualités indéniables de ce “petit” jeu coopératif très addictif...

Force est de reconnaître que les premiers tours peuvent laisser dubitatifs mais sitôt que se profilent les premières embûches, les subtilités du jeu apparaissent... Passé outre cet habillage somme toute inutile, ce jeu, totalement abstrait s'avère vraiment prenant... Tendu à l'extrême alors que se profile la fin de partie, la victoire se joue souvent à un poil de barbe... Chaque partie est un réel challenge et ce quel que soit le nombre de joueurs... La communication minimum imposée par les règles (et avec laquelle on est parfois tenté de prendre des libertés) s'avère redoutablement efficace pour imposer tension et rythme à la partie : en effet, chaque joueur reste actif durant le tour des autres joueurs, prêt à leur demander de ne pas jouer sur telle ou telle pile, préservant un combo possible... Mais le choix est parfois réduit, obligeant un autre joueur à faire voler un combo en éclat sous peine de trop ruiner une autre pile...

The Game, partie en cours © OyaCoopératifs oblige, on peut moduler le degré de difficulté, en augmentant le nombre minimum de cartes jouées (ça peut rapidement cauchemardesque) ou en diminuant le nombre de cartes de la main de chaque joueur... Mais là encore, c'est à réserver aux joueurs aguerris, la moindre erreur étant souvent (très rapidement) fatale...

La variante solo, qui pouvait laisser dubitatif, est néanmoins très agréable et parfaitement praticable...

Son format de poche, la possibilité de jouer sur un coin de table et son prix modique en font un jeu apéro idéal à transporter partout avec soi...

L'apparence peu ragoutante de The Game ne doit pas vous révulser outre mesure... Petit fils de 6 qui prend et de Hanabi (bien que ses rouages n'aient absolument aucun rapport avec ceux de ces deux références de jeu de cartes), ce jeu de cartes coopératif de Steffen Benndorf (qui avait déjà signé le savoureux Qwixx, autre invitée surprise du SdJ en 2013) a tout pour devenir un classique, si ce n'est son apparence peu attirant...



On aime...

les règles minimalistes
l'aspect réussite coopérative
fortement addictif
l'excellent rapport plaisir ludique / prix
un jeu facilement transportable


On n'aime pas...

l’habillage graphique peu glamour
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.