Haut de page.

Au revoir là-haut
Au revoir là-haut


Fiche descriptive

Histoire

Christian De Metter (adaptation du roman de Pierre Lemaitre)

Christian De Metter

Christian De Metter

Rue de Sèvres

07 Octobre 2015


22€50

9782369811992

Chronique
Au revoir là-haut
Le clown triste

1919. Au sortir de la guerre, la société française peine à ménager une place aux anciens poilus devenus encombrants et les trafics les moins glorieux y vont bon train. Albert Maillard, modeste comptable, qui a sauvé la vie d'Édouard Péricourt, jeune fils de bonne famille, juste avant la fin des combats, tente de les faire vivre de retour à Paris.

Édouard, défiguré, refuse de reprendre contact avec les siens et imagine une gigantesque arnaque à la nation pour tenter de renouer avec une vie, ailleurs.
un chef d'oeuvre!


Le clown triste
Au revoir là-haut, planche de l'album © Rue de Sèvres / De Metter / LemaitreAu revoir là-haut… Voilà un titre étrange et intrigant qui titille la curiosité du lecteur. Tirée du roman de Pierre Lemaitre, cette adaptation signée par Christian De Metter entraîne le lecteur au crépuscule de la Grande Guerre qui scella le cercueil de la Belle Epoque.

La guerre touchait à sa fin. Poilus et boches semblent bien décidés à attendre l’armistice à l’abri de leur tranchée. Las! Le sinistre lieutenant Henri d’Aulnay-Pradelle, un arriviste de la pire espèce, n’hésite pas à abattre deux de ses hommes pour déclencher un ultime assaut au cours duquel il compte bien gagner ses galons de capitaine… Un soldat est témoin de cet acte sordide et manque d’y laisser sa peau… Son nom : Albert Maillard, arraché à sa vie de modeste comptable par le son du clairon. Au cours de cette funeste journée, il va sauver Edouard Péricourt, gravement blessé au visage par un éclat d’obus. Dessinateur fantasque issu de la haute bourgeoisie, ce dernier a été rejeté par sa famille qui n’accepte pas son homosexualité…

Edouard, refusant de retourner parmi les siens, échafaude une arnaque monumentale (smiley) pour tenter de renouer avec la vie… N’a-t-il pas chèrement payé sa dîme à la France? Mais il n’est pas le seul à vouloir s’enrichir sur le dos et les os des poilus tombés au champ d’horreur…


Au revoir là-haut, planche de l'album © Rue de Sèvres / De Metter / LemaitreSalué par la critique au moment de sa sortie, lauréat du prestigieux prix Goncourt, Au revoir là-haut est un roman truculent signé par un auteur qui s’est taillé une solide réputation dans le polar. Adaptation au neuvième art oblige, la narration s’avère plus ramassée tout en restant incroyablement fidèle à l’esprit picaresque et iconoclaste de ce roman qui donne à voir l’humanité dans ce qu’elle a de pire et de meilleur. Car si certains ont profité de la guerre pour ériger leur fortune, d’autres profitent de la paix revenue pour s’enrichir, faisant du patriotisme un fond de commerce, vendant sans vergogne mémoire et dépouilles mortelles de poilus, dans l’indifférence générale d’une France qui préfère oublier les rescapés, presque des revenants, pour tourner plus vite la page et s’abandonner dans l’apaisante illusion des années folles.

Après le Le Sang des Valentines co-signé avec Catel, Christian De Metter replonge avec délice dans la Grande Guerre. Son trait épuré et élégant fait une fois de plus merveille, entraînant le lecteur de la boue des tranchée au Paris d’après-guerre, de ses zones interlopes aux salons huppés… Son découpage précis et ses cadrages soignés font une fois de plus mouche alors que son travail de colorisation est, comme de coutume, somptueux.

A l’instar du roman, l’album offre une vision pleine de cynisme et de mordant de la France d’après-guerre, du patriotisme de façade aux méprisables opportunistes. Christian De Metter nous entraîne dans ce récit avec un savoir-faire désarmant et un incroyable talent. On retrouve les grandes forces du texte, justement récompensé, qui en a réconcilié plus d’un avec le Goncourt : un récit enlevé, fertile en rebondissement, empli de rires et de larmes, d’indignations et de révoltes, d’humanité et de tragédie… L’auteur signe avec cet album une adaptation magistrale d’un roman qui ne l’est pas moins… Un pur chef d’œuvre!
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.