Haut de page.

L'Auberge Sanglante
L'Auberge Sanglante


Fiche descriptive

Jeux familial

Pearl Games

Nicolas Robert

Weberson Santiago

1 à 4 joueurs

14 ans et +

45 à 60 mn

octobre 2015


22€50
Chronique

1831, dans un coin reculé de l’Ardèche, le petit village de Peyrebeille voit le passage de nombreux voyageurs... Une famille de cupides paysans du cru est bien décidée à faire fortune et a mis au point un stratagème diabolique pour parvenir à ses fins : investir dans une auberge pour détrousser ses clients et s’enrichir sans éveiller les soupçons des forces de l’ordre! Que leur plan se déroule comme prévu ou non, une chose est certaine : tous les clients ne sortiront pas vivants de cette auberge...
un excellent jeu!


Nous, au village, aussi, l'on a de beaux assassinats (*)
La thématique de l’Auberge Sanglante est empruntée à un fait divers sanglant du début du XIXème siècle. Durant près d’un quart de siècle, les tenanciers de l’Auberge de Peyrebeille auraient assassiné près d’une cinquantaine de leurs clients pour les détrousser… Dans ce premier jeu de Nicolas Robert, les joueurs vont incarner ces sinistres aubergistes qui vont tenter de s’enrichir en assassinant nuitamment les pauvres voyageurs venus s’y reposer… Autant le dire tout de suite, l’entraide et l’esprit de famille ne sont pas de mises…

Règles et matériel

L'Auberge Sanglante, aperçu du matériel © Pearl Games / Santiago / RobertLes goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Mais si certains joueurs feront une moue dubitative devant les illustrations de Weberson Santiago, pour ma part, je suis fan. En optant pour un dessin très stylisé, l’illustrateur confère d’emblée une identité graphique forte au jeu. Un parti-pris graphique particulièrement audacieux qui démarque d’emblée l’Auberge Sanglante de la production actuelle. Le plateau de jeu aurait gagné à être plus fouillé graphiquement, pour mieux immerger les joueurs au cœur de l’auberge…

La règle (8 pages) est particulièrement dense et les plus anciens devront chausser leurs lunettes tellement c’est écrit petit. Cependant, force est de reconnaître qu’elle est très bien rédigée. De nombreux exemples expliquent chaque rouage du jeu de façon claire et précise.

Trois variantes (dont une solo!) sont proposées en annexe… Un descriptif des différentes cartes accompagné de précisions complète le livret. Le résumé du tour de jeu qui se trouve au dos des règles aurait peut-être gagné à être mis plus en valeur…


Contenu de la boîte : 78 cartes Clients (70 Voyageurs et 8 Paysans), 1 plateau de jeu Auberge, 1 carte Premier Joueur, et, pour chacun des 4 joueurs, 1 marqueur score en bois, 1 aide de jeu et 8 jetons Clefs


Déroulement d’une partie

Mise en place
Chaque joueur reçoit deux cartes Paysans pour former sa main de départ, ses 8 Clef / Service en chambre et un chèque de 10 francs. Les joueurs posent tour à tour un jeton de sa couleur sur la porte de son choix. A 2 ou 3 joueurs, on place en plus 3 jetons blancs.

En fonction du nombre de joueur et de la durée de la partie (courte ou longue), un certain nombre de cartes Voyageur est écarté. Les cartes restantes sont mélangées pour constituer la pioche, face découverte, à côté de la porte d’entrée de l’auberge…

Le joueur le plus cupide reçoit le jeton 1er joueur.

Deroulement
Le jeu se déroule en deux phases, subdivisées en 3 phases.

L'Auberge Sanglante, d'innocents voyageurs © Pearl Games / Santiago / RobertPhase 1 : l’Accueil des Voyageurs (le soir)
Le 1er joueur accueille les voyageurs en piochant une à une des cartes de la pioche et en les posant dans une chambre encore vide.

Phase 2 : les Actions des Joueurs (la nuit)
Dans le sens horaire, les joueurs réalisent une première action, puis une seconde lors d’un autre tour.

Les quatre premières actions ont un fonctionnement analogue : les joueurs ciblent une carte client et doivent jouer un nombre de carte de leur main équivalent au rang de la carte ciblé. Les cartes où figure le symbole de l’action sont reprise en main, les autres sont défaussées. Les Paysans rejoignent le bar…

1Corrompre un client : enrôler un client de l’auberge pour l’intégrer à sa main.

2Construire une dépendance : poser une carte de sa main devant soit pour bénéficier de son effet et pouvoir y enterrer quelques cadavres.

3Tuer un client :estourbir un client de l’auberge. La carte est posée devant le joueur, face retournée. Le code d’honneur des assassins empêchant de lui faire les poches avant de l’enterrer.

4Enterrer un cadavre :permet d’enterrer un cadavre sous une dépendance en jeu. Si le corps est enterré dans la dépendance d’un adversaire, le butin est partagé. Le joueur ne peut en aucun cas dépasser 40F sur la piste de richesse!

5Blanchir l’argent :en rencontrant le notaire véreux, le joueur peut échanger une partie de son butin en chèques, et réciproquement.

L'Auberge Sanglante, de bien funestes corbeaux © Pearl Games / Santiago / RobertPhase 3 : Fin du Tour (le matin)
1Enquête des Force de l’Ordre:S’il reste au moins une carte Force de l’ordre dans l’Auberge, une enquête a lieu. Chaque joueur possédant encore un cadavre doit soudoyer le fossoyeur pour faire disparaître l’encombrant cadavre. Le tarif est de 10F par cadavre… Les cadavres ainsi perdus sont écartés dans la boîte de jeu.

2Départ des Voyageurs :Chaque voyageur rapporte au joueur propriétaire de la chambre 1F. Ils rejoignent ensuite la défausse, côté sortie de l’auberge.

3Paiement des Salaires :chaque joueur doit payer ses comparses en leur versant 1F. Les comparses, méfiant, n’acceptent pas les chèques. Le jeton 1er joueur est passé au joueur suivant… Une nouvelle nuit (sanglante) peut commencer…

La manche s’achève lorsque la pioche est épuisée ou si elle contient moins de voyageurs que de joueurs lors de la phase 1. La défausse est mélangée et une nouvelle manche peut commencer.

Fin de partie
La partie prend fin lorsque la pioche est épuisée une seconde fois.

Chaque joueur ayant encore des cadavres sur les bras doit faire appel au fossoyeur. Les joueurs touchent éventuellement les revenus de leur dépendance en menue monnaie (la limite des 40F est toujours active!).

Chaque joueur calcule son butin… Le joueur le plus riche remporte la partie… Le nombre de cadavre reposant sous les dépendances départageant éventuellement les égalités…

l’Avis de la Rédaction

L'Auberge Sanglante, d'innocents voyageurs © Pearl Games / Santiago / RobertL’Auberge Sanglante est un jeu profond doté d’une mécanique fluide et d’une thématique pour le moins sulfureuse. Malgré des règles simples, destiner le jeu aux plus de 14 ans s’avère nécessaire à cause de la thématique sanglante et l’amoralité du jeu. Tuer pour s’enrichir n’est pas vraiment consensuel…

La première phase, où l’on voit arriver les clients de l’auberge, n’est pas si anodine qu’on pourrait le penser au prime abord… Le placement des clients par le 1er joueur s’avère un brin subtil, en partie grâce à la pioche visible. Les victimes désignées seront placées dans les chambres des autres joueurs, ceux qui ont toutes les chances de passer une bonne nuit dans les nôtres, histoire de pouvoir être payé pour la nuit délicieuse qu’il aura passé…

A chaque tour, le joueur ne dispose que de 2 actions… C’est peu lorsqu’on doit trucider, enterrer, construire des dépendances pour y cacher des cadavres, développer sa petite entreprise et blanchir son argent… Surtout si quelques cognes se trouvent parmi les clients!

De par les multiples usages que l’on peut faire d’une carte la construction et la gestion de sa main sont les clefs de la victoire. Les comparses que l’on a dans sa main peuvent nous aider à construire et gérer des dépendances, très utile pour leurs capacités, mais aussi (et surtout) permettre d’effectuer les actions qui sont le moteur du jeu. Rouage essentiel, le mécanisme de dépense de cartes pour réaliser une action est particulièrement savoureux. Chaque action nécessite de dépenser des cartes de sa main… Mais si un comparse est utilisé pour une action correspondant à sa capacité spéciale (construire, tuer, enterrer ou corrompre), le joueur peut le conserver… Mécanisme simple mais rudement subtil qui oblige les joueurs à planifier ses actions!

L'Auberge Sanglante, flic ou voyou? © Pearl Games / Santiago / RobertLa manière dont les personnages (et les dépendances associées) apparaissent assurent des parties sans cesse différentes et obligent les joueurs à ajuster leurs stratégie. A noter que l’éditeur a fait un excellent travail iconographique pour qu’on puisse comprendre l’effet de chaque carte sans qu’il soit nécessairement besoin de lire le texte associé. C’est indéniablement un plus pour la fluidité du jeu!
Les capacités spéciales des dépendances et la façon dont ils peuvent combotter joyeusement s’avèrent ludiquement très intéressantes, offrant sa richesse et sa profondeur au jeu… Car la richesse du jeu se dévoile peu à peu, lorsqu’on maîtrise les capacités offertes par les différents bâtiments et la façon dont ils peuvent se combiner entre eux… La courbe d’apprentissage est tellement bien faite que le jeu est intéressant dès la première partie mais le devient plus encore au fil du temps…

Quant à la limite des 40F en liquide, elle est tout simplement diabolique… Surtout en fin de partie, lorsqu’on espère pouvoir tirer parti de l’effet de certaines granges et qu’on a oublié de passer chez le notaire véreux pour blanchir notre argent!

On appréciera la possibilité de doser la durée des parties en enlevant du paquet un nombre de cartes plus ou moins important… Cela dit, si la version courte est idéale pour se faire une idée du jeu, la version longue s’avère bien plus intéressante pour découvrir la richesse de ce dernier…

Malgré (ou grâce à?) une thématique glauque, peu consensuelle et résolument amorale, L’Auberge Sanglante est une petite… Pearl (smiley) ludique. Simple d’abord, doté d’illustrations très stylisées, ce premier jeu de Nicolas Robert se bonifie clairement avec le temps, au fur et à mesure que les joueurs apprennent à combiner l’effet des différentes dépendances…


On aime...

les règles simples et les parties fluides
les formidables illustrations de Weberson Santiago
les différents combos offerts par les dépendances
la subtilité du handbuilding
la thématique morbide très peu consensuelle

On n'aime pas...

la thématique morbide très peu consensuelle (smiley)
le plateau de l’auberge

(*) L'assassinat, complainte de Georges Brassens
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.