Haut de page.

le paradis de la terreur
L'Art du Crime


Fiche descriptive

Policier

L'Art du Crime

Tome 2

Marc Omeyer, Olivier Berlion

Éric Stalner

Delf

Glénat

Graffica

27 Avril 2016


13€90

9782344004968

Chroniques
Planches de sang
Elever le crime au rang d’art
le paradis de la terreur
Les affres de la création
Libertalia, la cité oubliée
La liberté qu’on assassine
Electra
Vengeance antique
Le rêve de Curtis Lowell
Chronique d’une mort annoncée

Paris, 1860. Hippolyte Beauchamp, jeune peintre doué et ambitieux, est venu conquérir Montmartre armé de ses pinceaux et de sa fougue. Il peut compter sur l'aide de son ami d'enfance et riche héritier, Maxime.

Un soir, éméchés par l’absinthe, ils se font attaquer par deux voyous. À l’issue de l’affrontement, Hippolyte perd son meilleur ami et tue l’un de ses agresseurs. Le regard de cet homme mort de sa main fait naître au cœur de l’artiste une émotion si forte qu’il peint avec rage dans la nuit un tableau bouleversé et magistral. Le succès est immédiat : les critiques se précipitent et portent aux nues ce chef d’œuvre.

L’artiste pressent le piège qui est en train de se refermer sur lui. Il plonge alors dans ce qu’il appellera son « Paradis de la Terreur ». Pour chaque toile, un crime...
un excellent album!


Les affres de la création
l'Art du Crime, planche du tome 2 © Glénat / Stalner / Berlion / Omeyer / DelfDans la foulée de Planches de sang par Olivier Berlion paraît le second tome de cette série concept qui explore les affres de la création à travers d’un jeune peintre tourmenté désireux de révolutionner son art…

1860. Avec l’ambition d’un Rastignac, le jeune Hippolyte Beauchamp quitte Rouen pour gagner Paris avec l’ambition de conquérir Paris à la pointe de ses pinceaux. Son ami, le riche et généreux Maxime de Cahmpigny l’aide et le soutient dans son entreprise.

Un soir, trois voyous tentent de les agresser alors qu’ils sortaient d’un troquet, enivrés par l’absinthe… Après avoir tué l’un de ses agresseurs, Maxime tombe mortellement blessé alors qu’Hippolyte achève le second et que le dernier prend la fuite… La nuit du drame, bouleversé par cet rencontre sanglante et la perte de son ami, le peintre va peindre une toile magistrale qui va lui ouvrir les portes du succès. Pour Hippolyte, cela ne fait aucun doute : il a puisé son inspiration dans les émotions ressenties lorsqu’il a fait couler le sang…

l'Art du Crime, planche du tome 2 © Glénat / Stalner / Berlion / Omeyer / DelfDès lors, pour chaque œuvre, il devra prendre une vie, donnant naissance au tueur à la canne épée…


Difficile de ne pas songer au portrait de Dorian Gray qui porte les stigmates des crimes de Dorian, ce dernier restant l’incarnation même de la beauté alors que son âme est corrompue par le vice. Par un habile jeu de miroir, c’est la création même du tableau qui va faire perdre tout sens moral au jeune peintre. Pour trouver son inspiration et explorer de nouvelles émotions, il va tuer, encore et encore, plongeant ses pinceaux dans le sang de ses innocentes victimes et puisant son souffle créateur dans leur souffrance et leur peur… Ecrit en quatre mains, ce polar historique se lit avec un réel plaisir.

Le récit parallèle est finement orchestré. Le lecteur suit Hippolyte Beauchamp dans sa fulgurante ascension qui le fait rapidement côtoyer la haute société alors que l'inspecteur Desmazières enquête sur les crimes en série perpétrés dans les ruelles de Paris qui rythment le récit… La chute, sombrement romantique, confère tout son sel au récit qui se referme sur Rudi Boyd Fletcher, condamné pour meurtres, qui écrit cette histoire du fond de sa cellule de Rikers Island…

l'Art du Crime, planche du tome 2 © Glénat / Stalner / Berlion / Omeyer / DelfLe récit est formidablement mis en image par Éric Stalner qui semble affectionner tout particulièrement le XIXème siècle qu’il dépeint avec finesse et talent. Fidèlement reconstitués, bâtiments et costumes immergent le lecteur dans le Paris du second Empire, conférant toute sa crédibilité au récit. Les toiles du jeune et ambitieux Hippolyte Beauchamp ne sont jamais montrées, à peine entrevue, le lecteur ne peut que se les imaginer au travers du regard que les autres posent sur les tableaux, laissant planer un sombre mystère quant à leur nature…

Dans une version cruelle et torturée, ce Paradis de la terreur évoque la figure de l’artiste habité par cet irrépressible besoin de créer, tel l’écrivain hanté par la page blanche du Créateur d’Albert Dupontel. Mais l’absurde grand guignolesque du film laisse ici la place à un récit sombre et torturé, superbement mis en scène par Éric Stalner.

Ce second tome ravira n’en doutons pas les amateurs de polars historiques solidement charpentés et confirme tout le bien que l’on pensait de cette série concept qui explore l’art de façon sombre et saisissante et tient pour l’heure toute ses promesses…

Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Maléfices a pour cadre la France de la Belle Époque (1870-1914), où les superstitions campagnardes et la mode citadine du spiritisme côtoient la pensée scientifique.
Crimes se déroule à la même époque et inscrit dans la tradition des littératures classique, fantastique et horrifique du XIXe siècle.