Haut de page.

Libertalia, la cité oubliée
L'Art du Crime


Fiche descriptive

Policier

L'Art du Crime

Tome 3

Marc Omeyer, Olivier Berlion

Pedro Mauro

Marcelo Maiolo

Glénat

Graffica

21 Septembre 2016


13€90

9782344004975

Chroniques
Planches de sang
Elever le crime au rang d’art
le paradis de la terreur
Les affres de la création
Libertalia, la cité oubliée
La liberté qu’on assassine
Electra
Vengeance antique
Le rêve de Curtis Lowell
Chronique d’une mort annoncée

1640. Sur les rivages de la Jamaïque, Aldaïr Mac Allister, jeune architecte anglais aux ambitions trop novatrices pour son époque, croise la route de Bart Kingsley, charismatique pirate adoré de ses équipages. Aldaïr et lui vont poser ensemble en pleine jungle de Bornéo l'esprit et l'organisation d'une cité utopique : Libertalia, une cité d'hommes et de femmes libres et égaux.

Au service de ce projet, le jeune architecte anglais se trouve un destin, alors qu'il ne rêvait que de carrière. Mais ils sont pris en chasse par la plus puissante marine de l'époque, la terrible flotte de la Compagnie Néerlandaise des Indes Occidentales. Les Hollandais sont prêts à tout pour avoir la tête de Bart et détruire l'esprit dangereusement subversif de Libertalia.

Les espoirs de fraternité de Bart et ses hommes semblent sur le point d'être anéantis. D'autant qu'à la tête de l'armada hollandaise se trouve Jan De Vries, qui a un compte personnel à régler avec Bart. Le rêve de Libertalia, annonçant les prémices des démocraties modernes, risque bien d'être brisé par un homme animé d'une haine meurtrière...
un bon album !


La liberté qu’on assassine
l'Art du Crime, planche du tome 3 © Glénat / Mauro / Omeyer / Berlion / FavrelleDu fond de sa cellule où il purge une lourde peine de prison, Rudi Boyd Fletcher poursuit son grand œuvre: rédiger neuf récits qui mettent en scène récits où crimes et arts sont intimement liés. Après avoir exploré la bande-dessinée avec le premier opus et la peinture dans le second, Marc Omeyer et Olivier Berlion s’intéressent à présent à l’architecture au travers de l’édification d’une colonie utopiste dans la jungle de Bornéo…

1640. Aldaïr Mac Allister est un jeune architecte visionnaire qui ne parvient pas à imposer ses projets trop novateurs. Sa route va par hasard croiser celle de Bart Kingsley, un pirate charismatique animé par des idées humanistes. Ensemble, ils vont partir pour Bornéo et tenter d’y établir une cité utopique où hommes et femmes vivront libres et égaux en droits…

Mais la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales compte faire un exemple en capturant et exécutant le pirate. Pour se faire, ils engagent Jan De Vries qui a eu sa carrière militaire brisée par Kingsley et qui, animé par une haine féroce, est prêt à tout pour obtenir vengeance…


Porté par des personnages charismatiques et romanesques, l’album est balayé par le souffle épique de l’aventure…
l'Art du Crime, planche du tome 3 © Glénat / Mauro / Omeyer / Berlion / FavrelleLibertalia, la cité oubliée met en scène un personnage qui rêve d’imposer ses vision de l’architecture mais qui, grâce à une rencontre impromptue, va mettre son art au service d’un idéal. Et si l’art est d’emblée identifié, la victime n’est autre que la Liberté elle-même…

S’inspirant de l’expérience (réelle ou fictive) d’une colonie libertaire fondée par des pirates sur l'île de Madagascar à la fin du XVIIe siècle, Marc Omeyer et Olivier Berlion tissent un scénario historique et fictionnel passionnant. Porté par des personnages charismatiques et romanesques, leur récit est balayé par le souffle épique de l’aventure, faisant revivre l’âge d’or de la piraterie tel que l’a relaté le Capitaine Charles Johnson (pseudo de Daniel Defoe?) dans son Histoire générale des plus fameux pirates avec en Nemesis un capitaine sanguinaire à la solde de la puissante Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales.

l'Art du Crime, planche du tome 3 © Glénat / Mauro / Omeyer / Berlion / FavrelleS’inscrivant dans un certain classicisme, le trait du dessinateur brésilien colle parfaitement à ce récit historique et si on peut noter une certaine rigidité dans les postures, l’ensemble n’en reste pas moins efficace et convainquant.

Ce troisième tome de cette intrigante série-concept s’avère original et captivant, tant pour le récit en lui-même que pour la victime de ce troisième crime d’art.

Porté par des personnages charismatiques et s’inspirant des écrits de supposé Capitaine Charles Johnson, il souffle sur ce récit écrit par Marc Omeyer et Olivier Berlion un souffle d’aventure romanesque appréciable qui tranche avec les ambiances de chacun des albums précédents.

Difficile pour le lecteur de savoir comment ces différents récits vont pouvoir s’imbriquer pour former un tout cohérent et sans doute faudra-t-il attendre l’ultime tome, clef de voûte supposée de l’ensemble, pour mieux appréhender l’édifice scénaristique échafaudé à quatre mains.
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Pavillon Noir est un jeu de rôle basé sur l'histoire de la piraterie, qui couvre près de trois siècles depuis les Caraïbes jusqu'aux Indes Orientales, en passant par l'Afrique ou même l'Europe. Les joueurs sont appelés à interpréter flibustiers, gueux des mers, corsaires ou boucaniers et à se tailler une place dans la légende de la piraterie, aux côtés de l'Olonnais, Barbe Noire et autres Rackham le Rouge.