Haut de page.

Romance et macchabées
Infinity 8


Fiche descriptive

Science-Fiction

Infinity 8

Tome 1

Lewis Trondheim, Zep

Dominique Bertail

Dominique Bertail

Rue de Sèvres

25 Janvier 2017


17€

9782369812579

Chroniques
Romance et macchabées
Un tiers de jour sans fin
Retour vers le Fuhrer
le retour de la vengeance du Fürher
l'évangile selon Emma
un space op' pulp & vintage
Guérilla symbolique
Un space op’ psychadélique…

Les meilleurs agents du spacio-paquebot ont intérêt à se surpasser pour le sortir de ce pétrin. L'agente Yoko Keren, plus préoccupée de trouver un géniteur idéal que de faire respecter l'ordre au sein de L'Infinity 8, est la première agente missionnée par le Capitaine.

Le vaisseau vient d'être arrêté sur son trajet par un amas mystérieux, à elle d'en découvrir la nature et l'origine. Mais à peine approche-t-elle de ce qui s'avère être un mausolée géant, qu'un groupe de Kornaliens, seule espèce nécrophage de l'Infinity, s'échappe du vaisseau et à tout contrôle. Ils assimilent, en même temps que les cadavres, les comportements, en l'occurrence criminels et violents, de ceux qu'ils dévorent...

Il ne reste à la belle agente qu'un allié, Sagoss, le seul le nécrophage qui a englouti un romantique exalté... et qui se transforme du coup en amoureux fou mais ultra lourdingue.

Arrivera-t-elle à éviter l'explosion du vaisseau jusqu'au reboot ?
un excellent album!


Un tiers de jour sans fin
Infinity 8, planche du tome 1 © Rue de Sèvres / Bertail / Trondheim / ZepSérie concept de SF totalement déjantée portée par une bande d’auteurs à l’imagination débridée, Infinity 8 est l’une de ces délicieuse surprises de ce début d’année.

L’Infinity 8 est un vaisseau de croisière intergalactique. Bloqué par un gigantesque amas d’artefact hétéroclites qui menace de l’engloutir.

Le capitaine du vaisseau, un extraterrestre doté de la capacité de visualiser les huit prochaines heures avant de pouvoir rebooter (au maximum huit fois!) va charger Yoko Keren de la périlleuse mission de comprendre la nature et les raisons de la présence de cet étrange amas dans la trajectoire de l’Infinity 8… Mais à chaque reboot, seul le capitaine gardera souvenir des éléments exhumés par notre sensuelle enquêtrice…

Yoko Keren a à peine le temps de comprendre que l’amas est une nécropole qu’elle doit échapper à des Kornaliens, race nécrophage, venu sur les lieux pour faire un piquenique de l’espace… Pour compliquer le tout, ils adoptent le comportement des cadavre qu’ils dévorent… et le fait que quelques généraux et autres criminels gisent parmi la nécropole ne va pas arranger la mission déjà périlleuse de Yoko Keren! Son seul allié sera Sagoss, un Kornaliens collant et un brin lourdingue (doux euphémisme)…


Une série-concept ambitieuse, déjantée et rafraîchissante…
Infinity 8, planche du tome 1 © Rue de Sèvres / Bertail / Trondheim / ZepOn devine les auteurs grands amateurs de SF et force est de reconnaître qu’ils semblent s’en être donné à cœur joie pour écrire et mettre en image le premier opus de cette série-concept ambitieuse et déjantée, hommage à la SF des années 50, revisitée à la sauce caustique et humoristique… Publiée initialement sous forme de fascicules à la manière des comics américains, voilà les premiers proposés dans un album cartonné rehaussé d’une jolie couverture…

Porté par le dessin haut en couleur de Dominique Bertail (Shandy, un anglais dans l’Empire, Ghost money…), ce premier tome se dévore avec délectation, posant les bases d’une série déjantée, subtil mélange d’action débridée, de dialogue truculents et joyeusement décalés, de sensualité, d’humour, de tentacules et de nécrophages… Oui, de nécrophages… dit comme ça, sûr, ça n’est guère glamour! Mais si certains Kornaliens sont indéniablement inquiétants, l’un d’entre eux, bien que souvent lourdingue et horripilant, n’en demeure pas moins attachant! (bon après, pour être honnête, l’ensemble est quand même plus gore que glamour!).. Si la plantureuse Yoko Keren qui ouvre le bal des héroïnes sexy semble plus obnubilée par l’idée de trouver un géniteur pour son enfant que par sa mission pourtant de première importance, elle n’en reste pas moins terriblement efficace!


Infinity 8, planche du tome 1 © Rue de Sèvres / Bertail / Trondheim / ZepLe concept de la série proposant chacun une réalité alternative ou parallèle s’avère particulièrement jubilatoire et les grands noms qui viennent rejoindre l’aventure sur l’un ou l’autre tome semblent avoir trouvé dans la série un bac à sable narratif et graphique où ils peuvent lâcher la bride à leur imagination foisonnante et à leur talent!

Lewis Trondheim, Zep et Dominique Bertail semblent avoir pris leur pied en écrivant et en dessinant le premier tome de cette série concept fun d’inspiration pulp…

Très accrocheur, Romance et macchabées donne furieusement envie de lire la suite des aventures de l’Infinity 8 et de ses pimpantes héroïnes... Mais on sent qu’il se trame quelque chose en coulisse et que cela ne sera dévoilé que par petites touches au fil des huit tomes qui constitueront cette série…

Infinity 8 est une série SF audacieuse, iconoclaste, rocambolesque et rafraîchissante, un délire parfaitement maîtrisé dont nous attendons la suite avec une impatience jubilatoire… Aux commandes du tome 2 (Retour vers le Fuhrer) : Lewis Trondheim et Olivier Vatine… Tout un programme…
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Star Wars : aux confins del'Empire se déroule pendant la Rébellion, après la bataille de Yavin et avant celle de Hoth. L’Empire vient d’essuyer son premier revers signi catif, mais menace toujours la galaxie, à travers laquelle il traque sans relâche l’Alliance rebelle. C’est dans ce décor de guerre civile, que malfaiteurs et canailles vaquent à leurs affaires en tentant d’abuser les Rebelles comme les Impériaux pour sortir leur épingle du jeu, voire mieux.