Haut de page.

Yamataï
Yamataï


Fiche descriptive

Jeux familial

Days of Wonder

Bruno Cathala, Marc Paquien

Jérémie Fleury

Asmodée

2 à 4 joueurs

13 ans et +

40 à 80 mn

Mars 2017


54€
Chronique

La reine Himiko a confié une mission prestigieuse à tous ses bâtisseurs : faire de la capitale de Yamataï la perle du royaume.

À vous de prendre l’ascendant sur vos concurrents pour construire la plus belle cité en utilisant les ressources apportées par les flottes qui sillonnent l’archipel. Préparez votre stratégie, recrutez des spécialistes, et faites ce qui est nécessaire pour gagner les faveurs de la reine Himiko. Mais surveillez bien vos adversaires, car au final, seul l’un d’entre vous sera reconnu comme le plus grand bâtisseur du royaume de Yamataï !

Dans Yamataï, les joueurs s’affrontent pour remporter des points de prestige au moyen de stratégies diverses et variées. Défrichez les îles pour recruter de puissants spécialistes qui vous apporteront leur aide, ou utilisez les ressources que transportent les bateaux qui y naviguent pour construire des bâtiments et marquer l’archipel de votre style. Si vous avez l’étoffe d’un grand bâtisseur, vous pourrez même tenter d’élever des bâtiments de prestige : des palais ou des torii.

Mais vous n’êtes pas le seul à vous battre pour la gloire… Saurez-vous surpasser vos concurrents ?
un excellent jeu!


Sublime Yamataï
Bruno Cathala, Jérémie Fleury, Days of Wonder… Trois excellentes raisons de s’intéresser à Yamataï et de s’aventurer dans cet archipel légendaire…

Dans ce jeu, les joueurs vont rivaliser d’audace et d’inventivité pour faire de la capitale de Yamataï la perle du Royaume et devenir le Maître Bâtisseur de la reine Himiko.

Règles et matériel

Yamataï, petit aperçu du somptueux matériel © Days of Wonder / Fleury / Cathala / PaquienEst-il besoin de dire que le matériel est tout juste somptueux?

Non mais c’est vrai quoi à la fin ? Vous n’avez pas vu que sur la boîte figurait le nom de « Jérémy Fleury »… Jérémy Fleury , le formidable dessinateur qui a signé les superbes illustrations du Petit Chaperon Rouge, de Fourberies ou d’Oceanos…Et franchement, il suffit de regarder la boîte pour comprendre qu’il a une fois de plus fait un formidable travail… Ses illustrations colorées et travaillées posent les bases d’un univers raffiné, écartelé entre la Chine et le Japon…

Et comme l’éditeur n’est autre que Days of Wonder, forcément, le jeu est superbement édité! Les meeples sont incroyables, les bateaux évoquent de magnifiques jonques et les bâtiments de magnifiques pagodes… et que dire des incroyables Torii ou Palais?
Yamataï, tuiles Bâtiment © Days of Wonder / Fleury / Cathala / Paquien
On appréciera le travail iconographique permettant, passé la première partie, de connaitre les différentes capacités des Spécialistes ou effets des tuiles Flotte sans avoir à se référer aux règles… De grandes taille, les fiches aides de jeu allient élégance et concision, donnant aux joueurs un aperçu détaillé des différentes actions qu’ils doivent ou peuvent effectuer…

Bref, le jeu est somptueux et ravira les dépunchés compulsifs de par la profusion de matériel…

Un bémol toutefois au niveau des couleurs qui rendent le jeu difficile d’accès à certains joueurs daltoniens… Les symboles utilisés pour les jetons Culture permettent à tous de s’y retrouver et le choix des couleurs des meeples et bâtiments neutres semblent particulièrement pertinentes… mais les couleurs de certains bateaux (y compris ceux figurant sur les tuiles Flotte) rendent le jeu peu lisible pour certaines formes de daltonisme… Des navires de formes subtilement différentes ou de jolis stickers auraient permis de palier à ce problème…

Yamataï, une talentueuse spécialiste © Days of Wonder / Fleury / Cathala / PaquienPassons à présent au livret de règles (8 pages)… Il pourra sembler un brin dense aux joueurs occasionnels mais, Days of Wonder oblige, il s’avère tout à la fois bien écrit et joliment maquetté… Les exemples illustrés lèvent toutes ambigüités et les différents mécanismes paraissent d’emblée très fluides, même si on se doute bien qu’ils masquent mille et une subtilités, Bruno Cathala oblige…

Contenu de la boîte : 1 plateau de jeu, 3 Torri et 4 Pa-lais, 34 bâtiments Standard, 6 meeples Ordre du Tour, 80 bâteaux en bois (22 Bamboo, 19 Bois, 16 Pierre, 13 Argile, 10 Or), 10 tuiles Flotte, 28 tuiles Bâtiments, 7 tuiles Montagne, 34 jetons Culture, 8 jetons Sanctuaire, 18 tuiles Spécialistes, 73 Pièces de Monnaie (de valeur 1, 2 et 10), 24 pions Prestige, 4 aides de jeu


Déroulement d’une partie

Yamataï, une spécialiste mélomane © Days of Wonder / Fleury / Cathala / PaquienMise en place
Bien que semblant quelque peu laborieuse lors de la première partie, en pratique, la mise en place s’avère rapide et fluide.

Deroulement
A son tour de jeu (donné par l’ordre des meeples sur le plateau, lui-même induit par la tuile Flotte sélectionnée au tour précédent), le joueur effectue dans l’ordre les 5 actions suivantes :

Yamataï, quelques superbes visuels © Fleury1Choisir une tuile Flotte parmi les tuiles disponibles. Le joueur prend alors le ou les bateaux indiqués sur la dite tuile et pourra, au cours de son tour, déclencher son pouvoir spécial.

2Commercer : acheter ou vendre un bateau

3Placer les bateaux sur le plateau puis Récolter ou Construire : le premier bateau devra être placé sur une case de départ libre ou à côté d’un bateau de même couleur. Le suivant pouvant être placé à la suite du bateau précédemment posé.

Le joueur peut récolter une ressource jouxtant chaque navire posé ou construire un bâtiment figurant sur une des tuiles Bâtiment disponibles sur une île vide entourée des bateaux figurant sur la carte.

4Mettre les bateaux inutilisés de côté : le port peut en contenir un, chaque paire de bateaux excédentaires donnera un malus de 1 en fin de partie.

5Recruter un spécialiste en dépensant soit deux jetons Culture identiques soit 3 différents (et récupérer les éventuels pièces s’y trouvant)…


A la fin de la manche, on ajoute deux pièces sur chaque Spécialiste encore présent et on complète à l’aide de nouvelles tuiles les réserves Spécialistes et Bâtiments. Chaque joueur place son meeple sur le numéro indiqué par la tuile Flotte choisie puis on fait glisser les tuiles Flotte vers la droite, dévoilant les 5 premières… Les tuiles utilisées sont mélangées et placées face cachée dans la zone ad hoc.

Fin de partie
La partie s’achève à la fin du tour où un joueur a construit son dernier bâtiment, s’il n’y a plus de bateaux d’une couleur donnée, si on ne peut compléter les Spécialistes ou Bâtiments…

Yamataï, tuiles Flotte aux mille et une promesses © Days of Wonder / Fleury / Cathala / PaquienOn procède alors à un décompte :

+1 PP par tranche de 5 pièces
+1 par pion de Prestige
chaque tuile Bâtiment construit et chaque Spécialiste recruté rapporte le nombre de PP indiqué
-1 PP par bâtiment réservé et non construit
-1 par paire de bateaux mis de côté

Le joueur possédant le plus de Prestige devient le Maître Bâtisseur de Yamataï, pour la plus grande gloire d’Himiko.

l’Avis de la Rédaction

Yamataï, construction du joyau de Yamataï © Days of Wonder / Fleury / Cathala / PaquienSi les mécanismes de Yamataï sont relativement simples et s’assimilent rapidement, on se rend rapidement compte que le jeu possède une indéniable profondeur, révélant ses multiples subtilités au fil des tours…

Avec des joueurs désireux d’optimiser au mieux leur jeu, de calculer chacun de leurs coups et de peser les conséquences de chacune de leurs actions, bref, de jouer LE coup parfait, le jeu peut rapidement devenir un enfer grâce à la fameuse «analysis-paralysis» qui voit chacun passer de longues minutes à réfléchir aux mille et une possibilités qui leurs sont offertes…
D’autant que si chaque coup joué apporte d’appréciables avantages au joueur, il offre aussi de multiples possibilités à ses adversaires! Récolter, c’est offrir aux autres la possibilité de construire! Construire un Temple ou un Torri, c’est leur donner la possibilité d’engranger quelques bonus substantiels. Poser un bateau, c’est leur permettre de se développer plus avant, fonction des tuiles Flotte disponibles…

Yamataï, Work In Progress © Days of Wonder / Fleury / Cathala / PaquienSi Yamataï est indéniablement un jeu doté d’une appréciable profondeur, c’est aussi (et surtout!) un jeu d’opportuniste… A chaque tour de jeu, il faut saisir les opportunités qui nous sont offertes. Car il est difficile de planifier par avance ses actions et d’échafauder une stratégie durant les tours de ses adversaires: la configuration tuiles disponibles ou du plateau étant par essence changeante (pose de bateaux qui appartiennent à tous, construction de Bâtiment, récoltes de jetons Culture, achat de Spécialiste…), le choix d’un adversaire venant souvent ruiner la stratégie esquissée!

D’ailleurs Yamataï n’est pas un jeu pour stratège hors pair mais pour tacticien à même de s’adapter rapidement à la configuration changeante du plateau, de choisir le coup lucratif qui n’offrira pas (trop) d’opportunités aux adversaires!

Le jeu se bonifie clairement avec le temps. Une fois apprivoisé les différentes tuiles Flotte, connues et maîtrisées les subtiles capacités des Spécialistes, assimilés les différents bonus de constructions, le joueur pourra s’attaquer avec délice à la maîtrise du machiavélique ordre du tour qui peut conditionner bien des choix de Flotte (diabolique artifice qui peut permettre de jouer deux fois de suite!), et s’efforcer de réduire les possibilités offertes aux adversaire en jouant tel ou tel coup…

Le petit aménagement des règles à deux joueurs s’avèrent parfaitement indolores : chacun possède deux meeples et fera donc à chaque manche, deux choix, souvent liés les uns aux autres avec un soupçon d’audace et d’imagination!

Yamataï, de somptueuses aides de jeux © Days of Wonder / Fleury / Cathala / PaquienSuperbement édité et porté par les somptueuses illustrations de Jérémie Fleury, Yamataï est indéniablement un jeu magnifique qui donne d’emblée l’envie de se lancer dans l’aventure.

Le chevronné Bruno Cathala s’est associé au jeune Marc Paquien pour créer un jeu doté de règles simples dont les subtilités se dévoilent au fil des tours et des parties. Le joueur qui deviendra Maître Bâtisseur sera celui qui aura su le mieux s’adapter aux configurations changeantes du plateau et aura su en tirer avantage sans trop favoriser ses adversaires…

Si Bruno Cathala fait partie de ces auteurs dont on suit de près les créations, il y a fort à parier que Marc Paquien fasse prochainement reparler de lui au vu des qualités ludiques de ce jeu inventé à quatre mains et deux cerveaux…



On aime...

le matériel tout juste somptueux
les règles extrêmement fluides
la profondeur du jeu
le savant dosage de tactique et d’opportunisme
la richesse des interactions


On n'aime pas...

avec des aficionados de l’optimisation, un tour peut durer trrrrrèssss longtemps…
pas tout à fait daltonien-friendly
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.