Haut de page.

Eidolon
James Bond


Fiche descriptive

Espionnage

James Bond

Tome 2

Warren Ellis

Jason Masters

Guy Major

Dom Reardon

Delcourt

Contrebande

26 Avril 2017


16€95

9782756082707

Chroniques

Après la Seconde Guerre mondiale, les agences de renseignements de l'armée créèrent des cellules fantômes - baptisées les « Stay-Behinds » (ceux qui restent à l'arrière) - à travers toute l'Europe, au cas où les pays signataires du Pacte de Varsovie auraient décidé d'agir.

L'organisation SPECTRE infiltra alors l'une de ces cellules avec des agents dormants. Et le moment de leur réactivation est venu...
un bon album !


his name is Bond, James Bond
James Bond, planche du tome 2 © Delcourt / Masters / Ellis / MajorLe personnage créé par Ian Fleming en 1953 fait partie de ces héros indémodables de la culture pop. Après les romans, les films, les jeux de rôle et les jeux vidéos, quoi de plus normal qu’il se décline aussi en bande-dessinée… Certes, Bond j’avais déjà été mais ces nouvelles aventures signées par le prolifique et talentueux Warren Ellis s’avère particulièrement convaincantes…

Pris au piège à Los Angeles aux côté d’un autre agent du MI6, James Bond va avoir fort à faire pour s’en tirer indemne. Au départ sa mission consistait à extraire Cadence Birdwhistle qui venait de mettre à jour d’étranges mouvements financiers non-officiel douteux à destination de l’Angleterre… Des hommes puissamment armés tentent de les éliminer mais semblent ne pas vouloir faire de victimes civiles…

007 ne le sait pas encore mais il affronte une cellule dormante de SPECTRE, une stays-behinds qui a infiltré plusieurs officines de renseignements et qui est destinée à réactiver l’organisation si celle-ci devait venir à disparaître…


Un récit d’espionnage rythmé, nerveux et violent…
S’amorçant comme de coutume sur un prologue intrigant, Eidolon s’inscrit dans la droite ligne de VARGR… Ce nouvel épisode de James Bond s’avère particulièrement rythmé et solidement charpenté. Le découpage en chapitre courts est une fois encore redoutablement efficace et le récit choral qui se déroule entre Los Angles et l’Angleterre s’avère particulièrement prenant et percutant avec en toile de fond la rivalité entre les MI5 et MI6. Car sur le territoire britannique, les membres du MI6 n’ont pas le droit de porter d’arme, car censément protégés par leurs collègues du MI5… Mais quand des membres d’un cellule dormante de SPECTRE ont infiltré le MI5, la prétendue protection devient une dangereuse épée de Damoclès…
James Bond, cases du tome 2 © Delcourt / Masters / Ellis / Major
Si par certain aspects l’univers du Bond de Warren Ellis se rapproche de celui de Fleming (Q ne propose par exemple pas des gadgets incroyables mais est bel et bien armurier!), le portrait qu’il esquisse du célèbres espion s’avère bien moins lisse que celui de nombreux films, s’il on excepte ceux où Daniel Craig endosse le costume du célèbre espion. Dans l’album, il fait moins preuve d’humour (bien que certaines répartis soient cinglantes) et se montre particulièrement sombre et cruel, n’hésitant pas torturer quelqu’un de façon particulièrement sanglante pour lui faire cracher le morceau ou à achever quelqu’un d’une balle dans la tête. Témoin la dernière scène de l’album qui révèle son cynisme et sa noirceur…
James Bond, cases du tome 2 © Delcourt / Masters / Ellis / Major
Le trait de Jason Masters s’avère élégant et son encrage précis. On aurait toutefois apprécié des décors plus travaillés tant ils deviennent parfois minimalistes dans certaines planches. Néanmoins son découpage s’avère extrêmement fluide et ses cadrages lorgnent clairement du côté du septième art.

Warren Ellis et Jason Master nous livre un récit rythmé, violent et solidement charpenté mettant en scène James Bond, incontournable héros de la culture pop créé par Ian Fleming, lui-même ancien espion britannique…

N’hésitant pas à torturer où à achever un ennemi à sa merci, leur James Bond est bien plus âpre que celui de la version hollywoodienne. Mis en images avec une redoutable efficacité par le chevronné Jason Masters, le scénario de Warren Ellis s’avère très convaincant malgré une fin un brin abrupte mais particulièrement noire…


- Vous laissez une arme chargée dans une poubelle?
- On est en Amérique… J’ai pas le temps de la confier à un gamin ou à un déséquilibré alors je la laisse dans une poubelle pour qu’ils la trouve.James Bond

James Bond, cases du tome 2 © Delcourt / Masters / Ellis / Major
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.