Haut de page.

Enquête immobile
Urban


Fiche descriptive

Anticipation

Urban

Tome 4

Luc Brunschwig

Roberto Ricci

Giovanna Niro, Roberto Ricci

Futuropolis

22 Juin 2017


16€

9782754811705

Chroniques

Après l'attaque terroriste qui a plongée la ville de Montplaisir dans le noir, Springy Fool trouve des boucs émissaires à sacrifier pour calmer la foule des plaisanciers.

Zacchary est mis à pied pour n'avoir pas tué Narcisse, le magicien, coupable idéal du meurtre du petit Neil.

Chez lui, grâce à son accès à A.L.I.C.E, le système d'exploitation de Montplaisir, il mène l'enquête qui l'amène à la naissance même du parc d'attraction...
un chef d'oeuvre!


Un démiurge nommé Brunschwig
Urban, planche du tome 4 © Futuropolis / Ricci / Brunschwig Avec Enquête Immobile, Luc Brunschwig et Roberto Ricci nous entraînent dans les ruelles tortueuses de la cité de Monplaisir, formidable parc d’attraction où les travailleurs viennent dépenser l’argent si durement gagné en une année de dur labeur… Ici, tout n’est que fête, joie et plaisir… Mais en grattant un peu le verni et les paillettes, on découvre un envers du décor bien peu reluisant.

L’attaque terroriste qui a plongé Monplaisir dans le noir a mis Springy Fool dans une colère noire. Pour faire oublier les milliers de victimes, il doit au plus vite trouver des boucs-émissaires pour apaiser la foule de touristes et calmer ses nerfs…

Zachary Buzz, Interceptor mu par un sens aigu de la justice, est mis à pied pour avoir refusé d’exécuter Narcisse le magicien… Consigné dans ses appartements, Zachary enrage de ne pouvoir élucider la mort du jeune Niels… Ses communications vers l’extérieur étant surveillée et censurée par A.L.I.C.E., il va néanmoins pouvoir poursuivre son enquête en se plongeant dans les archives numérique de Montplaisir auquel Springy Fool lui avait donné accès pour préparer son combat contre Ebrahimi…

Commence alors une enquête immobile qui nous entraîne dans le passé de Springy Fool, créateur et démiurge de Montplaisir…


Un récit d’anticipation glaçant, superbement orchestré et somptueusement mis en image…
Si vous arpentez souvent les Sentiers de l’Imaginaire, sans doute savez-vous combien nous apprécions le travail de Luc Brunschwig dont chaque nouvel album se déguste comme un grand cru… Porté par le formidable dessin de Roberto Ricci, ce quatrième opus d’Urban ne fait pas exception à la règle…

Urban, planche du tome 4 © Futuropolis / Ricci / Brunschwig Difficile de ne pas être séduit par la formidable construction narrative de cette série d’anticipation où rien ne semble avoir été laissé au hasard et où chaque nouvelle pièce s’imbrique parfaitement avec les précédentes pour former un tout aussi glaçant que cohérent… Ce quatrième tome s’avère on ne peut plus passionnant… Plongeant dans le passé de Springy Fool, le démiurge sociopathe de Monplaisir, cet album nous fait de fracassantes révélations sur le passé du créateur dérangé de ce lieu de plaisir et de débauche où des foules de travailleurs fortunés vient dilapider des crédits durement gagnés... Comment ne pas voir dans ce conte futuriste les travers de notre société de consommation où le rêve qu’on nous vend ne parvient plus à cacher la misère affective et financière où s’engluent les masses laborieuses… Le récit choral orchestré par Luc Brunschwig est une petite merveille de finesse et d’écriture qui mêle politique, société du spectacle aussi exacerbée que décérébrée, filiation, intimisme, folie et magouilles inavouables… Et le jeu trouble et ambigu d’AL.I.C.E. promet sans doute de spectaculaires rebondissements…

Il fallait pour mettre en image ce scénario dense et foisonnant tout le talent d’un grand dessinateur… Roberto Ricci est de cette trempe-là… Comment en pas être estomaqué par ses planches fourmillant de vie et de détails qui nous donne à voir et à ressentir ce que pourrait être une mégapole entièrement dédiée aux plaisirs… et aux vices…
Truffé de caméos savoureux, on se perd à détailler chacune de ses cases qui est une fenêtre ouverte sur Monplaisir… D’inspiration cinématographique, les cadrages virtuoses du dessinateur sont d’une redoutables efficacité alors que ses formidables couleurs soulignent à merveilles les saisissantes ambiances de Monplaisir et donnent vie à une formidable galerie de personnages…

Urban, planche du tome 4 © Futuropolis / Ricci / Brunschwig Porté par le dessin superbe et foisonnant de détails de Roberto Ricci, cette Enquête Immobile est une plongée vertigineuse dans les coulisses de Monplaisir, cité tentaculaire entièrement dédiée à l’assouvissement des désirs des milliers de touristes venant y passer quelques jours de vacances…

En parfait démiurge, Luc Brunschwig anime une galerie de personnages denses, complexes et absolument fascinants… Il nous révèle le passé trouble de cet inquiétant sociopathe qu’est Springy Fool qui s’amuse avec la ville qu’il a fait naître comme un enfant gâté et capricieux s’amuserait avec un jouet, usant des gens comme des marionnettes en faisant fi de leurs sentiments, de leur peines et de leurs souffrances…

Seule ombre au tableau : le cinquième tome clôturera ce formidable récit d’anticipation… Et Urban est de ces séries qu’on quittera à regret, tant pour son scénario captivant et parfaitement maîtrisé que pour son magnifique dessin… Et au vu des dernières scènes, le dernier tome s’annonce apocalyptique… On s’attend à prendre une claque magistrale mais tout laisse à penser que nous sommes encore en dessous de la vérité…


Les statistique sont claires à ce sujet : la torture est le dernier tabou.A.L.I.C.E.

Urban, cases du tome 4 © Futuropolis / Ricci / Brunschwig
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Cyberpunk est le premier jeu de rôles à exploiter le thème littéraire du même nom. Il est donc fortement inspiré des romans de William Gibson, Walter Jon Williams, Bruce Sterling, Allec Effinger, Pat Cadigan, etc. L'expression cyberpunk vient du mot cybernétique, la science de la communication entre l'homme et la machine, et du mot punk : mouvement musical et social du début des années 80 ayant lancé le slogan "no future". Le mélange des deux nous plonge dans un futur proche et sombre, où la technologie est omniprésente tandis que la décomposition sociale atteint son paroxysme. ..