Haut de page.

Ce diable de Lesdiguieres
Ce diable de Lesdiguieres


Fiche descriptive

Histoire

Gilbert Bouchard

Gilbert Bouchard

Gilbert Bouchard

Glénat

05 Juillet 2017


11#50


Chronique
Ce diable de Lesdiguieres
La rose, l’épée et le goupillon

Une figure emblématique du Dauphiné. 28 septembre 1626. Dans la blancheur immaculée des Alpes, un homme voyage seul. Sentant sa dernière heure arriver, François de Bonne trouve un abri où l'attend un inquiétant personnage qui semble bien le connaître.

Ensemble, ils reviennent sur la vie et la carrière de celui qui fut Duc de Lesdiguières, comte de Pont-de-Veyle, seigneur du Glaizil, maréchal de France, mais est également le dernier connétable de France.

Un chef militaire dont l'impressionnant pédigrée n'a jamais comblé l'absence de l'amour de sa vie : sa maîtresse
un bon album !


La rose, l’épée et le goupillon
Ce diable de Lesdiguieres, planche de l'album © Glénat / BouchardAvec Ce diable de Lesdiguières, Gilbert Bouchard nous invite à découvrir une figure historique emblématique du Dauphiné qui devint pendant l’époque troublée des Guerres de Religions un chef de guerre de premier plan…

28 septembre 1626… Un vieil homme voyage seul dans les Alpes enneigées… Sentant sa fin proche, François de Bonne trouve un abri inespéré où l’attends un bien inquiétant personnage qui semble tout connaître de lui…

Ensemble, ils vont évoquer la vie et la carrière de celui qui porta les titres de Duc de Lesdiguières, comte de Pont-de-Veyle, seigneur du Glaizil, maréchal de France et qui fut le dernier à porter le titre de connétable…


Un chef de guerre rusé et audacieux et un amoureux passionné…
Le Duc de Lesdiguières fait partie de ces grandes figures oubliées de l’histoire de France mais pas de celle du Dauphiné. Mais plutôt que de faire une biographie âpre, Gilbert Bouchard teinte son récit de fantastique en faisant du diable le narrateur et le discret marionnettiste qui présida à l’incroyable destinée de ce rusé chef de guerre et habile négociateur…

Ce diable de Lesdiguieres, planche de l'album © Glénat / BouchardCe faisant, le récit de sa vie s’avère drôle et entraînant, le diable, présent à chacune des étapes clefs, ne manquant pas de commenter les évènements d’un coup de pique verbal particulièrement truculente… Plutôt que l’affrontement sur un champ de bataille contre des troupes Catholique plus nombreuses, Lesdiguières opta pour la ruse et la négociation et remporta de haut faits d’armes, bien qu’il subit aussi de nombreux revers… L’homme qui se forgea un destin l’épée à la main fut aussi un amoureux et un amant passionné qui s’éprit de Marie, femme mariée qui devint sa maîtresse avec qui il fera deux enfants avant que de l’épouser, des années après leur rencontre…

Passionné d’histoire et amoureux de sa région, Gilbert Bouchard entraîne le lecteur au cœur d’une époque tourmentée dans un royaume de France ravagé par les guerres de religion à la suite d’un homme haut en couleur…

Bien qu’un peu oublié par l’Histoire de France, le Duc Lesdiguières s’avère être une figure emblématique du Dauphiné et ce récit historique s’avère d’autant plus entraînant que l’auteur l’a audacieusement teinté de fantastique en faisant du Diable le narrateur de son histoire…
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Te Deum pour un massacre est un jeu de rôle historique se déroulant durant les guerres de religion qui ont déchiré le Royaume de France au XVIième siècle. Dans le crépuscule où sombre la chrétienté, la reine noire contemple les débris du royaume. Du haut des tours du Vieux Louvre, elle observe les brasiers qui rougeoient dans la nuit tombante. L'armée des Princes, l'armée des grands aristocrates calvinistes, est en train d'encercler la capitale. Les troupes incendient les faubourgs. Au même moment, des ruelles tortueuses de la ville assiégée, monte le lamento discordant des massacres. La populace catholique prend d'assaut les maisons des huguenots parisiens, traîne vers le seine des corps martyrisés.