Haut de page.

Ces jours qui disparaissent
Ces jours qui disparaissent


Fiche descriptive

Roman Graphique

Timothe Le Boucher

Timothe Le Boucher

Timothe Le Boucher

Glénat

1000 FEUILLES

13 Septembre 2017


22€50

9782344013328

Chronique
Ces jours qui disparaissent
Des jours sans lendemains…

Que feriez-vous si d'un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu'un jour sur deux?

C'est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d'une vingtaine d'années qui, sans qu'il n'en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu'un jour entier vient de s'écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n'a rien à voir.

Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l'alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s'évaporant progressivement dans le temps...

Qui sait combien de jours il lui reste à vivre avant de disparaître totalement ?
un excellent album!


Des jours sans lendemains…
Ces jours qui disparaissent, planche de l'album © Glénat / Le BoucherAvec ce récit saisissant basé sur une idée originale et poétique, Timothe Le Boucher cisèle un petit bijou du neuvième art…

Jeune homme sensible et insouciant, Lubin Maréchal est acrobate dans une troupe de cirque montée avec de amis proches. Un jour, il fait une violente chute mais se relève indemne… en apparence tout au moins…

Depuis, il ne vit plus qu’un jour sur deux… A chaque nouveau réveil, un jour entier s’est écoulé sans qu’il en ait conscience… Plus étrange encore, un autre que lui habite son corps durant ces absences. Un autre lui-même doté d’un caractère plus affirmé… Par le truchement de vidéos, Lubin et son double entrent en communication et posent les bases de leur étrange cohabitation…

Mais bien vite, le double devient envahissant et prend des décisions qui conditionnent la vie de Lubin qui semble peu à peu s’effacer…


A la poursuite du temps perdu…
Ces jours qui disparaissent, planche de l'album © Glénat / Le BoucherSi l’idée de départ est d’emblée séduisante, c’est surtout son traitement qui s’avère parfaitement maîtrisé… Tout s’amorce comme un récit étrange qu’on pense teinté de fantastique… Un jeune homme discret et attachant voit sa vie insouciante bouleversée par l’intrusion d’un parasite qui va habiter son corps un jour sur deux… Cela va on s’en doute poser bien des tracas professionnels et affectifs… Car s’il s’endort avec sa petite amie, c’est son double qui s’éveille avec elle…

Cette dualité s’avère particulièrement bien retranscrite, tant dans la réaction de Lubin que dans celle de ses proches. Mais la force du récit réside dans ce qu’il glisse par petite touche vers un thriller inquiétant alors que le double de Lubin prend peu à peu possession de sa vie. L’ambiance se fait petit à petit oppressante et dérangeante et ce d’autant plus que l’auteur a pris le temps de rendre le personnage principal particulièrement touchant, de développer un lien d’empathie entre le lecteur et lui de façon particulièrement subtile… Pour se faire, l’auteur a judicieusement estompé la présence de ce double… Il n’apparait que par le truchement de vidéos et on ne sait ce qu’il fait que parce ce que les autres en dise… Ce faisant, le lecteur se retrouve dans la même situation que Lubin à se demander ce que ce dernier a pu faire pendant sa dernière absence…

Ces jours qui disparaissent, planche de l'album © Glénat / Le BoucherLe dessin épuré de Timothe Le Boucher n’est pas sans évoquer par moment celui du talentueux Bastien Vives. Dès les premières planches, il nous happe dans son récit baigné de poésie. Vif et expressif, son trait met en scène avec finesse les émotions ressenties par chacun protagonistes. La couverture de l’album s’avère quant à elle on ne peut plus réussie, esquissant intelligemment la menace qui plane sur le jeune Lubin…

Timothe Le Boucher signe avec cet album un récit superbe, poignant et parfaitement maîtrisé…

Tissant avec finesse un lien d’empathie entre Lubin et le lecteur, l’auteur fait glisser peu à peu son récit du fantastique vers le thriller alors que le double du jeune homme lui dérobe peu à peu sa vie…

Si le récit est éminemment symbolique, montrant un jeune homme écartelé entre deux destins, entre ses rêves d’enfant et sa raison d’adulte, pour le lecteur, le doute subsiste, jusqu’au bout… Quelle est la part de fantastique ou de schizophrénie dans les évènements qui nous sont comptés ? Certains lecteurs pourront être frustrés que l’auteur ne tranche pas clairement pour l’une ou l’autre des hypothèses… C’est pourtant dans cette délicieuse ambiguïté que réside la force de ce récit envoûtant.

Ces jours qui disparaissent est un album magistral, l’un des gros coups de cœur de cette rentrée… Et ce n’est pas un hasard si la critique est unanime à son propos…


C’est un peu compliqué. J’ai des sortes de pertes de mémoire. Des jours entiers sans aucun souvenir.Lubin
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.