Haut de page.

Paper Tales
Paper Tales


Fiche descriptive

Jeux familial

Catch Up Games

Masato Uesugi

Christine Alcouffe

Blackrock Games

2 à 5 joueurs

12 ans et +

30 mn

29 septembre 2017


25€90
Chronique

Dans Paper Tales, les joueurs tentent d'écrire la plus belle légende pour leur Royaume au fil de deux siècles.

Dans ce jeu de cartes à combo en simultané, vous allez drafter lors de chacun des 4 tours de jeu les Unités qui seront les emblèmes glorieux de votre Royaume. Ces Unités peuvent apporter une valeur militaire pour triompher dans les guerres , le revenu indispensable pour recruter ces Unités, les ressources permettant de construire des bâtiments, ou encore des moyens divers de remporter des points de Légende.

Mais la place est limitée dans votre Royaume et un mécanisme original de vieillissement restreint la durée de vie de vos Unités. Paper Tales est un jeu court, tendu et profond, dans lequel votre capacité à recomposer sans cesse votre tableau pour poursuivre votre stratégie fera la différence.
un excellent jeu!


Once Upon a Time
Paper Tales fait parti de ces jeux qui nous font de l’œil depuis plusieurs mois… Il faut dire qu’un jeu signé par Masato Uesugi, l’auteur de Dungeon of Mandom (rebaptisé Welcome to the Dungeon) et Twelves Heros ne pouvait qu’attirer notre attention…

Règles et matériel

Paper Tales, cartes unités © Catch Up Games / AlcouffeJe ne sais pas vous mais j’adore le design de la boîte du jeu ornée de cette silhouette de buste d’un monarque dont émerge une foule de héros qui vont prendre part à l’édification son royaume… Christine Alcouffe et les p‘tits gars de chez Catch Up Games ont vraiment fait un formidable travail d’illustration et d’édition. Les cartes sont magnifiques, immergeant d’emblée les joueurs dans un univers féérique où les personnages de contes prennent vie… On appréciera l’effort de parité qui tranche salutairement avec l’univers médiéval-féérique esquissée par l’illustratrice… ses illustrations façon papier découpé sont superbes et bougrement originale, conférant d’emblée au jeu une identité graphique forte…

L’éditeur a en outre fait un formidable travail iconographique qui rend les parties particulièrement fluides, des phases d’activation des pouvoirs aux différents effets… Les cartes d’aides de jeu s’avèrent à la fois synthétiques et suffisamment complètes pour guider les joueurs lors de leurs premières parties…

Paper Tales, cartes unités © Catch Up Games / AlcouffePetit bémol : en l’absence de thermoformage pour ranger cartes et jetons, la présence de sachets zippés n’aurait pas été de trop… Bon, après, quel joueur n’a pas son lot d’élastiques et de sachet pour compenser ce manque?

La lecture du livret de règles (8 pages) est très agréable. Les règles sont clairement exposées, illustrées d’exemples pertinents venant lever toute ambiguïté. Les quelques cartes dont l’interprétation pourrait être sujette à caution sont précisées dans les règles…


Contenu de la boîte :1 piste de score, 1 pion Temps, 40 jetons Or (de valeur 1 et 5), 30 jetons Âge, 81 cartes Unités et, pour chacun des 5 joueurs: 1 carte aide de jeu, un marqueur de Score, 5 cartes bâtiments réversibles


Déroulement d’une partie

Paper Tales, carte Aide de jeu, recto & verso © Catch Up Games / AlcouffeLes joueurs vont s’efforcer d’accumuler le plus de points de Légendes pour réécrire l’histoire à leur avantage…

Mise en place
Le jeu se déballe et s’installe en moins d’une minute : chaque joueur prend son set de matos, place son pion sur la piste de score et prend 3 Or… Les cartes Unité sont mélangées… la partie peut commencer… Difficile de faire plus simple!


Deroulement
Le jeu va se dérouler en 4 manches, elles même découpées en 6 phases :

Paper Tales, cartes Bâtiment © Catch Up Games / Alcouffe1Recrutement : chaque joueur reçoit 5 cartes qu’ils vont drafter pour recruter 5 Personnages…

2Déploiement : les joueurs vont mettre en jeu leurs recrues face cachée sur un des 4 emplacements possibles (2 en première ligne, 2 à l’arrière). Ils devront bien évidemment s’acquitter du coût de recrutement. Ils ne pourront en outre n’en conserver qu’une en main pour la manche suivante.

3Guerres : les joueurs vont guerroyer avec leurs voisins et marquer 3 points s’ils totalisent surpassent leur adversaire en Force.

4Revenus : les joueurs reçoivent 2 Or en sus de ceux récoltés grâces à leurs Unités et Bâtiments.

5Construction :les joueurs vont pouvoir construire ou améliorer un bâtiment existent (à condition de produire les ressources nécessaires !)

6Âge : les unités possédant un marqueur Âge vont trépasser, les autres vont vieillir et recevoir le fatidique marqueur âge.


Fin de partie
La partie s’achève à l’issue du quatrième tour. Les joueurs ajoutent à leur score de Légende les points rapportés par chaque bâtiment afin de déterminer le vainqueur…

l’Avis de la Rédaction

Paper Tales, cartes unités © Catch Up Games / AlcouffeInutile de tourner autour du pot : Paper Tales est un excellent jeu superbement illustré et joliment édité… J’irai même jusqu’à dire qu’il fait parti de nos gros coups de cœur de l’année de grâce à ce subtil mélange très équilibré de profondeur et de simplicité tirant vers l’épure…

Les composantes du jeu (draft, production de ressources, développement d’un Royaume, guerres avec ses voisins directs, l’Or comme seule ressource « palpable ») ne sont pas sans évoquer le fabuleux 7 Wonders d’Antoine Bauza… Pourtant, les sensations de jeu s’avèrent totalement différentes

Paper Tales, cartes unités © Catch Up Games / AlcouffeComme nous l’avons dit, les règles s’avèrent extrêmement fluides, quasi minimalistes. Mais si le jeu est rapide (quatre manches à peine!), il s’avère particulièrement subtil et nécessitera plusieurs parties avant d’en appréhender toutes les finesses… Car chaque choix est un renoncement et introduit cette délicieuse dose de frustration qui est selon moi l’apanage des grands jeux… Et si la première partie pourra être déstabilisante, la richesse du jeu se fait rapidement jour, de même que l’envie d’y rejouer…

De par la structure du jeu et les la présence de nombreuses cartes Unité aux capacités variées laissent bien évidemment songer à des combos dévastateurs, d’autant qu’elles se combinent avec celles des bâtiments, dans leur version standard ou améliorée… Mais l’originalité du jeu réside dans le facteur temps qui fait vieillir et mourir les unités… La majeure partie des unités recrutées ne seront utilisables que deux fois au maximum… et si des cartes semblent plus puissantes que d’autres, leur portée reste limitée par leur durée de vie en plus d’être subtilement équilibré…

Paper Tales, cartes unités © Catch Up Games / AlcouffePrenons par exemple la Relique qui semble (et qui est!) puissante… Immortelle, elle offre 2 points par jeton Âge posé dessus en fin de partie… Recrutée en début de partie et combinée à la Maîtresse du temps, on a là une carte bien redoutable… Pourtant, elle monopolise une place dans la petite armée du joueur et ce sur une longue durée, empêchant la mise en place d’autres stratégie…

Comme dans la vie et de nombreux jeux, l’argent est le nerf de la guerre… et la guerre s’avère particulièrement lucrative en points de Légende! On démarre la partie relativement pauvre et si on n’y prend pas garde, on risque de se retrouver rapidement dans la panade à ne pas pouvoir recruter et à ne rien pouvoir construire faute d’argent sonnant et trébuchant… Car les unités les plus puissantes fort logiquement sont souvent les plus chères… et les prix des terrains ont une fâcheuse tendance à s’envoler au fil des constructions! Plaie d’argent n’est certes pas mortelle mais si on en manque au moment fatidique, on peut perdre une occasion de se développer… et les occasions sont rares puisqu’au maximum on peut construire quatre bâtiments au cours d’une partie!

Paper Tales, cartes unités © Catch Up Games / AlcouffeUn petit aspect sympa : lorsqu’on perd une guerre, on ne perd pas d’unités… Et heureusement, elles vieillissent et meurent déjà si facilement! S’ils sont une source de profit non négligeable, les combat n’en restent pas moins soft, ce qui plaira aux amateurs de jeux « à l’allemande »…

Le jeu propose une intéressante variante à deux joueurs agrémentant le draft d’un contre-draft : les joueurs commencent avec 9 cartes en main. A chaque tour, le joueur choisit une carte et en défausse une avant de repasser les cartes au second joueur… Cette variante, plus stratégique encore, est à réserver aux vétérans : les parties y perdent un brin de fluidité mais, surtout, les nouveaux joueurs risquent de se sentir perdus devant le nombre de cartes à découvrir au début de chaque phase de draft…

Paper Tales, cartes unités © Catch Up Games / AlcouffeMalgré ses règles simples dont Masato Uesugi a le secret, Paper Tales est un jeu riche et subtil qui dévoile au fil des manches et des parties…

A la lecture des règles, on pourra trouver des points communs avec le 7 Wonders d’Antoine Bauza mais il suffit de quelques manches ou partie pour comprendre que les sensations de jeux sont totalement différentes… La notion de vieillissement (déjà expérimentée dans d’autres jeux tels les excellents Im Schatten des Kaisers ou Descendance…) rend les unités sensibles au temps oblige les joueurs à adapter continuellement leurs stratégies, même s’ils peuvent s’appuyer sur les bâtiments qui eux, résistent aux outrages de Chronos…

Joliment édité, superbement illustré par la talentueuse Christine Alcouffe et doté d’une courbe d’apprentissage parfaitement calibrée, Paper Tales est un petit bijou de subtilité et de fluidité qu’il vous faut essayer sans tarder!



On aime...

les illustrations façon papier découpé
les règles simples et fluides et le travail iconographique
le facteur temps et les combos éphémères
la richesse du jeu


On n'aime pas...

l’absence de sachets (mais seulement s’il faut chercher la petite bête)
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.