Haut de page.

Majesty
Majesty


Fiche descriptive

Jeux familial

Hans im Glück

Marc André

Anne Heidsieck

Asmodee

2 à 4 joueurs

7 ans et +

30 mn

17 novembre 2017


26€90
Chronique

Monarque, voici votre royaume !

Il ne tient qu’à vous d’en faire le plus beau, le plus puissant et le plus riche.

Investissez votre or dans vos terres et vos gens, de façon à les motiver et à les améliorer ! Un voisin vous menace de ses hommes d’armes? Préparez la résurrection de vos vassaux grâce à la Sorcière! Ou préférez les défenses, à moins que vous choisissiez multiplier vos paysans et assurer ainsi les récoltes, ou d’enrôler des Brasseurs pour le moral de tout le monde… Et cætera !
un excellent jeu!


Majestueux Majesty
Depuis qu’il a signé le splendide Splendor chez les Space Cowboys, chaque jeu de Marc André se découvre avec un plaisir de gourmet… Et le fait est que son Barony s’avérait de haute tenue… Qu’en sera-t-il pour son Majesty?

Règles et matériel

Majesty, quelques pièces... © Hans im Glück / Heidsieck / AndréComme de coutume, Anne Heidsieck signe des illustrations de toute beauté qui immergent les joueurs dans une thématique forte, comme elle avait pu le faire sur les excellents Meeple War et ARGH… La couverture de la boîte donne d’emblée le ton et si l’usage d’un vernis sélectif eut fait honneur à l’illustration, elle donne néanmoins bougrement envie de se lancer dans l’édification d’un royaume…

Une fois la boîte ouverte, on découvre un matériel de grande qualité avec des jetons trésor en plastique particulièrement agréables à manipuler et des cartes somptueusement illustrées. Les tuiles bâtiments (réversibles) forment une fresque élégante et les cartes personnages s’avèrent particulièrement sympathiques avec un dos particulièrement élégant… On appréciera le travail iconographique réalisé qui permet rapidement de jouer sans avoir à relire le descriptif spécifique des effets de tel ou tel bâtiment…

Majesty, le dos des cartes Personnage © Hans im Glück / Heidsieck / AndréComplété par un feuillet de deux pages détaillant l’effet des bâtiments, le livret de règles (8 pages) s’avère relativement dense. N’ayez crainte toutefois, il s’avère parfaitement digeste car bien rédigé et rehaussé d’exemples bien pensés venant illustrer chaque point de règle… Il aurait toutefois pu être plus concis en se passant de précisions surprenantes (« l’argent est représenté par des jetons en formes de Pièces, inclus dans le jeu ») et parfois redondantes… Mais l’ensemble est clair et exhaustif…

Contenu de la boîte : 60 cartes Personnage (33 à dos vert, 27 à dos rouge), un trésor de 70 pièces (de valeur 1, 2, 10, 50 et 100), 30 Meeples gris, et, pour chacun des 4 joueurs, 1 fiche Meeple et un set de 8 Bâtiments.


Déroulement d’une partie

Majesty, les fiches Meeple © Hans im Glück / Heidsieck / AndréAu cours des 12 tours qui constituent une partie, les joueurs rivaliseront d’inventivité pour édifier le plus attirant des royaumes…
Mise en place
Dument illustrée, la mise en place du jeu s’avère rapide et fluide : avec ses 8 bâtiments, chacun constitue une frise, place 5 Meeples sur sa fiche Meeples. On constitue une pioche de personnages avec les cartes rouges et un nombre de cartes vertes dépendant du nombre de joueurs et on dévoile les 6 premiers personnages pour former une ligne.

Majesty, les Bâtiment, face A © Hans im Glück / Heidsieck / AndréDéroulement
A son tour de jeu, le joueur devra :

1Prendre une carte Personnage. Si la première carte est gratuite, le joueur devra égrainer des meeples sur les cartes Personnages jusqu’à la carte convoitée. En prenant une carte, il s’empare aussi des meeples s’y trouvant. On décale éventuellement les cartes Personnage vers la gauche et on complète pour qu’il y en ait toujours 6 de disponible.
2Poser la carte Personnage sur le bâtiment associé et activer le Bâtiment
3se défausser des meeples excédentaires et gagner 1 Pièce pour chacun d’eux


Majesty, quelques pièces... © Hans im Glück / Heidsieck / AndréFin de partie
La partie s’achève à l’issue du douzième tour de jeu. On procède alors à un décompte:

Le Dispensaire :-1 pour chaque carte Personnage s’y trouvant
La Diversité : bonus égal au nombre de bâtiment occupé élevé au carré
La Majorité :pour chaque bâtiment, un bonus est accordé à celui qui détient la majorité de personnages


Le joueur possédant le plus grand trésor est couronné et remporte la partie…

l’Avis de la Rédaction

Majesty, aperçu du matériel © Hans im Glück / Heidsieck / AndréDès la première partie, on est conquis par les charmes du dernier bébé de l’auteur de l’excellent Splendor.
Nous ne reviendrons pas sur la qualité et l’ergonomie du matériel qui rend le jeu particulièrement attractif (ou alors sans en avoir trop l’air smiley). On appréciera la fluidité de la mécanique qui s’explique rapidement : au fil des tours on acquiert des personnages qu’on place sur le bâtiment associé pour activer des effets qui vont crescendo alors que leur nombre s’accroît. Globalement, les personnages nous permettent d’accroître notre trésor, c’est-à-dire nos points de victoire…

Mais de petites subtilités viennent compliquer ou plutôt enrichir la chose : l’activation de certains bâtiments peuvent générer des revenus aux autres joueurs s‘ils possèdent tel ou tel personnage… Ainsi, poser un Brasseur (et donc activer la Brasserie) fait gagner des sous à tous ceux possédant au moins une meunière…

Mais d’autres personnages permettent de déclencher des guerres: les soldats! Si vous possédez plus de Soldats que de vos adversaires de garde, vous remportez la guerre et blessez un des personnages de l’adversaire et l’envoyez au dispensaire, le privant de substantiels revenus… Mais rassurez-vous, des sorcières versées dans les arcanes de l’herboristerie pourront soigner les blessés et les renvoyer à leurs tâches! Fort logiquement, la guerre touche d’abord le petit peuple avant d’atteindre les personnages de plus hauts rangs… C’est dur mais hélas réaliste…

Majesty, pour une poignée de pièces © Hans im Glück / Heidsieck / AndréDans sa configuration de base, le jeu permettra aux nouveaux joueurs de s’initier en douceur aux joies des combos… Mais les bâtiments sont réversibles et les retourner assure des parties aux physionomies très différentes, obligeant les joueurs à explorer et expérimenter de nouvelles combinaisons car les faces B augmentent considérablement le chaînage entre bâtiments. De plus, comme les règles le stipulent, il est possible de combiner à loisir face A et B pour des parties encore plus variées!

Le mécanisme d’acquisition des cartes Personnage à coup de meeples s’avère diaboliquement simple. Plus on désire acquérir une carte éloignée et plus elle sera couteuse en meeple… Comme on récupère en plus de la carte les meeple s’y trouvant, les joueurs devront donc s’efforcer de gérer au mieux leur réserve de petits bonhomme en bous sous peine de voir leur éventail de choix réduite à sa portion congrue…

Certains pousseurs de cubes en bois pesteront peut-être contre le hasard qui préside au marché de carte Personnage… Il est pourtant une composante savoureuse, sinon indispensable, d’un jeu familial, obligeant les joueurs à infléchir leur stratégie chaque tour en fonction de l’offre disponible…

Majesty, les Bâtiment, face B © Hans im Glück / Heidsieck / AndréDoté d’un matériel impeccable rehaussé des somptueuses illustrations d’Anne Heidsieck, d’une thématique accrocheuse et de règles simples et particulièrement fluides, Majesty fait partie de ces jeux familiaux abordables mais néanmoins riches, idéaux pour initier de nouveaux joueurs aux joies du jeu de société « moderne »…

Avec un renouvellement assuré par des cartes bâtiments réversibles, le jeu est doté d’une rejouabilité appréciable et d’une courbe d’apprentissage parfaitement équilibrée… A chaque tour les joueurs devront s’adapter aux choix offerts pour optimiser leur développement et garder un œil sur celui de leurs concurrents pour défier le plus beau des royaumes…

Marc André signe avec Majesty un jeu… majestueux! Assurément un futur classique du jeu familial…



On aime...

les superbes illustrations d’Anne Heidsieck
la qualité du matériel
la fluidité des règles et la richesse du jeu
Les bâtiments réversibles assurant des parties variées
idéal pour l’initiation

On n'aime pas...

le livret de règles qui aurait pu gagner en concision
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.