Haut de page.

Connaissance ultime
Infinity 8


Fiche descriptive

Science-Fiction

Infinity 8

Tome 6

Lewis Trondheim, Emmanuel Guibert

Franck Biancarelli

Franck Biancarelli

Rue de Sèvres

10 Janvier 2018


17€

9782369812692

Chroniques
Romance et macchabées
Un tiers de jour sans fin
Retour vers le Fuhrer
le retour de la vengeance du Fürher
l'évangile selon Emma
un space op' pulp & vintage
Guérilla symbolique
Un space op’ psychadélique…
le jour de l'apocalypse
Les zombis de l’espââââce (*)
Connaissance ultime
L’antépénultième reboot
Et rien pour finir
Pauvre Douglas

L'agent Leïla Sherad a rendez-vous avec un mystérieux vaisseau au coeur du mausolée : elle sait où et quand il sortira de distorsion, apportant avec lui les réponses qu'elle est chargée de communiquer au Capitaine.

Guidée dans ce labyrinthe archéologique par un alien érudit, elle découvre que rien n'est laissé au hasard dans l'apparent chaos de la nécropole.

Mais l'agent et son compagnon ne sont pas les premiers à comprendre enfin ce qui relie les tombes entre elles : évoluant pendant des millénaires à l'écart de toute autre forme de vie, un organisme végétal à l'appétit dévorant est prêt à s'étendre comme un cancer sur la nécropole et bien au-delà.

Une plante qui pense, des morts qui parlent, et des révélations décisives : une sixième mission qui sonne l'heure des premières réponses !
un excellent album!


L’antépénultième reboot
Infinity 8, cases du tome 4 © Rue de Sèvres / Biancarelli / Trondheim / GuibertPour ce sixième tome, Lewis Trondheim, chef d’orchestre du projet, invite Emmanuel Guibert et Franck Biancarelli à prendre place dans l’Infinity 8 pour un récit joyeusement pulp truffé d’un humour irrésistible et de mystères insondables…

Si l’enquête progresse à chaque reboot, le mystère entourant cette mystérieuse nécropole apparue dans la trajectoire de l’Infinity 8 reste entier…

Alors qu’elle procédait à un contrôle de routine qui commençait sérieusement à dégénérer, l’agent Leïla Sherad est appelée par le commandant du vaisseau au poste de pilotage… Après avoir été lourdement draguée par lieutenant Ruffo qui n’en est plus à un râteau près, elle est briffée sur sa mission capitale et la faille temporelle qui lui permettra de mener son enquête durant les 8 prochaines heures…

Sherad insiste pour embarquer avec elle Bert Numal, l’alien érudit victime de son zèle… Histoire de se faire pardonner certes, mais aussi et surtout parce que ces connaissances encyclopédiques pourraient leur être d’un précieux secours pour explorer cet étrange et labyrinthique amas de mausolées hétéroclites…


Si « un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle », un mort qui parle, est-ce une bibliothèque qui renaît?
Les reboot se suivent, conservent leurs invariants mais ne se répètent pas… Emmanuel Guibert et Franck Biancarelli rejoignent donc Lewis Trondheim dans le poste de pilotage pour tisser un récit de SF déjanté, jubilatoire et délicieusement pulp…

Infinity 8, cases du tome 4 © Rue de Sèvres / Biancarelli / Trondheim / GuibertQui dit nouvel opus dit nouvelle héroïne. C’est donc Leïla Sherad qui endosse le premier rôle de ce reboot, comme il se doit vêtue d’une combinaison moulante délicieusement rétrofuturiste… Le duo qu’elle forme avec le sympathique Bert Numal, l’une sanguine et l’autre très posé, s’avère on ne peut plus efficace et donne lieu à des dialogues caustiques et mordants particulièrement irrésistibles…

L’intrigue en elle-même s’inscrit dans une veine classique de SF avec cet organisme végétal parasite qui s’étend, tel un cancer, sur l’ensemble de la nécropole et qui va donner bien du fil à retordre à notre duo de choc… Quelle est la part du talentueux Emmanuel Guibert dans les évènements qui nous sont relatés? Difficile à dire car seul Trondheim figure au générique comme scénariste, le rôle de Guibert ayant semble-t-il été d’infléchir l’histoire et d’apporter des éléments nouveaux au cours de discussions avec le maître d’œuvre du projet… Le scénariste lève un pan du voile sur les mystères entourant la nécropole, à commencer par son origine… Avant de jeter un nouveau mystère délicieusement vertigineux…

A l’instar de ses prédécesseurs, l’éclectique Franck Biancarelli semble s’être particulièrement amusé au cours de ce séjour à bord et aux abords de l’Infinity 8… Rehaussé par une mise en couleur subtile, son trait élégant porte merveilleusement ce récit de SF drôle et décalé. Ses décors s’avèrent particulièrement réussis, de même que ses créatures extra-terrestres, à commencer par Bert Numal, personnage pour le moins impassible dont le regard s’avère néanmoins subtilement expressif…
Infinity 8, cases du tome 4 © Rue de Sèvres / Biancarelli / Trondheim / Guibert
Après cinq reboot, on pouvait craindre que les scénaristes ne parviennent plus à nous surprendre et, une fois encore, il n’en est rien…

Connaissance Ultime s’inscrit dans le sillage des épisodes qui l’ont précédé… Porté par le dessin aussi inspiré qu’élégant de Franck Biancarelli, des dialogues ciselés irrésistibles et décalés et un savoureux duo d’enquêteurs antinomiques et par la même complémentaire, le récit concocté par Lewis Trondheim et influencé par Emmanuel Guibert joue avec malice avec les codes de la SF… A la fois déjantée, rythmée et entraînante, l’intrigue rythmée et entraînante dissipe certains mystères planant sur la fameuse nécropole galactique avant d’en introduire un nouveau pour le moins vertigineux…

Boulet rejoindra l’équipage pour un septième tome qui nous apportera, dit-on, les réponses, toutes les réponses (ou presque), à nos nombreuses questions… Tout un programme!


Dire « s’il vous plaît » en braquant son interlocuteur est un oxymore comportemental. Bert Numal
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.