Haut de page.

Et rien pour finir
Infinity 8


Fiche descriptive

Science-Fiction

Infinity 8

Tome 7

Boulet, Lewis Trondheim

Boulet

Boulet

Rue de Sèvres

07 Mars 2018


17€

9782369812722

Chroniques
Romance et macchabées
Un tiers de jour sans fin
Retour vers le Fuhrer
le retour de la vengeance du Fürher
l'évangile selon Emma
un space op' pulp & vintage
Guérilla symbolique
Un space op’ psychadélique…
le jour de l'apocalypse
Les zombis de l’espââââce (*)
Connaissance ultime
L’antépénultième reboot
Et rien pour finir
Pauvre Douglas

De la testostérone, de la dynamite, des boucles spatio-temporelles, des rires, des pleurs… Et peut-être rien pour finir ? Nouvelle mission, nouvel agent, et… place à Douglas?

Agent de sécurité à la prison et propriétaire d’un mystérieux pendentif porte-bonheur depuis son plus jeune âge, il est victime d’une manipulation détonante!

Un robot supra-intelligent va prendre les commandes et l’entraîner par delà les arcanes du temps. De la testostérone, de la dynamite, des boucles spatio-temporelles, des rires, des pleurs… Et peut-être rien pour finir ?
un excellent album!


Pauvre Douglas
Infinity 8, planche du tome 6 © Rue de Sèvres / Boulet / TrondheimAprès Franck Biancarelli, c’est au tour de Boulet d’embarquer à bord de l’Infinity 8 pour piloter le vaisseau aux côtés de Lewis Trondheim pour un avant-dernier reboot avant la conclusion de cette jubilatoire série de space op’…

Agent de sécurité frêle et pas vraiment courageux, Douglas possède depuis ses jeunes années un mystérieux pendentif soit-disant porte-bonheur offert par un non moins mystérieux inconnu qu’il a recroisé plusieurs fois par le passé…

Bien malgré lui, il va permettre à un robot supra-intelligent de pénétrer à bord de l’Infinity 8 pour y mener une bien étrange mission… Le robot n’est pas étranger à la présence de cette étrange nécropole qui s’est dressée sur la trajectoire de l’YSS Infinity 8…


Boulet s’amuse à bousculer sans vergogne la structure et les codes de la série…
Avec un plaisir jubilatoire, Boulet s’amuse à sortir de la structure pourtant bien établie des précédents opus de la série… Tout d’abord, exit l’héroïne sexy (au grand désespoir du lieutenant Refo!) qui mène l’enquête et place à un anti-héros qui se retrouve bien malgré lui entraîné dans une aventure qui le dépasse totalement… Sa couardise confondante contraste avec le flegme du robot qui semble, à tort ou à raison, très sûr de lui… Et, par-dessus tout, le scénariste malmène et bouscule la structure récurrente (et récursive?) des albums précédents en faisant un ultime pied de nez au lecteur avec cette fin iconoclaste qui place le focus sur un autre personnage et laisse augurer un final explosif!
Infinity 8, planche du tome 6 © Rue de Sèvres / Boulet / Trondheim
La trame générale fait un fantastique bond en avant dans ce présent opus puisque de fracassantes révélations y sont faite, tant sur la nature de cet amalgame de mausolées que sur sa raison d’être… Avec cet humour et cette touche de gravité qui le caractérise et son style inimitable, Boulet semble s’amuser autant que les collègues qui l’ont précédé dans ce bac à sable construit par son complice Lewis Trondheim…

Infinity 8, planche du tome 6 © Rue de Sèvres / Boulet / TrondheimBoulet nous livre un album très personnel qui s’inscrit néanmoins dans la trame narrative de ses prédécesseurs.

Le scénariste et dessinateur semble avoir pris un malin plaisir à casser les codes et une structure narrative bien établie au fil des six tomes qui l’ont précédé. Exit l’héroïne humaine et sexy et place à… Douglas, sorte d’axolotl (tiens tiens) antropomorphique courageux comme Scooby-Doo et ravagé par un chagrin amoureux…

Si ce présent album répond à bon nombre de questions, par twist successifs, il déplace le focus sur un autre personnage de la série, laissant augurer un final ébouriffant… Et rien pour finir? Si, un ultime tome!

Intrigante, drôle et très référencée, Infinity 8 est décidemment une série concept particulièrement enthousiasmante dans laquelle une poignée d’auteurs talentueux accommodent le space op’ à leur sauce avec un plaisir jubilatoire!


- Je… Je voulais voir tout ça avec toi… Mais trois ans de service, je…
- Douglaaas! On part à l’aventure! Si ça se trouve, c’est toi qui ne voudras plus jamais revenir! En tous cas je suis certaine d’une chose… Quoi qu’il arrive… Tu resteras un mec génial.
dialogue entre Douglas et Carine
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Star Wars : aux confins del'Empire se déroule pendant la Rébellion, après la bataille de Yavin et avant celle de Hoth. L’Empire vient d’essuyer son premier revers signi catif, mais menace toujours la galaxie, à travers laquelle il traque sans relâche l’Alliance rebelle. C’est dans ce décor de guerre civile, que malfaiteurs et canailles vaquent à leurs affaires en tentant d’abuser les Rebelles comme les Impériaux pour sortir leur épingle du jeu, voire mieux.