Haut de page.

La petite fille qui voulait voir la guerre
La petite fille qui voulait voir la guerre


Fiche descriptive

Histoire

Jean-Yves Le Naour

Christelle Galland

Sandrine Cordurié

Bamboo

Grand Angle

26 Septembre 2018


14€50

9782818947128

Chronique
La petite fille qui voulait voir la guerre
Le devoir (de mémoire) de Clémence

Un soldat qui meurt au front, c'est une famille dévastée à l'arrière. Clémence a 10 ans et vit à Charnay-Lès-Mâcon. Elle doit présenter un exposé à sa classe, mais n'a aucune idée de ce dont elle peut parler.

En passant devant le monument aux morts, elle remarque son nom de famille. Elle a donc un ancêtre qui est mort pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Le voilà son sujet d'exposé!

En cherchant dans le grenier de ses grands-parents, mais aussi dans les archives départementales, Clémence va faire connaissance avec son aïeul et découvrir une autre histoire de la Grande Guerre, celle que l'on ne voit jamais : celle de l'arrière, loin des tranchées.
un bon album !


Le devoir (de mémoire) de Clémence
La petite fille qui voulait voir la guerre, planche de l'album © Bamboo / Galland / Le Naour / CorduriéHistorien de formation et passionné par la première guerre mondiale, Jean-Yves Le Naour nous raconte l’histoire d’une petite fille d’aujourd’hui qui va partir à la rencontre d’une autre petite fille qui fut son arrière-arrière-grand-mère et qui avait son âge lorsqu’éclata la première guerre mondiale…

En sortant de l’école, Clémence réfléchit au sujet de l’exposé qu’elle doit présenter dans quelques jours. En passant devant le monument aux morts de Charnay-lès-Mâcon, son amie lui fait remarquer que son nom y figure… L’un de ses lointains ancêtres serait-il mort durant la Grande Guerre?

Ses parents ne lui étant d’aucun secours, elle file chez son grand-père pour l’assaillir de question sur son aïeul… Les réponses se trouvent peut-être dans une veille boîte où le vieil homme conserve les vieux papiers de sa mère…

En trouvant les lettres écrites par Clémence, son arrière-grand-mère à son père parti au front, Clémence décide de lui consacrer son exposé… Commence alors une enquête passionnante qui va lui faire découvrir le destin des victimes de la guerre dont on ne parle jamais : ceux qui sont restés à l’arrière, loin du bruit des obus et du fracas des armes…


La petite fille qui voulait voir la guerre, planche de l'album © Bamboo / Galland / Le Naour / Cordurié
La Grande Guerre à hauteur de fillette…
Jean-Yves Le Naour n’en est pas à son premier album consacré à la Grande Guerre (La faute au Midi, les Taxis de la Marne, François Ferdinand…) et chacun aborde la Première Guerre Mondiale sous un angle novateur qui lui confère tout son charme et son intérrêt…

Truffé d’anecdotes authentiques, cet album se centre sur la vie loin du front, sur ces familles déchirées par la guerre, sur ces femmes et ses enfants qui, s’ils n’ont pas versé leur sang pour la France, ont versé bien des larmes et ont eu à souffrir dans leur chair et dans leur cœur des affres de cette guerre… Le personnage de Clémence est un biais ingénieux qui apporte au récit sa fraîcheur et une pertinente dose d’humour qui estompe intelligemment l’ornière didactique dans laquelle aurait pu tomber l’album…


Pour mettre en image l’histoire de cette petite fille désirant voir la guerre, Jean-Yves Le Naour associe sa plume aux crayons de Christelle Galland dont on avait découvert le travail avec Le Fils de l’Officier ou Moses Rose, tous deux scénarisés par Patrice Ordas et Patrick Cothias… Joliment mis en couleur par Sandrine Cordurié, ss planches nous proposent une reconstitution historique convaincante tout en mettant en scène des personnages particulièrement attachants, à commencer par nos deux Clémence qu’un siècle ou presque sépare!…
La petite fille qui voulait voir la guerre, planche de l'album © Bamboo / Galland / Le Naour / Cordurié
Intelligemment complété par un gros dossier très bien construit, la Petite fille qui voulait voir la guerre est un album passionnant qui nous donne à voir la guerre à hauteur des femmes et des enfants qui l’ont non pas vécue dans les tranchées mais subie, même si leur nom ne figurera jamais sur les monuments aux morts…

A travers le destin de deux fillettes portant le même nom mais qu’un siècle sépare, Jean-Yves Le Naour et Christelle Galland signent un album solidement documenté qui permettra aux jeunes générations de mieux comprendre cette guerre, alors que les témoins l’ayant connue disparaissent, inexorablement…

Un album historique touchant et intelligent à même de faire naître bien des vocations d’historien!
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.