Haut de page.

Surin 1898
Le suaire


Fiche descriptive

Histoire

Le suaire

Tome 2

Gerard Mordillat, Jerome Prieur

Eric Liberge

Futuropolis

13 Septembre 2018


17€

9782754824811

Chroniques

Turin, mai 1898. Lucia, fille unique du baron Tomaso Pastore d'Urbino, se donne pour la première fois à Enrico Spitiero, un jeune avocat et député socialiste. Le baron, chef du parti monarchiste est un catholique fervent, alors que l'amant de Lucia, Enrico, est un athée notoire.

Tandis que dans la rue des manifestants crient "À bas la monarchie", Secondo Pia photographie le "suaire" dans la cathédrale San Giovanni Baptista. Pour le baron d'Urbino, c'est le visage du Christ qui se révèle.

Aussitôt, à la chambre des députés, Enrico dénonce un tour de passe-passe des monarchistes pour "asseoir le trône de la maison de Savoie". Les esprits s'échauffent, Tomaso et Enrico en sont presque à venir aux mains. Dans le public, Lucia assiste, impuissante, à la querelle qui oppose son père et son amant...
un chef d'oeuvre!


la révélation
Le Suaire, planche du tome 2 © Futuropolis / Liberge / Mordillat / PrieurAprès un premier tome sublime et passionnant qui nous contait les origines du Suaire de Turin, Gerard Mordillat, Jérôme Prieur et Eric Liberge nous entraînent en 1898, peu avant que ne soit prise la fameuse photo qui révéla l’image du Christ…

Turin, mai 1898. Lucia, fille unique du baron de Tomaso Pastore d'Urbino, monarchiste et fervent catholique, s’abandonne dans les bras d’Enrico Spitiero, jeune avocat, député socialiste et athée notoire.

Alors que le peuple de Turin manifeste contre la monarchie, Secondo Pia photographie réalise la première photographie du suaire et l’image d’un homme portant les stigmates du Christ apparaît en positif sur le négatif… Pour le Baron d’Urbino, il ne peut s’agir que de la face du Christ…

Enrico Spitiero crie à une manipulation destinée à conforter la toute jeune dynastie de la Maison de Savoie… Lucia assiste impuissante à la querelle entre son père et son amant…


Un récit sublime et tragique…
Le Suaire, planche du tome 2 © Futuropolis / Liberge / Mordillat / PrieurC’est une fois encore la superbe couverture de l’album qui attire l’œil du chaland sur les étals encombrés des librairies spécialisées… Avec sa composition analogue à celle du premier tome nous présentant les trois protagonistes qui vont s’aimer et se déchirer dans ce second opus, la couverture est une fois encore sublime…

Eric Liberge signe un second opus aussi somptueux que l’était le premier… Il nous immerge littéralement dans le Turin de la fin du XIXe siècle. Son travail en noir & blanc est en tout point remarquable, tant dans sa reconstitution minutieuse des décors qui évoquent les gravures d’époque que dans la mise en scène de ses personnages qui accentue avec subtilité la dramaturgie de l’ensemble. Son traitement de la lumière est quant à lui tout juste remarquable…

Fort de leur érudition, Gerard Mordillat et Jérôme Prieur signent un second album captivant qui expose avec finesse les enjeux de la nature du suaire dans une société écartelée entre conservatisme et progressisme. Le Suaire, planche du tome 2 © Futuropolis / Liberge / Mordillat / PrieurLe tout est intelligemment retranscrit dans la lutte que vont se livrer le baron d'Urbino et le député socialiste Enrico Spitiero, lutte qui s’incarne dans Lucia, écartelée entre son père et son amant et tourmentée par d’étranges rêves, et dont la portée est éminemment symbolique…

Gerard Mordillat et Jérôme Prieur poursuivent leur envoûtante trilogie avec ce second opus qui se déroule à l’un des moments clefs de l’histoire du Suaire : celui où la photographie Secondo Pia révèle l’image supposée du Christ.

Ils parviennent à retranscrire les passions qui clivaient la société de l’époque, écartelée entre progressisme et conservatisme, alors que la religion et la foi était encore un instrument de pouvoir et d’oppression… Mais ce récit mélangeant histoire et symbolisme, croyances et convictions, n’en reste pas moins d’actualité à notre époque troublée où les religions et le fanatisme s’invitent dans le débat public.

Un album envoûtant à la dramaturgie finement orchestrée qui permet à Eric Liberge de faire montre de son saisissant talent de dessinateur…


- Seriez-vous l’un de ces rationalistes français qui vont jusqu’à nier son existence?
- Qu’il y ait eut un pauvre galiléen révolté contre l’occupation romaine, je veux bien l’admettre… Mais de là à nous faire croire que ce pauvre diable était le fils de Dieu… Voire Dieur lui-même…
- Vous n’êtes pas athée… Vous êtes ignare.dialogue entre le Baron d'Urbino et Enrico Spitiero
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Maléfices a pour cadre la France de la Belle Époque (1870-1914), où les superstitions campagnardes et la mode citadine du spiritisme côtoient la pensée scientifique.
Crimes se déroule à la même époque et inscrit dans la tradition des littératures classique, fantastique et horrifique du XIXe siècle.