Haut de page.

Animabilis
Animabilis


Fiche descriptive

Roman Graphique

Thierry Murat

Thierry Murat

Thierry Murat

Futuropolis

1er novembre 2018


23€

9782754823203

Chronique

Hiver 1872. Le journaliste Victor de Nelville débarque de Paris dans le nord du Yorkshire pour relater les faits extraordinaires qui se déroulent dans la lande de Fylingdales dont l'écho est venu jusqu'en France. Padfoot, le loup-garou, le chien noir aux yeux rouges, annonciateur de mort, serait revenu dans la région. Depuis, une maladie décime les troupeaux.

L'engouement du lectorat mondain de la capitale, friand de ces péripéties ésotériques à la mode, saupoudrées de celtitude et d'exotisme anglo-saxon, a poussé son journal à l'envoyer là-bas relater ces « balivernes »...

Au village où il s'installe, l'accueil est glacial. L'aubergiste le prévient : il ne trouvera aucune explication à ces phénomènes. Puis, le vieil Hodgkin, un berger qui avait la réputation d'être un magicien magnétiseur disparaît... avant d'être retrouvé pendu.

Serait-ce la fin du padfoot ? Lors d'une promenade nocturne dans la lande, Victor croise Mëy, une femme aussi belle que mystérieuse, qui va le pousser délaisser son article pour écrire de la poésie...
un chef d'oeuvre!


Le Paradis perdu…
Animabilis, planche de l'album © Futuropolis / MuratAu fil de ses albums, Thierry Murat fait montre de son talent de conteur et n’en finit plus de nous captiver par son verbe ciselé et son dessin contemplatif qui donne autant à voir qu’à ressentir…

Fraichement débarqué de Paris, le journaliste Victor de Nelville vient dans le nord du Yokshire, envoyé par son journal pour écrire un papier sur des faits extraordinaires: une maladie décime les troupeaux des la landes de Fylingdales et certains voient derrière cette épidémie l’ombre glaçante du Padfoot, le chien noir aux yeux de braises annonciateur de mort…

Les autochtones lui font clairement comprendre qu’il n’est pas le bienvenu et l’atmosphère va se faire de plus en plus oppressante jusqu’à ce que le vieux berger, considéré comme un sorcier, soit retrouvé pendu… Cherchant l’inspiration dans la lande, les pas de Victor vont croiser ceux de Mëy, une femme qui le charme littéralement et le pousse à délaisser son travail journalistique pour se tourner vers la poésie…


Un récit initiatique étrange et déroutant mais indéniablement envoûtant…
Animabilis, planche de l'album © Futuropolis / MuratDès les premières planches et passé un énigmatique prologue, l’auteur nous captive et nous entraîne par petites touches dans son univers avec un dessin envoûtant qui est une invitation au voyage, à la contemplation et à l’introspection.

Le lecteur va suivre les errances de ce jeune journaliste qui se rêve écrivain et qui perd peu à peu pied avec la réalité pour redécouvrir, au-delà des ténèbres, la beauté du monde; renouer avec les mythes anciens; retrouver l’innocence d’avant la chute; avant que les hommes et la religion ne cherchent à asservir les âmes et faire de la femme la sorcière tentatrice... On devine dans les errances du poète le questionnement viscéral du Rimbaud d’une Saison en Enfer… Comme lui, Victor de Nelville rejete la civilisation pour renouer avec le paganisme alors que le récit distille parcimonieusement des éléments fantastiques empruntés à l’univers de Poe dont l’ombre du corbeau plane sur l’album…

L’auteur joue de la temporalité avec art, avec des motifs récurrents évoquant le temps qui passe, les jours qui se suivent, identiques, et pourtant sensiblement différents… Après s’être attardé sur l’hiver qu’il peint de façon très impressionniste, suggérant la solitude, la bise et le froid mordant, le trait épuré de l’auteur se fait plus sensuel et plus charnel lorsqu’il dépeint le printemps, annonciateur de promesses… Ses planches sont à l’image de la couverture de l’album: sublime et envoûtante…
Animabilis, planche de l'album © Futuropolis / Murat
Thierry Murat signe avec Animabilis un récit initiatique étrange et déroutant mais indéniablement envoûtant dont l’épilogue donne les clefs, tout en laissant au lecteur les interstices pour qu’il y projette son propre imaginaire.

Ecartelé entre songes et réalité, entre un XIXe siècle qui peine à sortir de l’obscurantisme et les croyances anciennes qui ne demandent qu’à renaître, l’album s’abreuve à l’œuvre des écrivains maudits qui ont marqué le siècle de leur empreinte, de Charles Baudelaire à Arthur Rimbaud en passant par Edgard Poe ou Conan Doyle et son inquiétant Chien des Baskerville…

Le trait épuré de Thierry Murat donne autant à voir qu’à ressentir alors que son verbe ciselé confère à son récit une dimension éminemment littéraire, faisant de cet album une œuvre unique, pleines de charmes, de magie et de mystères déroutants.


Ce n’est peut-être qu’uniquement cela, la vie… Pousser des portes. Victor de Nelville
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Maléfices a pour cadre la France de la Belle Époque (1870-1914), où les superstitions campagnardes et la mode citadine du spiritisme côtoient la pensée scientifique.
Crimes se déroule à la même époque et inscrit dans la tradition des littératures classique, fantastique et horrifique du XIXe siècle.