Haut de page.

La trace des nouveaux pionniers
UCC Dolores


Fiche descriptive

Science-Fiction

UCC Dolores

Tome 1

Lyse Tarquin, Didier Tarquin

Lyse Tarquin, Didier Tarquin

Lyse Tarquin, Didier Tarquin

Glénat

9 Janvier 2019


13€90

9782344017722

Chronique
La trace des nouveaux pionniers
Once Upon a Time, in Space

Quoi de mieux qu'un vaisseau spatial pour voler de ses propres ailes?

C'est un grand jour pour sœur Mony. À 18 ans, il est temps, pour cette orpheline recueillie à la porte du couvent des Nouveaux Pionniers, de quitter le nid et de trouver sa voie. Mais à peine propulsée dans le monde extérieur, voilà que la jeune fille découvre être l'héritière du UCC Dolorès, un croiseur de guerre de l'armée confédérée ayant appartenu au général Mc Monroe, de sinistre mémoire !

Incapable de manoeuvrer un tel engin, la candide Mony se met en quête d'un pilote et « trouve » Kash, vétéran taciturne et désireux de changer de vie. Ensemble, ils prennent la direction de la Frontière aux commandes du Dolorès, un vaisseau au passé mystérieux !
un excellent album!


Once Upon a Time, in Space
UCC Dolores, planche du tome 1 © Glénat / Tarquin / LiseDidier Tarquin délaisse un temps l’univers de Troy pour tisser avec la talentueuse Lyse Tarquin un récit de space-opera jubilatoire et rafraîchissant…

Mony n’était qu’un bébé lorsqu’elle a été recueilli par les sœurs du couvent des Nouveaux Pionniers. Âgée de dix-huit ans, l’heure est venue pour elle de voler de ses propres ailes… La mère supérieure lui remet alors une boîte qui se trouvait dans son berceau lorsqu’elle fut abandonnée à la porte du couvent… A l’intérieur un petit mot sibyllin lui enjoignant de prendre soin de Dolores et une clef de consigne…

Elle se retrouve ainsi propriétaire du U.C.C. Dolores, un vaisseau de guerre corsaire de l’armée confédérée… Bien incapable de piloter un tel engin, elle se met en quête d’un pilote qu’elle trouve en la personne de Kash, un vétéran qui, la prenant pour une autre, la sort d’un bien mauvais pas en la tirant des griffes de Qarma, un caïd de la pègre local…

Commence alors une aventure aussi dangereuse que mouvementée… Car le vaisseau spatial qui aurait été celui du sinistre Mc Monroe et pourrait bien conduire à son mythique trésor attire bien des convoitise…


Un série d’aventure à la confluence des genre…
UCC Dolores, planche du tome 1 © Glénat / Tarquin / LiseDifficile de ne pas être enthousiasmé par ce premier album qui marque l’amorce d’une série à grand spectacle où les Lyse et Didier Tarquin jouent avec un plaisir jubilatoire avec les codes du genre pour tisser un récit aventureux particulièrement entraînant.

Dès les premières pages, les auteurs nous plongent dans un univers foisonnant qui semble préexister au récit lui-même… Un ordre religieux, les stigmates d’une guerre dont on ignore tout, l’ombre d’un sinistre corsaire, un trésor fabuleux… Voilà de quoi aiguiser l’appétit des lecteurs en soif d’aventure ! Ajoutons à cela des personnages délicieusement caricaturaux, une histoire d’amour et de filiation et vous obtenez tous les ingrédients d’un scénario rythmé, haut en couleur et riche en surprises et fertile en rebondissements…

Passé le décor faussement médiéval du couvent, le lecteur est immergé dans une ambiance à la Blade-Runner avant de lorgner vers la Bordure Extérieure de Star Wars et les magouilles des contrebandiers qui y pullulent puis de se tourner vers le Capitaine Harlock de Leiji Matsumoto, le tout dans une ambiance très western… Autant d’influences conscientes ou inconscientes savamment digérées par les auteurs qui rende l’histoire particulièrement accrocheuse et parle à l’imaginaire des lecteurs…
UCC Dolores, planche du tome 1 © Glénat / Tarquin / Lise
Graphiquement, l’album s’avère magnifique. On y reconnaît la patte de Didier Tarquin dont les cadrages virtuoses et le trait dynamique font une nouvelle fois mouche… On retrouve bien sûr ses personnages au gueules anguleuses et ces femmes pulpeuses qui sont sa marque de fabrique… Et on apprécie le soin apporté aux décors foisonnant de détails qui esquissent les contours d’un univers dense d’une grande richesse. Chacune des séquences de l’album est dominée par une couleur comme la scène d’un film l’est par la musique qui l’accompagne, soulignant à merveille l’ambiance qui la baigne : une ville crasseuse et embrumée, des arènes où la violence se déchaîne ou une planète à la végétation luxuriante… Complices et complémentaires, Lyse et Didier Tarquin ont indéniablement fait de la belle ouvrage…

UCC Dolores, planche du tome 1 © Glénat / Tarquin / LiseDidier et Lyse Tarquin mélange avec efficacité les codes du space-op, du western et de la fantasy pour tisser un récit d’aventure entraînant se déroulant dans un univers foisonnant…

Très rythmé, leur scénario est comme on s’en doute superbement mis en scène et en image par le dessin dynamique de Didier Tarquin, rehaussé par les couleurs léchées de Lyse Tarquin qui soigne l’ambiance de chaque scène…

On s’attache indubitablement à cette jeune héroïne qui forme un savoureux duo avec le vétéran… Comment la jeune et innocente nonne orpheline va-t-elle se métamorphoser en la farouche et intrépide aventurière représentée sur la (superbe) couverture de l’album ? Là est toute la question !

Mais rassurez-vous, il ne faudra pas attendre trop longtemps pour suivre la suite des aventures de Mony et de son U.C.C. Dolores puisque le seconde tome est dores et déjà annoncé pour la fin de l’année !


- Et tu comptes faire quoi avec cette antiquité ?
- Je ne sais pas trop. C’est encore flou. J’avais pensé faire de l’humanitaire.
- Prfha ha ha ! De l’humanitaire ?! Avec un engin de guerre !!! Ah ah ! dialogue entre Kash et Mony
Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 1 jeux de rôle.

Star Wars : aux confins del'Empire se déroule pendant la Rébellion, après la bataille de Yavin et avant celle de Hoth. L’Empire vient d’essuyer son premier revers signi catif, mais menace toujours la galaxie, à travers laquelle il traque sans relâche l’Alliance rebelle. C’est dans ce décor de guerre civile, que malfaiteurs et canailles vaquent à leurs affaires en tentant d’abuser les Rebelles comme les Impériaux pour sortir leur épingle du jeu, voire mieux.